L’Assomption dans les Hautes-Alpes
  • Post published:14 août 2012

Le 15 août, au cœur de l’été, nous sommes invités à fêter Marie en son Assomption. Cette fête célèbre le jour où la bienheureuse Vierge Marie, après sa vie terrestre, a été élevée corps et âme au ciel, pour être plus conforme à son fils (Cf. Catéchisme de l’Église catholique, n° 966).

Le 15 août est l’occasion de pèlerinages dans beaucoup de lieux mariaux, en France et dans le monde entier, et dans notre diocèse à Notre-Dame du Laus en particulier.

Les célébrations du 15 août 2012

MessesInfo permet de retrouver les horaires des célébrations partout en France.
À noter l’application pour IPhone et Androïd qui permet d’accéder à ce service de partout.

La messe de 10h30 au sanctuaire Notre-Dame du Laus, présidée par Mgr Jean-Michel di Falco Léandri, sera retransmise en direct sur RCF au niveau national.

 L’Assomption dans les Hautes-Alpes

L’Assomption est très représentée dans nos églises. Ci-dessous quatre exemples dans les Hautes-Alpes et quelques repères iconographiques.

L’Assomption de la Vierge
par Philippe de Champaigne, 1671,
Église de Saint-Julien-en-Beauchêne
Retable en provenance de la chartreuse de Durbon (1116-1790)

L’Assomption de la Vierge
auteur inconnu
XVIIIe siècle
Église de Saint-Crépin

L’Assomption de la Vierge
par Hippolyte Laurençon
2e quart du XIXe siècle
Église de Saint-Martin-de-Queyrières
L’Assomption de la Vierge
avec sur le bandeau l’inscription
“Marie a été élevée dans le ciel,
les anges se réjouissent”
par Pauline Peugniez et Jean Hébert-Stevens  (peintres-verriers)

2e quart du XXe siècle
Centre de cure Le Bois de l’Ours
à Briançon

 

- Une femme monte au ciel. Ceci permet déjà de distinguer l’Assomption de l’Ascension, qui elle concerne le Christ. À noter que même au sommet de son assomption, la Vierge a toujours une attitude de confiance en la volonté divine.

- La présence des nuées. Elles ont plusieurs fonctions : sous les pieds elles soutiennent la montée de Marie, en s’ouvrant elles montrent la voie du ciel, en se refermant elles cachent définitivement la Vierge à la vue des hommes. Ces nuées n’illustrent pas un départ dans une région lointaine du cosmos, elles sont là pour évoquer la présence définitive de Marie auprès de son fils, vainqueur de la mort par sa résurrection et vivant à jamais.

- La présence parfois d’un tombeau ouvert et vide, voire d’un linceul devenu inutile. Le peintre souligne ainsi que Marie est montée au ciel avec son corps.

- Les anges répandent des fleurs sur le tombeau : la rose est la fleur mariale par excellence. Le mot “rosaire” par exemple, vient du latin d’Église “rosarium” qui désignait la guirlande de roses dont la Vierge était couronnée.