Dans sa chronique du dimanche 8 mars 2015, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri nous dit : Nous avons dit “même pas peur” le 11 janvier… Mais est-ce bien vrai ?

Les chroniques de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri sont également diffusées toutes les semaines :

• sur les ondes de RCF Alpes Provence
• sur le site internet du journal Le Point
• sur D!CI TV
• sur le site internet du sanctuaire Notre-Dame du Laus

et tous les mois sur KTO dans l’émission À la source.

Bonjour,

Dans ma chronique de la semaine dernière, je vous faisais part de mon émotion et de mon incompréhension face aux actes de haine perpétrés à l’égard des vivants et des morts, des symboles et des lieux de cultes des différentes religions. Je disais que l’on ne tuait pas au nom de Dieu et que soutenir même de manière indirecte ces actes était déjà y prendre part.

J’annonçais également ma rencontre avec le recteur de la Grande Mosquée de Bordeaux, Monsieur Tareq Oubrou, et l’ancien Rabbin de Munich, Monsieur Arie Folger, lors d’une soirée animée par le journaliste Henri Tincq. Cette soirée prévue le 9 mars avait pour but de montrer que les religions ne sont pas l’opium du peuple et que, aussi étonnant que cela puisse paraître, le dialogue et l’écoute mutuelle sont possibles. Nous voulions à notre échelle contribuer à l’apaisement dont la France a besoin.

Cependant, malgré un travail conséquent, dense et intense de communication, de diffusion et d’information, les spectateurs n’ont pas répondu à ce rendez-vous. La raison principale qui ressort de nos prises de contact est malheureusement mais réellement la peur.

Comme vous avez pu l’apprendre dans les médias, plusieurs rencontres sur la liberté d’expression et le dialogue interreligieux ont été récemment annulées. Suite aux attentats de janvier, l’attentat de Copenhague n’a fait qu’amplifier ce sentiment de peur.

Le constat est  là : les affiches « même pas peur » qui défilaient fièrement le 11 janvier ont dû se perdre quelque part. Ne nous décourageons pas cependant de les voir réapparaître bientôt dans les cœurs et les esprits de nos concitoyens. Pour cela, peut-être est-il utile de rappeler la définition de la peur pour mieux lutter contre : « État affectif plus ou moins durable, pouvant débuter par un choc émotif, fait d’appréhension et de trouble, qui accompagne la prise de conscience ou la représentation d’une menace ou d’un danger réel ou imaginaire. »

Manifester ce sentiment de peur, car c’est donc bien d’un sentiment qu’il s’agit, c’est entrer dans le jeu des terroristes, de ceux qui veulent instaurer la terreur. Prolonger ce sentiment de peur, c’est mettre en péril le lien qu’il y a entre nous, c’est se méfier de son voisin et regarder avec suspicion la personne qui nous dit « Bonjour » dans la rue. Transmettre ce sentiment de peur, c’est fragiliser l’espoir que les nouvelles générations seront plus pertinentes dans l’observation du monde qui les entoure, plus fines et moins manichéennes dans leur vie en société, qu’elles ne regarderont pas l’inconnu comme une menace mais comme une richesse.

Alors, continuons ensemble, chacun à notre niveau, ce travail d’apaisement, de dialogue et de curiosité de l’autre pour arriver à ce temps d’apaisement attendu, je l’espère, par tous. Laissons la peur à ceux qui ont des raisons de craindre, à ceux dont les intentions et les actes sont plus primitifs que ceux des animaux les plus féroces. Pour nous aider à ne pas avoir peur, faisons nôtre cette expression brésilienne qui dit que les Brésiliens sont daltoniens : quand ils voient un homme noir, blanc, rouge ou jaune, ils ne voient qu’un homme.

À bientôt.

Mgr Jean-Michel di Falco Léandri
Évêque de Gap et d’Embrun

Cet article a 10 commentaires

  1. Elisabeth Meyer

    C’est consternant de lire de tels propos envers Monseigneur Di Falco.
    La manifestation “les témoins du possible” ouverte à tous publics a très certainement été décidée en concertation avec les organisateurs et les représentants des trois cultes bien avant les attentats du mois de janvier dernier.
    Donc point de récupération “au seul benefice des religions” de la part de Monseigneur Di Falco.

    1. ASTIER Françoise

      Pourquoi tant de consternation évoquée dans un commentaire? Des questions étaient posées sans réponse définitive, des hypothèses évoquées. Avant d’être aussi catégorique, apprenez à lire!
      En outre, quand cette émission a-t-elle été décidée? Aucune précision n’avait été apportée donc pas d’affirmation péremptoire!
      Attention au culte de la personnalité : on peut apprécier une personne sans pour autant manquer d’esprit critique.
      Bonne journée!

  2. dubois joelle

    facile dans notre belle region! ça l’est beaucoup moins dans de nombreux beaucoup trop nombreux quartiers de l’exagone;tous les chrétiens du monde crucifiés torturés vendus comme esclaves à l’heure actuelle ont la foi!ont le courage! et il en faut pour demeurer chrétiens;demain lorsque nous serons confrontés aux mêmes horreurs et qu’ils ne seront plus là saurons nous être à la hauteur?prions pour eux….

  3. ASTIER Françoise

    Faute de spectateurs, la réunion du 9 mars n’a pas eu lieu ! Faut-il s’en étonner ?
    Je crois Monseigneur, que soit vous n’avez pas compris ce qui s’est passé le 11 janvier 2015 soit vous en avez mesuré la portée et votre démarche (dans cette 2ème hypothèse) peut apparaître au moins comme maladroite , au plus comme une tentative de récupération .
    1 – Permettez-moi tout d’abord de vous rappeler le contexte de cette journée. Les 7, 8 et 9 janvier 2015, plusieurs attentats ont lieu sur le territoire français dont le principal est l’attaque contre la rédaction de Charlie Hebdo et la prise d’otages dans un supermarché casher faisant au total 17 morts. Si la prise d’otages peut apparaître comme un règlement de comptes « religieux » ; en revanche, la 1ière attaque est bien un règlement de comptes contre la liberté d’expression (et la liberté de la presse). Les manifestations du 11 janvier qui ont réuni environ 4 millions de personnes (si l’on en croit le Ministère de l’Intérieur) sont considérées comme « le plus important rassemblement de l’histoire moderne du pays ». La signification principale était , me semble-t-il, de défendre les valeurs substantielles de notre République et notamment la liberté d’expression. Notre pays est encore le symbole des Droits de l’Homme et des Libertés fondamentales. Le « Même pas peur » était un refus d’accepter que le terrorisme gagne. Nous n’avons pas peur de ceux qui veulent détruire notre système (certes imparfait) de libertés publiques par les armes, par la violence.

    2 – Votre réunion du 9 mars 2015 : une tentative de récupération ? Ceux qui ont assassiné ces 17 personnes comme tous ceux qui tuent au nom de Dieu (peu importe le nom qu’Il peut avoir dans d’autres religions) sont-ils des Croyants ou de vulgaires assassins prenant comme prétexte la Religion pour tenter de faire régner la terreur ?. La question doit être posée car, quelle que soit la Foi que l’on puisse avoir, si elle est réelle, profonde, solide, rien ne peut l’ébranler : ni moqueries, ni railleries, ni caricatures….
    Certes cela peut ne pas faire plaisir mais …« sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloges flatteurs » (Beaumarchais) : et alors ? Nul n’est obligé de lire Charlie Hebdo ou autres, nul n’est obligé de visionner certains films. Il suffit de les ignorer. Tout individu bénéficie de cette liberté. Rien ne justifie d’attenter à la Liberté d’Expression (au demeurant si chèrement acquise). Aujourd’hui cette liberté et demain… ?
    C’est pour cela que je n’ai pas compris le refus de l’épiscopat français de soutenir l’initiative de « Reporters sans Frontières » ! L’épiscopat français ne serait-il plus sûr de sa Foi au point de craindre les impertinences résultant de l’exercice de la liberté d’expression? Je n’ose y croire !
    Cette liberté d’expression doit être défendue notamment par tous ceux qui prétendent vouloir avancer , s’ouvrir à la Société. Il ne faut pas admettre d’entrave à cette liberté : tous les « crayons dissidents » doivent pouvoir continuer à s’exprimer ( Art. 11 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen 1789. La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi). La Loi (ni aucun autre texte) n’a jamais interdit à Charlie Hebdo d’être publié, n’a maintenu la critique des religions comme un fait punissable de mort.
    En s’en prenant à Charlie Hebdo, c’est cette liberté (et également certes la liberté religieuse : celle de croire comme de ne pas croire) qui était en danger en janvier 2015 (et qui l’est toujours). Votre volonté de provoquer cette réunion le 9 mars est apparue comme une tentative de récupération au seul bénéfice des « Religions ». L’argument avancé pour justifier le rendez-vous manqué avec les spectateurs : la Peur ? Faux prétexte ! Monseigneur, vivez au XXIème siècle : tout n’est pas à prendre tel quel mais rien ne doit être ignoré !

  4. Martine GILHARD

    Merci !

  5. coursier

    Bonjour, Monseigneur, j’ai bien écouter ce que vous avez dit, mais, il y aura toujours des divergences en quoi que ce soit, la peur qui peut dire n’a pas eu peur. Par contre une chanson parle, qu’il soit noir ou blanc il a le cœur pur et toute innocence, il ne doit pas faire de différence de couleurs ou autres, nous sommes tous des humains et il n y a qu’un seul Dieu

  6. manoroland

    Monseigneur Bonsoir,
    “Même pas peur”
    est ce vraiment un sentiment de peur?
    ou le fait de prendre une position…
    de dialoguer sur ce sujet
    il est plus facile d’évincer ce problème et jouer l’indifférence
    il faut se connaître davantage,mais comment sans dialogue?

  7. Elisabeth Meyer

    Bonjour Monseigneur,

    Des regrets que toutes ces rencontres inter-religieuses soient annulées. Je comprends ce sentiment de peur, mais, avoir peur, n’est-ce pas perdre sa liberté et vivre reclus ?
    Et c’est bien ce que les terroristes cherchent en détruisant le patrimoine de l’humanité et notre histoire, en tuant de la façon la plus atroce des êtres humains, en voulant nous retirer toute identité.
    Sans prendre de risques inconsidérés, je n’ai pas peur et je continuerai à profiter des plus simples et belles choses que nous offre la vie : lire, dessiner, voyager, partager un moment avec d’autres personnes, me recueillir dans une Église quelque soit l’endroit où je me trouve, écouter une chanson magnifiquement interprétée par Les Prêtres “que la Paix soit sur le monde” . En un mot vivre la liberté. Nous sommes sous la protection du Seigneur qui nous aidera à vaincre la peur par nos prières.
    Bonne journée.

  8. croassant

    MONSEIGNEUR,votre chronique du dimanche 8 mars “MEME PAS PEUR” faisait aussi allusion à l’annulation du 9 mars.La soirée”LES TEMOINS DES POSSIBLES”C’est impensable que la population qui se plaint de tout et pour en finir doit se complaire dans cette situation refuse de se joindre à des rassemblements de témoignages interreligieux.Dire oui à une vie nouvelle.Vous MONSEIGNEUR homme de foi et de surcroit EVEQUE votre présence et vos paroles auraient été un grand réconfort.Trop bon,et votre foi en DIEU est pourtant une force pour tout ce que vous entreprenez.Le pardon,la réconciliation,c’est créer des liens,construire des rencontres,des intérêts communs.Bon courage.Bonne semaine.Vous ètes dans mes prières qui sont sincères pendant le CAREME.ARLETTE

  9. croassant

    Ce 8 mars journée de la femme vous parlez de la peur.”MEME PAS PEUR”.Le sentiment de peur c’est prolonger la peur mettre en péril le lien qu’il y a entre nous.La peur pour ceux qui ne croient plus en rien ou qui sont desoeuvrés.C’est pourquoi MONSEIGNEUR il faut que l’EGLISE catholique continue d’instaurer ce que nous,enfant,avons reçu de DIEU la foi et une belle morale.Les parents meme les grands parents ont une part importante a inculquer aux enfants(paroles du PAPE FRANCOIS).Mais la société decline il faut le respect de tout etre humain.”N’AYEZ PAS PEUR” le slogan du très regretté PAPE JEAN PAUL II”Les prières pendant le CAREME et suivre intensément LA PASSION DU CHRIST va nous ressourcer.MONSEIGNEUR vos chroniques tellement d’actualité,intéressant de vous voir et vous écouter.Bon dimanche,bonne semaine.ARLETTE

Les commentaires sont fermés.