Dimanche 8 avril 2018, Mgr Xavier Malle s’est rendu au sanctuaire Notre-Dame du Laus pour présider le dimanche de la miséricorde. C’était en même temps le pèlerinage des membres du groupe Lourdes Cancer Espérance (LCE) des deux départements 04 et 05 (Alpes-de-Haute-Provence et Hautes-Alpes). Mgr Xavier Malle les a rencontrés et s’est adressé à eux dans son homélie (texte et son ci-dessous) :

 

Homélie

Dimanche dernier, nous étions dans la joie de la résurrection. Cette joie, les apôtres l’ont connue, et en ont été transformés, immédiatement. Essayons, à partir des lectures de ce jour, de faire la liste des conséquences de la résurrection sur les apôtres.

1) La Paix de Dieu qui fait surmonter la peur

Les apôtres étaient reclus, portes fermées ; ils risquaient leur vie. Jésus apparaît et dit simplement, sans aucun reproche pour l’avoir abandonné, connaissant bien leur cœur : « La paix soit avec vous. »

2) La joie : « Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. » Le Pape François vient d’écrire une nouvelle lettre sur la joie ! À découvrir d’urgence, car on en a besoin. Et comme dirait le slogan de RCF, « la joie se partage ».

3) L’entrain à évangéliser

« La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » 

Le résultat est décrit par saint Luc dans les Actes des Apôtres, notre première lecture : « C’est avec une grande puissance que les apôtres rendaient témoignage de la résurrection du Seigneur Jésus, et une grâce abondante reposait sur eux tous. »

4) Le Don de l’Esprit Saint, qui explique l’entrain pour évangéliser : « Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. » »

5) Le pouvoir de pardonner les péchés : « À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »

Les prêtres reçoivent ce pouvoir de confesser des mains de leur évêque, de par leur ordination, si l’évêque les en juge idoines. Parenthèse, tous les prêtres n’ont pas forcément le pouvoir de confesser.

Mais pour nous tous, par la résurrection, nous recevons le pouvoir de pardonner les offenses qui nous sont faites. Grand pouvoir ô combien difficile.

6) Une grande foi, c’est ce qui est tombé comme une grâce spéciale pour Thomas. Si on réfléchit bien, Thomas ne demande pas plus que ce dont ses amis avaient bénéficié lors de l’apparition où il n’était pas. Il demande à voir les plaies de Jésus. Mais quand Jésus lui montre ses plaies, alors de son cœur jaillit un cri si puissant et si pur : « Mon Seigneur et mon Dieu. » Le Cœur de Jésus déverse sur Thomas une foi forte à déplacer les montagnes, et la tradition rapporte qu’il mourra martyr en Inde.

7) Un don pour toute l’Église naissante. L’unité et le partage : « La multitude de ceux qui étaient devenus croyants avait un seul cœur et une seule âme ; et personne ne disait que ses biens lui appartenaient en propre, mais ils avaient tout en commun. »

Nous prions souvent, dans la messe, pour l’unité de l’Église dans sa diversité.

Frères et sœurs, voilà ce que Jésus ressuscité veut aussi nous donner. C’est une pure miséricorde, un cadeau de son cœur. Parfois on se dit que les apôtres ont été favorisés. Mais Jésus dit bien à Thomas : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »

Donc recevons en ce temps pascal ces cadeaux de la résurrection de Jésus : la paix, la joie, l’ardeur à évangéliser, le don de l’Esprit Saint, le pouvoir de pardonner, un renforcement de notre foi, l’unité et le partage.

Frères et sœurs, pourquoi pas nous ?

C’est la prière que je formule pour nous, « pour que – comme écrit saint Jean – vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom. »

Pas une vie rabougrie, mais une vie pleine et magnifique.
Parmi nous, vous êtes quelques-uns à vivre à lutter contre la maladie du cancer. Eh bien en ce dimanche de la Miséricorde, Jésus veut aussi vous accorder ces dons de Pâques et cette vie pleine. Luttant contre la maladie, vous savez ce que cela veut dire. Ici au Laus, vous recevrez ces dons par la douceur de Marie. Laissez-vous enseigner par Marie et par sa servante Benoîte.

Jésus est venu avec ses plaies, avec l’eau et le sang de son côté. Et c’est avec son être blessé qu’il a en quelque sorte fécondé la vie de ses apôtres paralysés par la peur.

Vous êtes venus avec vos plaies, et par grâce de Dieu, vous nous transmettez un accroissement de notre foi.

Car la foi est notre victoire, nous dit saint Jean dans la seconde lecture extraite de sa première lettre : « ses commandements ne sont pas un fardeau, puisque tout être qui est né de Dieu est vainqueur du monde. Or la victoire remportée sur le monde, c’est notre foi. Qui donc est vainqueur du monde ? N’est-ce pas celui qui croit ? »

Frères et sœurs, par votre foi, vous avez déjà vaincu la maladie. Recevez la paix de Jésus ressuscité.

Répondons avec Thomas, quand nous recevrons la communion ou la bénédiction du prêtre : « Mon Seigneur et mon Dieu. »

Amen.

Mgr Xavier Malle
Évêque de Gap (+ Embrun)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here