L’aumône, la prière et le jeûne
  • Post published:1 mars 2017

Mercredi des Cendres

Matthieu 6,1-6.16-18

Ce que vous faites pour devenir des justes, évitez de l’accomplir devant les hommes pour vous faire remarquer. Sinon, il n’y a pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux.

Ainsi, quand tu fais l’aumône, ne fais pas sonner la trompette devant toi, comme les hypocrites qui se donnent en spectacle dans les synagogues et dans les rues, pour obtenir la gloire qui vient des hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra.

Et quand vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites : ils aiment à se tenir debout dans les synagogues et aux carrefours pour bien se montrer aux hommes quand ils prient. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu pries, retire-toi dans ta pièce la plus retirée, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra.

Et quand vous jeûnez, ne prenez pas un air abattu, comme les hypocrites : ils prennent une mine défaite pour bien montrer aux hommes qu’ils jeûnent. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ; ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement de ton Père qui est présent au plus secret ; ton Père qui voit au plus secret te le rendra.

L’aumône, la prière et le jeûne

Nous recevons ce texte en union avec les autres grandes religions, l’Islam et le Judaïsme. En effet, Jésus nous parle des efforts de conversion qui nous sont communs : l’aumône, la prière et le jeûne. Il évoque à plusieurs reprises une « récompense » et cela nous étonne ! En effet quand on a décidé de vivre l’évangile du Christ, on ne cherche pas de récompense, au contraire on abandonne beaucoup de bienfaits sensibles pour nous détacher de tous les plaisirs venant du monde ambiant. Et pourtant Jésus insiste sur la récompense, en distinguant la récompense recherchée grâce à nos efforts, et la plus belle des récompenses, celle qui vient du Père des cieux.

Cette récompense, nous ne la mesurons pas, nous ne la prévoyons pas, elle n’est pas de notre ressort, elle vient du cœur du Père ! C’est bien pour cela que Jésus parle de « secret » : il y a des choses qui appartiennent à Dieu et qui sont cachées dans son secret. Que nous fassions l’aumône, que nous priions, que nous jeûnions, la valeur de ces efforts de conversion n’est pas à la mesure humaine, elle est reçue par le Père des cieux, dans le secret de son cœur de tendresse et de miséricorde.

Oui, il s’agit bien de devenir des justes comme le dit le début du texte. Et pour le devenir, l’aumône la prière et le jeûne sont le meilleur parcours de conversion et de purification dans notre vie de pécheur. Mais Jésus le précise : ne nous donnons pas en spectacle, ne cherchons pas à faire savoir au monde que nous nous privons, que nous sommes généreux, ni même que nous prions, même si la prière est la plus merveilleuse union à Dieu. Offrons nos efforts à Dieu, et réjouissons-nous de savoir qu’Il nous prépare la plus belle récompense.

Tout cela, vivons-le au début de ce Carême, avec la joie de saint François.

« Que le Seigneur te bénisse et te garde ; qu’il te montre sa face et soit miséricordieux pour toi. Qu’il tourne son visage vers toi et te donne la paix. » (Bénédiction à frère Léon)

Fr Gérard Guitton, Franciscain (OFM),
Rennes (35)

Dans le diocèse de Gap et d’Embrun

Photos : niches de saints franciscains dans l’église Saint-André-les-Cordeliers à Gap

Saint François

Saint Bonaventure

Saint Antoine de Padoue

La fraternité franciscaine de Gap « Sœur alouette de saint François » va fêter ses 4 ans d’existence. Pendant cette période, elle a eu le souci de faire vivre, dans les Hautes-Alpes, notamment au cours de rencontres mensuelles, la spiritualité de François d’Assise en s’inspirant de sa vie et de ses écrits.

Le mouvement de vie initié par François et ses frères, avec son message de paix, de pauvreté et de fraternité, s’est déployé au long des siècles jusqu’à nous aujourd’hui où la famille franciscaine fête le 8e centenaire de l’arrivée des premiers frères mineurs en France.

Ce jubilé est l’occasion de raviver le sens de la fraternité, une fraternité dont le monde a si grand besoin. Il se déroulera du 10 mars 2017 au 4 octobre 2017.

Quelques temps forts sont à l’agenda sur le plan national :

  • Journées de la fraternité samedi 18 et dimanche 19 mars. Chaque communauté ou fraternité est invitée à ouvrir ses portes pour partager ce qui le fait vivre (concert, temps de prière, conférence…)
  • Colloque les 5 et 6 mai à Lyon, à l’occasion de la naissance de saint Bonaventure
  • Un moment fort estival. Du vendredi 28 au dimanche 30 juillet, rassemblement œcuménique à Vézelay et marche pour la paix Vézelay-Assise
  • La fête de la Saint-François le 4 octobre pour clôturer le jubilé avec diverses célébrations, thèmes, rencontres, selon les régions.

D’autres manifestations sont prévues.

La fraternité des Hautes-Alpes va célébrer ce jubilé en collaboration avec d’autres fraternités, sur le plan régional :

  • Journée ouverte le samedi 18 mars à Notre-Dame des Lumières (route d’Apt) sur le thème « pauvreté, émerveillement avec François d’Assise et Maurice Zundel » animée par le Frère José Kohler, gardien du couvent d’Avignon.
  • Rencontre des deux fraternités du 05 et du 04, avec le Frère Battite de Marseille ; lieu et date (1er juillet) à confirmer.
  • La fraternité des Hautes-Alpes organise d’autre part un voyage à Assise, du 6 au 13 septembre 2017 pour suivre les pas de François dans les lieux où il a vécu.

D’autres projets sont prévus dont les lieux et dates sont encore à préciser :

  • Journée d’enseignement avec un frère franciscain,
  • Représentation théâtrale, à Gap, des Fioretti de saint François, par Francesco Agnello, probablement pour la fête de Saint François en octobre.
  • Fête de la Saint-François en l’église des Cordeliers à Gap.

Toutes les manifestations de ce jubilé sont donc placées sous le signe de la  « fraternité ».

Fraternité, c’est un mot qui doit avoir pour chacun de nous un caractère sacré, car Jésus-Christ lui-même a fait de nous des frères, et François, le Poverello d’Assise, a voulu ce beau mot de « frères » dès l’arrivée de ses premiers compagnons : « Après que le Seigneur m’eut donné des frères …. » (Testament de saint François).

Marie-Thérèse Marmagne
Responsable de la fraternité
« Sœur alouette de saint François »


marmagne.marie@hotmail.fr

Port : 06 81 18 90 34

 

 

 

 

Équipe de communication du Jubilé Franciscain 2017 :

contact : jubile800ans@franciscains.fr

www.jubile800ans.franciscains.fr