La chronique de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri : « Jérôme Kerviel : coupable ou victime ? »

Mgr Jean-Michel di Falco Léandri a rencontré Jérôme Kerviel, qui lui-même allait rencontrer le pape François. Les leçons à en tirer dans cette chronique de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri du 16 mars 2014.

Les chroniques de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri sont également diffusées toutes les semaines :

• sur les ondes de RCF Alpes Provence
• sur le site internet du journal Le Point
• sur D!CI TV
• sur le site internet du sanctuaire Notre-Dame du Laus

et tous les quinze jours sur KTO dans l’émission À la source.

Bonjour,

Lors d’une précédente chronique j’avais évoqué des commentaires sur les sujets que j’aborde. On peut résumer ces commentaires ainsi : « Vous les curés, occupez-vous de vos oignons ! »  Un peu comme si le fait d’être prêtre interdisait d’aborder certains sujets. Les ecclésiastiques seraient ainsi contraints de ne parler que de religion et si possible uniquement derrière les murs épais de leurs églises pour ne pas déranger. Les prêtres ne seraient-ils pas des citoyens à part entière ? Tout ce qui concerne la famille humaine fait partie des oignons des prêtres. Que cela plaise ou déplaise, c’est ainsi !

Le sujet que j’aborde aujourd’hui me vaudra sans doute les mêmes reproches mais qu’importe. Le hasard… mais est-ce le hasard ?… J’aime à dire que “hasard” est le nom que Dieu se donne lorsqu’il veut rester incognito. Le hasard donc a placé sur ma route quelqu’un qui ne vous est pas inconnu puisqu’il s’agit de Jérôme Kerviel. Vous savez ce trader condamné à trois ans de prison ferme et à rembourser pas loin de cinq milliards d’euros ! Il a été jugé responsable des pertes de la Société générale qui auraient été découvertes en janvier 2008, celles-ci résultant de ses prises de positions s’élevant à cette époque à environ cinquante milliards d’euros. Lorsque nous nous sommes rencontrés il était accompagné de son avocat David Koubbi.

Je me suis trouvé face à un homme détruit, parce qu’il vit comme une injustice profonde le sort qui lui a été fait. Il ne nie pas avoir pris ces positions, mais se défend de ce dont il est accusé : il aurait abusé la confiance de sa hiérarchie. Or selon son avocat on lui a toujours refusé le droit d’obtenir une expertise et on l’a condamné à partir des déclarations de sa banque. Toujours selon son avocat, ses supérieurs ont été licenciés percevant plusieurs années de salaire. Jérôme Kerviel ne peut accepter d’être le seul responsable et l’unique victime d’un système.

Dans une lettre adressée au Saint-Père, qu’il m’a autorisé à citer ici, il écrit : «  Oui, je me suis trompé dans ce qui me semblait et m’était présenté comme un accomplissement absolu et ensuite en croyant en ma hiérarchie, qui aujourd’hui m’a lâché contre de l’argent et m’a mis au pilori, j’ai fait ce que la banque m’a appris à faire et je n’ai volé personne. » Plus loin il dit encore : « Ma condamnation s’appuie sur un mensonge : la banque aurait ignoré que j’ai pris sur les marchés spéculatifs des positions de 50 milliards d’euros. »

« Les épreuves qu’il m’est désormais imposé d’affronter sont trop énormes pour que je puisse envisager de les surmonter. L’attraction du néant et d’une solution radicale et définitive grandit en moi au fur et à mesure que l’espoir me quitte. Pour autant, je ne puis me résoudre à cesser de me battre, pas plus qu’à vivre cette vie dans ces conditions. »

Face au désarroi et à la souffrance de Jérôme Kerviel, je suis allé relire ce que dit le pape François dans l’une de ses récentes déclarations. Il dit ceci :

« Certains défendent encore les théories de la “rechute favorable, qui supposent que chaque croissance économique, favorisée par le libre marché, réussit à produire en soi une plus grande équité et inclusion sociale dans le monde. Cette opinion, qui n’a jamais été confirmée par les faits, exprime une confiance grossière et naïve dans la bonté de ceux qui détiennent le pouvoir économique et dans les mécanismes sacralisés du système économique dominant. […] Un​e nouvelle tyrannie invisible s’instaure, parfois virtuelle, qui impose ses lois et ses règles, de façon unilatérale et implacable.​ »

Jérôme Kerviel n’en est-il pas la vivante illustration ?

Alors si vous pensez que ces questions ne sont pas aussi les oignons des prêtres, alors allez donc le dire au Pape qui a rencontré en prima fila Jérôme Kerviel et son avocat. La prima fila étant l’espace réservé à celles et ceux vers qui le pape se rend à l’issue de l’audience publique du mercredi.

Je sais, parce qu’ils me l’on dit, que cette rencontre a profondément bouleversé Jérôme Kerviel et David Koubbi son avocat, qui se sont détournés, un instant, de leur combat pour reprendre la force dont ils auront besoin à l’évidence.

À bientôt.

Mgr Jean-Michel di Falco Léandri
Évêque de Gap et d’Embrun

Cet article a 9 commentaires

  1. bonjour! Monseigneur

    en quelques mots , je me permets de dire ,
    une fois de plus !
    ont se mêlent des oignons des autres,
    qui sont aussi nos oignons, comme vous le dites si bien ,
    hélas! l’ agneau est encore loin de dormir avec le loup dans la bèrgerie,

    une fois de plus il est facile
    à certains de se dégager de leurs résponsabilitées en faisant porter le chapeau au plus petit en se lavant de leurs propres erreurs “Scandalheux” merci ! de s’interesser à lui de ce que lui aussi a à dire pour sa défense, je prie pour Jérome et son avocat que force et courage leurs soient donner,
    Que Dieu dans sa grande miséricorde les guide dans leur combat!
    amicalement! Francine

  2. Intéressante réflexion qui me pose deux questions :
    – Qui suis je pour juger ?
    – La justice divine et la justice humaine ?
    Jérome Kerviel est d abord un enfant de Dieu comme nous tous et le pape a le reçoit a ce titre et l affaire est trop importante pour ne pas le recevoir.
    Pour Jérome il a du comprendre qu à travers le pape il s est ouvert à l Amour de Dieu et à sa miséricorde.

  3. Je suis surprise que le pape François ait reçu en “prima fila” comme le dit Mgr Di Falco, Jérôme Kerviel et son avocat. A quel titre? Sur quelle recommandation? Au nom de quel privilège? S’il y une “prima fila”, c’est que tout le monde n’y accède pas. Dans ces conditions, il faut supposer un circuit particulier pour cette rencontre “spéciale” ait lieu. Je n’ai absolument pas envie que M. Kerviel soit désespéré, mais j’avais bien suivi son affaire, en son temps, et je trouve qu’il a participé allègrement pendant des années à des jeux d’argent insupportables, qu’il a adoré le veau d’or (lequel met sur la paille une partie du monde pendant que d’autres personnes se gobergent à travers des spéculations odieuses), et finalement qu’il n’assume pas ce qu’il a fait, seul et/ou avec d’autres, pour des gains qui vont jusqu’à la folie. Bonne chance à lui pour se réorienter, mais il tient, me semble-t-il, un discours rejetant toute la faute sur autrui qui devrait changer.

    1. Bonjour, je suis surprise et peinée de la réaction de Simone, nous commettons tous des erreurs plus ou moins graves et nous avons tous besoin de la miséricorde. Si la rapide entrevue avec le Pape François peut soutenir Jérôme Kerviel, je m’en réjouis et je lui souhaite de rencontrer de bons samaritains qui l’aideront à grandir dans cette épreuve.

  4. Merci Monseigneur pour votre bienveillance.

  5. Merci Monseigneur pour cette superbe chronique,
    Jèrome Kerviel n’est en aucun cas responsable de la perte d’argent de la société générale, il a fait sont travail, sa hierarchie devrait avoir honte et annuler cette condamnation qui est vraiment absurde !

  6. MERCI,pour cet enfin miséricordieuse constatation; merci de ne pas aller dans le sens des personnes “gruyère” qui fondent devant la chaleur des caméras et des prises de positions , montées à raison de facilité de public;
    Je souhaiterais qu’une position -prière soit faite ; ne serais-ce que pour ne pas aller dans le sens de la “foule” dit-on ,alors que cela ne se résume qu’à qqs personnes qui se servent de moyens d’opinions qu’ils mettent à leur service pour garder le “système “; aider et peut-être sauver ne serait-ce qu’une âme! Le SEIGNEUR , est infiniment Miséricordieux! Et jusqu’à la fin dernière nous sommes redevables de ce que nous faisons! Par la Prière et peut-être le HASARD,selon votre définition , agira dans son infinie MISERICORDE, pour sauver cette äme!

  7. BONJOUR,

    Enfin bientôt j’espère nous aurons le nouveau CD des Prêtres dans le commerce. Je parie qu’il sera aussi intéressant que les 2 premiers et aura autant de succès.

    A bientôt.

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu