Dans sa chronique du dimanche 15 novembre 2015, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri rapporte que la Fondation Abbé Pierre a tiré une nouvelle fois la sonnette d’alarme pour dénoncer les pratiques inconcevables mais réelles des marchands de sommeil.

Les chroniques de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri sont également diffusées toutes les semaines :

• sur les ondes de RCF Alpes Provence
• sur le site internet du journal Le Point
• sur D!CI TV
• sur le site internet du sanctuaire Notre-Dame du Laus

et tous les mois sur KTO dans l’émission À la source.

Bonjour.

Depuis quelques semaines  nous sommes passés à l’heure d’hiver, ce qui nous a permis de dormir une heure de plus. Est-ce que les marchands de sommeil ne vont pas en profiter pour procéder à une augmentation du loyer pour les locataires qu’ils exploitent ?

Selon la loi, un logement doit avoir une surface minimum de 9 m² et une hauteur sous plafond supérieure à 2 mètres 20. En parallèle, une enquête de l’Insee de 2006 chiffre à 2 778 000 le nombre de personnes qui vivent dans des logements insalubres, dégradés, dangereux et surpeuplés. Lorsque j’étais évêque axillaire de Paris j’avais rendu visite à des familles habitants de tels locaux insalubres et j’avais été profondément choqué de ce que j’avais vu et entendu.

La Fondation Abbé Pierre a tiré une nouvelle fois la sonnette d’alarme pour dénoncer les pratiques inconcevables mais réelles des marchands de sommeil. Les exemples ne manquent pas comme on peut le lire dans le bulletin de la Fondation, je cite : « C’est au fond du couloir, au rez-de-chaussée d’un immeuble parisien. La porte s’ouvre sur 8 m². La table de chevet, le frigo et le lit emplissent l’espace. On se colle au mur pour déplier la chaise. Au bout du lit, un recoin d’1 m² fait office de cuisine. Des conduits de ventilations vétustes pendent au-dessus de la plaque électrique. De l’autre côté du mur, on enjambe les toilettes pour atteindre le bac à douche et un tuyau sans pommeau. Au sol, des trous dans le plancher décati. Pas de chauffage. […] Autrefois, on stockait sans doute ici les poubelles. » Fin de citation. Le prix ? 350 euros par mois.

Le temps de l’esclavage n’est pas révolu en France. Et les marchands de sommeil méritent bel et bien le titre d’esclavagistes. Les animaux sont souvent mieux traités que ces humains qui n’ont de valeur que l’argent qu’ils rapportent. Tous les moyens de pression sont bons ? Des situations de pauvreté, des difficultés d’accès au logement, le manque d’hébergements d’urgence, l’ignorance des lois, le besoin d’avoir une adresse et quelquefois le défaut de papiers. Et la Fondation le confirme : « Les locataires […] sont souvent menacés ou harcelés, le propriétaire n’habite jamais loin et maintient sur eux une pression continue. ».

La situation dans laquelle sont ces locataires est bien évidement plus qu’une situation d’inconfort. Les maladies dues à l’humidité, aux inondations, aux moisissures, au manque de lumière et d’aération, ainsi que les risques d’incendies causés par des chauffages de fortune et des installations électriques sauvages, font de ces logements des bombes à retardement.

Les marchands de sommeil peuvent encourir jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et 150 000 euros d’amende. Cependant dans la pratique les condamnations sont assez rares car malgré l’action des associations, peu de locataires connaissent leurs droits et une action en justice met en péril leur logement, aussi dévasté soit-il. De plus, même s’ils gagnent, la loi ne leur garantit pas un logement.

À quel point faut-il ne pas aimer l’autre pour le traiter comme un chien errant ? Quel degré d’inhumanité faut-il pour ces marchands de sommeil pour qu’ils parviennent à dormir la conscience tranquille ? Quel niveau d’arrogance leur faut-il pour dire que s’ils n’étaient pas là ces locataires dormiraient dans la rue ?

« Le sommeil et la mort sont des frères jumeaux ». Cervantès ne croyait pas si bien dire.

À bientôt.

Mgr Jean-Michel di Falco Léandri
Évêque de Gap et d’Embrun

Cet article a 3 commentaires

  1. manoroland

    Bonsoir Monseigneur
    Il est vraiment horrible de savoir que des personnes vivent dans ces conditions
    Alors qu’en France il existent dans de lois sur l’hygiène , la salubrité , il serait nécessaire de faire des contrôles sur les locations et les tarifs pratiqués. c’est vrai qu’il est plus facile de verbaliser pour un mauvais stationnement que de veiller au bien être de son prochain
    Bien respectueusement

  2. croassant

    MONSEIGNEUR,ces marchands de sommeil,aucun respect de la personne humaine et des enfants..Comme les passeurs,ils profitent de la misère de l’homme pour l’exploiter,lui fournir un refuge insalubre,dépourvu de toute insécurité au risque de leur vie,mais “un toit”,et à quel prix? Pour s’enrichir,ces personnes deviennent inhumaines,face à la pauvreté et ce n’est pas récent! Un peu plus de contrôle s’impose pour ces arnaqueurs!

  3. Elisabeth MEYER

    Beaucoup trop d’impunité pour ces marchands de sommeil qui profitent de la détresse et de la misère des gens, et, ce depuis des années. Aucun scrupule de la part de certaines personnes pour louer des caves à prix fort où s’entassent dans le dénuement le plus total plusieurs personnes et enfants au mépris de toute sécurité.
    Effectivement, ces marchands de sommeil n’ont aucune âme et aucun respect pour l’être humain.

Les commentaires sont fermés.