La chronique de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri : « Le prêtre est un homme, il n’est pas taillé dans un autre bois que vous. »

Dans sa chronique du jour de Pâques, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri nous parle des prêtres.

Les chroniques de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri sont également diffusées toutes les semaines :

• sur les ondes de RCF Alpes Provence
• sur le site internet du journal Le Point
• sur D!CI TV
• sur le site internet du sanctuaire Notre-Dame du Laus

et tous les quinze jours sur KTO dans l’émission À la source.

 

Bonjour,

Le Jeudi Saint est un jour de fête pour les prêtres. C’est leur fête, célébrée le jour où le Christ fait le don de sa vie dans l’Eucharistie. Une bonne occasion pour un évêque et aussi pour les fidèles d’exprimer leur reconnaissance pour l’accomplissement de leur mission.

Savez-vous que dans un diocèse rural comme celui de Gap et d’Embrun, il y a des prêtres qui font l’équivalent du tour de la Terre en un an : 40.000 kilomètres ! Voilà le temps que passent certains prêtres sur les routes du département !

Alors oui, bien sûr, on peut prier en voiture, réciter son chapelet. Mais le temps passé en voiture est du temps pris sur bien d’autres choses importantes. Alors que de fatigue lorsqu’il faut en plus préparer les homélies, les réunions, les baptêmes et les mariages, les funérailles, écouter les confidences, les doléances diverses et variées, et ménager les susceptibilités.

La charge est lourde !

Voici comment déjà, il y a dix-sept siècles de cela, l’évêque saint Augustin, décrivait sa charge. Je le cite : « Il nous faut arrêter les inquiets, consoler ceux qui manquent de courage, soutenir les faibles, réfuter les contradicteurs, nous garder des astucieux, instruire les ignorants, réveiller les paresseux, repousser les contentieux, réprimer les orgueilleux, apaiser les disputeurs, aider les indigents, délivrer les opprimés, encourager les bons, tolérer les méchants, et aimer tout le monde. » (Sermon 340)

Plus proche de nous, Karl Rahner, un prêtre jésuite allemand, écrivain et professeur de théologie, qui fut reconnu comme l’un des théologiens catholiques les plus éminents du XXe siècle, dit ceci :

« Le prêtre est un homme, il n’est pas taillé dans un autre bois que vous. Il est votre frère. Il continue à porter le fardeau des hommes même lorsque la grâce de Dieu à travers la main de l’évêque, s’est posée sur lui.

Mais les hommes vous en veulent lorsque vous venez au nom de Dieu et que, malgré cela, vous n’êtes qu’un homme.

Ils veulent des messages plus éclatants, des hommes plus convaincants, des cœurs brûlants !

Ils recevraient volontiers des hommes toujours assurés de succès qui ont réponse à tout et remède pour tout.

Terrible illusion.

Oui, être prêtre dans le peuple de Dieu, c’est déjà être ramené à son humble et fragile condition. »

Alors, en ce dimanche de Pâques, permettez-moi de m’adresser plus particulièrement aux chrétiens sans exclure les autres, bien sûr.

Vous êtes la joie de vos prêtres. Mais pour être vraiment la joie de leurs cœurs, rendez fructueux leur ministère ! Ne leur laissez pas croire qu’ils s’usent en vain. Portez des fruits de justice, de paix, de réconciliation, et pas des fruits de médisance, de calomnie, de dispute, ou de mésentente. Autrement dit, prenez soin de vos prêtres comme ils essaient de prendre soin de vous. Aimez-les comme ils essaient de vous aimer.

Y parvenir, c’est faire en sorte que le Christ ne soit pas mort en vain, que le Christ ne soit pas ressuscité en vain.

De très bonnes fêtes de Pâques à toutes et à tous.

Mgr Jean-Michel di Falco Léandri
Évêque de Gap et d’Embrun

Cet article a 4 commentaires

  1. Mgr c est toujours avec attention que vous écoute merci pour votre soutien spirituel votre présence régulière grâce a vos chroniques mai approche je vous confie a Marie et que Dieu vous garde a bientôt

  2. Oui les prêtres ont une lourde charge que nous laïcs pouvons diminuer en dehors de ce qui est leur domaine propre c’est-à-dire les sacrements. Le premier de ceux-ci institués par le Christ n’est-il-pas l’Eucharistie ? Alors faut-il admettre que des laïcs et même des prêtres interdisent à un prêtre de dire une messe ?? Quelle que soit la circonstance si un prêtre est prêt à dire (à consacrer) n’est-ce pas un bienfait de la part de Dieu à toute l’assemblée ?
    Il n’y a pas d’injustice des uns vis à vis des autres quand un prêtre célèbre des funérailles avec messe parce qu’il est présent. A l’inverse si parce que toutes les funérailles ne peuvent être assurées pas un prêtre est-il normal que ce don de Dieu qu’est l’eucharistie soit totalement supprimé.

  3. Monseigneur, oui, nous devons protéger nos Prêtres, en les soutenant dans leur mission c’est à dire être les apôtres du Christ et propager la bonne parole auprès des Chrétiens et aider le peuple qui souffre pour de multiples raisons : l’Eglise Evangélique pour détourner les Chrétiens de confession catholique réalise ce travail et s’infiltre auprès de la population. Que faire, notre mission est de soutenir nos Prêtres. Bien sincèrement.

  4. Bonjour! Monseigneur et amis,

    Belle journée de Pâques!

    Et par amour! de Christ ressuciter,
    soyez des pélerins pleins de courage porteurs de bonnes nouvelles c’est vrai vous n’êtes pas fait de bois,
    mais de chair avec un coeur qui aime,
    écouter, prier,et porter les misères,
    n’est pas chose facile votre ministère néssécite courage et foi surtout dans notre société

    hélas règne la méchanceté avec ses critiques et jugements,
    je vous dis courage!
    l’espérance n’est pas l’assurance que tout iras bien demain,
    mais la certitude qu’elle a du sens aujourd’hui,
    quoiqu’il arrive demain.
    avec toute mon amitiée, à bientôt!
    Francine

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu