La chronique de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri – Réveiller l’enfant qui sommeille en chacun de nous

Dans sa chronique du dimanche 22 février 2015, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri nous invite tout simplement en ce temps privilégié du carême à réveiller l’enfant qui sommeille en chacun de nous.

Les chroniques de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri sont également diffusées toutes les semaines :

• sur les ondes de RCF Alpes Provence
• sur le site internet du journal Le Point
• sur D!CI TV
• sur le site internet du sanctuaire Notre-Dame du Laus

et tous les mois sur KTO dans l’émission À la source.

Bonjour,

Je ne suis pas certain que, comme c’est le cas chaque année, les médias annoncent le début du carême pour les chrétiens comme ils annoncent le début du ramadan pour les musulmans. Je n’ai évidemment rien contre, au contraire. Je pose seulement une question : pourquoi y aurait-il deux poids, deux mesures ?

Après le mercredi des cendres, jour de l’entrée en carême où il nous est rappelé – car il nous arrive de l’oublier – que nous ne sommes que de passage sur cette terre, j’ai plutôt envie de parler de vie que de mort.

« Si vous ne redevenez pas comme des petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux. » dit le Christ. Voilà en quelque sorte un programme de Carême, non ?

Et si c’était l’occasion de réveiller l’enfant qui sommeille en chacun de nous ?

J’avoue être parfois plein d’admiration lorsque je vois la facilité avec laquelle certains enfants parviennent à évoluer au milieu des multiples influences qu’ils ont à subir. Tour à tour ou simultanément, la famille, l’école, la mode, la publicité, et j’en passe.

Tels des funambules de talent, ils avancent sur le fil de leur vie comme s’ils tenaient un balancier invisible leur permettant de garder leur équilibre. Plus que cela encore, quelquefois même ils deviennent nos maîtres et nous devrions nous mettre à leur écoute. Rien d’étonnant à ce que le Christ nous les donne en exemple : « Si vous ne redevenez pas comme des petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux. »

Mais de quel enfant s’agit-il ? De celui dont nous avons encore quelque souvenir au fond du cœur ?

Celui qui regarde les êtres et les choses, toujours comme si c’était la première fois, celui qui sait qu’il ne peut se suffire à lui-même, qu’il a besoin des autres et de Dieu, celui qui est avide de connaître, de savoir et de comprendre, celui qui aime sans désir de posséder, qui espère toujours et surtout qui pardonne – car seuls les enfants sont capables de pardonner comme Dieu pardonne –, oui, cet enfant-là est notre maître.

Alors, en ce début de Carême regardez vos enfants, il y a en eux quelque chose qui parle de Dieu.

À bientôt.

Mgr Jean-Michel di Falco Léandri
Évêque de Gap et d’Embrun

Cet article a 6 commentaires

  1. Monseigneur et les 3 prêtres

    Je suis en dehors du cadre de cette chronique.
    Je vous souhaite de très beaux concerts ensoleillés en Guyanne, Martinique et Guadeloupe.
    Bonnes journées dans les îles. J espère que vous nous enverrez des photos.

  2. Txt repris et adressé à TF1 et BFM… l’entrée en matière les concerne directement…
    et merci pour ce sujet à réflexion… Bonne semaine. Cordialement.

  3. Bonjour Monseigneur,
    TF1, a bien annoncé l’entrée en carême pour le peuple des Chrétiens, ainsi que le mercredi des cendres. Bien n’épilonguont pas sur ce sujet. Mais restons attentif, en particuliers, pour les médias d’Etat, et surtout durant ce quinquénat.
    Quant à rester ou devenir “enfants”, bon nombre de personnes le redevienne malgré elles : ne dit -on pas : “Elle ou Lui est retombé en enfance. Seront-elles auprès de Dieu lors de leur départ de ce monde. Nous devons le croire.
    J’espère n’être pas hors sujet
    Bonne semaine Monseigneur.

  4. Merci et Bon Carême à tous !

  5. Bonsoir Monseigneur

    Comme je voudrais être encore un enfant

    l’émerveillement, la demande de connaissances,

    les sourires , les câlins, le pardon sans

    jugement ,enfin l’Amour de son prochain

  6. Il devient important que tous les Catholiques réagissent et reviennent dans leur Maison qu’est L’Eglise. Là, sans aucun doute, les médias reparleront de notre Carême qui est l’équivalent du Ramadan chez les Musulmans.
    Un post que j’ai relevé dans un grand journal, avant hier, pour un article consacré au Carême : “Le Carême me paraît très anecdotique contrairement au Ramadan qui touche un grand nombre de gens. Je connais des catholiques pratiquant mais aucun d’eux ne le pratique.”
    C’est assez déconcertant de lire ce genre de commentaire.
    le Carême n est pas anecdotique et nous tous Chretiens devons le pratiquer avec joie. Nous pouvons nous donner un objectif, même simple, et, essayer de le prolonger après ce temps de Carême.
    Redevenir un enfant qui découvre les choses les plus simples de la vie – aider, aimer, pardonner -, quel beau rêve à réaliser. Le Seigneur est là pour nous y aider.

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu