La Communion de désir ou « Communion spirituelle »

Ne pouvant pas participer à la messe jusqu’à nouvel ordre, nous sommes invités à approfondir en nous la communion de désir, ou communion spirituelle.

La Communion spirituelle dans le message du Laus

« Une personne, désirant communier un dimanche, ne le peut pas parce que les confesseurs étaient occupés avec d’autres personnes. L’ange dit à Benoîte de lui dire qu’elle méritait autant quand elle ne communiait pas que quand elle communiait, Dieu voyant bien sa volonté.[1] »

Benoîte dit à un religieux : « Ceux qui ne reçoivent pas le corps (du Seigneur) réellement, peuvent le recevoir spirituellement, pour participer au sacrifice de la messe comme faisaient les pères du désert.[2] »

Prière de Communion spirituelle

Seigneur Jésus, je crois fermement que Tu es présent dans le Saint Sacrement de l’Eucharistie. Je voudrais Te recevoir aujourd’hui avec tout l’amour de la Vierge Marie, avec la joie et la ferveur des saints. Puisque je suis empêché de Te recevoir sacramentellement, viens spirituellement visiter mon âme. 

Que ce jeûne sacramentel me fasse communier aux sentiments de Ta Très Sainte Mère et de saint Joseph, quand ils T’ont perdu au temple de Jérusalem ; et aux sentiments de la Vierge Marie quand elle Te reçut sans vie au pied de la croix. 

Que ce jeûne eucharistique me fasse communier aux souffrance de ton Corps mystique qu’est l’Église, partout dans le monde où les persécutions ou l’absence de prêtres font obstacle à la vie sacramentelle.

Que ce jeûne eucharistique soit une réparation pour toutes les fois où je T’ai reçu dans un cœur mal préparé, avec tiédeur ou indifférence, sans amour et sans action de grâce. 

Que ce jeûne sacramentel creuse toujours davantage ma faim de Te recevoir réellement et substantiellement, et ma faim de vivre avec Toi pour toujours dans l’éternité bienheureuse. 

Et d’ici-là, Seigneur, viens nous visiter spirituellement par Ta grâce, pour nous fortifier dans les épreuves et nous apporter ton salut.

Maranatha ! Viens, Seigneur Jésus[3].


[1] Manuscrits du Laus, année 1692

[2] Manuscrits du Laus, année 1673.

[3] D’après une prière rédigée par le diocèse de Vannes.