LE MOIS DE MAI SUR LES PAS DE LA VIERGE MARIE
  • Post published:5 mai 2020

Secteur Dévoluy – Veynois – Buech

Le secteur paroissial Dévoluy-Veynois-Buëch avance, en ce mois de mai, sur les pas de la Vierge Marie à qui ce mois est habituellement dédié. Cette perspective prend sens et force d’autant plus au cœur de cette situation de crise sanitaire et de perspective de “déconfinement”.

Bien des signes paroissiaux, en effet, montrent comment Marie, la “jeune fille de Nazareth” (Lc 1,27), est une éminente figure d’espérance dans l’existence quotidienne, dans les épreuves comme dans les joies. Un chant l’exprime clairement : “La première en chemin, Marie, tu nous entraînes !…sur nos chemins de foi, ils sont chemins vers Dieu ! “.

La Vierge Marie est bien présente dans ce Secteur paroissial, par bien des signes. À Veynes, à l’église, un autel, comme dans bien d’autres églises, lui est dédié, en ‘dialogue’ avec l’autel dédié à saint Joseph, ainsi que la chapelle “Notre-Dame de Pitié” près de la Poste. À Serres, au-dessus du bourg, dans les hauteurs, les chapelles de Notre-Dame de Bon-Secours et de Notre-Dame de Saumane. À Aspremont, la chapelle rénovée de Thuoux est dédiée à Notre-Dame de Suanne. À La Roche des Arnauds, au quartier de Corréo, il s’agit de Notre-Dame de Sauveterre, fêtée le lundi de Pentecôte. En Valdoule, Sainte-Marie (ou Sainte-Marie de Rosans) est l’un des trois villages de la vallée avec Bruis et Montmorin. Plus couramment, la Vierge de l’Assomption est fêtée le 15 août, ou aux jours proches, notamment à La Beaume, à La Bâtie-Montsaléon, à Châteauneuf d’Oze.

Au Dévoluy, au col du Festre, avec sa statue, la Vierge Marie veille sur les passants et sur tous les habitants. Pour la population du Dévoluy, à l’église de Saint-Étienne, un grand tableau sur la Vierge apparaissant à la bergère Benoîte Rencurel en 1664, et les Dévoluards faisaient à pied le pèlerinage de Notre-Dame du Laus par le col de Rabou, Gap et Rambaud. Pour Notre-Dame de La Salette, sur la Vierge apparaissant aux deux jeunes bergers Mélanie et Maximin en 1846, à l’entrée de l’église, à Agnières, un vitrail, et à Saint-Disdier une statue, et les habitants allaient à pied au sanctuaire. Maintenant, quelques-uns vont à pied, et plus nombreux en voiture.

À la louange du Seigneur avec la Vierge Marie, nous avons aussi tous les beaux tableaux évoquant la Vierge Marie : les célèbres tableaux de la Vierge et l’adoration des bergers auprès de Jésus à la Bâtie-Montsaléon ; à Saint-Julien en Beauchêne, bien sûr, le célèbre tableau de Philippe de Champaigne sur la Vierge de l’Assomption, tableau apporté de l’Abbaye de Durbon. Et tant d’oratoires, de statues… avec la Vierge Marie comme sainte patronne, ou des icônes comme il en est au Monastère orthodoxe de La Faurie, appelé, justement, Monastère Notre-Dame de la Dormition.

La jeune fille Marie de Nazareth fait la joie de la foi de l’ensemble des chrétiens : des catholiques, des orthodoxes, des arméniens apostoliques, et des protestants comme Martin Luther commentant le “Magnificat” de Marie en admirant la force de sa foi, de sa confiance, et de sa simplicité quand elle se désigne elle-même, de façon exemplaire, comme “l’humble servante du Seigneur“. Et Luther adresse son étude biblique du “Magnificat” à un jeune prince allemand : “Cher Prince, en gouvernant le peuple, si tu veux plaire au Seigneur, regarde bien Marie, elle est l’humble servante du Seigneur “.

P. Pierre Fournier

Cet article a 1 commentaire

  1. Raymonde Eynaud

    Merci pour ce panorama marial dans ce secteur c’est agréable de retrouver tout cela aujiurd’hui
    Quelle belle invitation au voyage dans les Hautes Alpes

Les commentaires sont fermés.