Pour être en communion avec toute l’Église, participer, chacun à sa mesure.

Le pape nous invite, cette année, à ouvrir nos cœurs et nos prières à ceux dont la vie a été tellement bousculée par des événements dramatiques qu’ils ont été « contraints de fuir comme Jésus-Christ ».

C’est dans deux jours, il y a plein d’autres sollicitations, rien n’a été préparé là où je suis… Et pourtant, chacun peut faire une place aux exilés en ce dimanche.

D’abord dans sa prière personnelle, mais aussi avec d’autres, prier ou échanger en famille, ou avec des amis. Pourquoi pas inviter un migrant à déjeuner ou prendre le temps d’un échange ?

Des temps de célébration particulière, de méditation, de jeux pour les enfants, de rencontre, peuvent aussi trouver leur place. Et bien sûr, y consacrer la célébration eucharistique en totalité, ou l’homélie, la prière universelle…

Et si ce n’est pas exactement le dimanche 27 Septembre, ce n’est pas grave.

Le plus important, c’est de nous unir concrètement à la demande du Pape François dans sa prière à saint Joseph :

Lui qui a éprouvé la souffrance de ceux qui fuient à cause de la haine des puissants, fais qu’il puisse réconforter et protéger tous ces frères et sœurs qui, poussés par les guerres, la pauvreté et les nécessités, quittent leur maison et leur terre pour se mettre en chemin et chercher refuge vers des lieux plus sûrs.

Aide-les, par son intercession, à avoir la force d’aller de l’avant, le réconfort dans la tristesse, le courage dans l’épreuve.

Donne à ceux qui les accueillent un peu de la tendresse de ce père juste et sage, qui a aimé Jésus comme un véritable fils et qui a soutenu Marie tout au long du chemin. Lui, qui gagnait son pain par le travail de ses mains, puisse-t-il pourvoir aux besoins de ceux à qui la vie a tout pris, et leur donner la dignité d’un travail et la sérénité d’une maison.

Retrouvez une interview du Père Antoine Paumard, s.j. : “L’hospitalité est à la portée de tous”.

Écoutez l’interview de François Estrangin, délégué épiscopal de la pastorale des migrants, au micro de Christine Houlé pour RCF Alpes-Provence :