Le renouvellement des vœux de Sœur Louisette : un heureux mélange champsaurin-malgache
  • Post published:3 février 2014

 

 

La célébration de renouvellement des vœux temporaires de vie religieuse de Sœur Louisette a eu lieu à Saint-Bonnet-en-Champsaur le vendredi 31 janvier. La messe a rassemblé les jeunes de l’aumônerie auprès desquels elle est en mission dans le Champsaur et le Valgaudemar. Avec eux les familles des enfants du catéchisme, les paroissiens, les amis de la Pastorale des Jeunes, les prêtres amis et bien sûr les Sœurs de la Salette.

 

Dans un premier temps, Sœur Louisette et Sœur Marie-France, représentant la supérieure générale des Sœurs de la Salette, ont dialogué avec les jeunes de l’aumônerie sur la vocation religieuse et l’engagement à la suite du Christ.

La messe festive a permis à la louange de s’élever vers le Seigneur. La musique était au rendez-vous, avec les instrumentistes et les chanteurs, amis de Gap et de l’aumônerie du Champsaur. Dans son homélie, le père Jean-Pierre Oddon a abordé le thème de la liberté à partir des textes bibliques du jour et des expressions des jeunes : liberté revendiquée par le roi David, non pour servir mais pour tuer, en voulant prendre la femme d’Ourias ; liberté qui fait grandir la vie dans la confiance et le service à l’école de Don Bosco fêté ce 31 janvier ; liberté pour “aller au bout de ses rêves” comme l’avait dit un jeune et comme veut le vivre Sœur Louisette.

 

Soeur Louisette a renouvelé ses voeux devant le Seigneur entre les mains de Soeur Marie-France avant la signature avec sa responsable de sa communauté de Gap et son parrain et sa marraine de vie religieuse venus tout exprès du Cantal.

 

L’eucharistie a été priante et joyeuse. À la prière du Notre Père, les Sœurs de la Salette et les Petites Sœurs de Jéus vivant à Saint-Bonnet sont venues autour de l’autel dans une communion profonde. Le geste de la Paix s’est fait en chantant et dansant au rythme de Madagascar. La messe s’est prolongée par la consécration à Marie, Notre-Dame de la Salette. Au chant final, les enfants ont apporté des fleurs portant leurs messages d’amitié et d’affection à Sœur Louisette.

 

La rencontre s’est poursuivie à la salle paroissiale où spécialités culinaires champsaurines et malgaches ont régalé petits et grands, heureux de cette soirée.

 

 

Cet article a 2 commentaires

  1. Eric

    Le parrain et la marraine de soeur Louisette ne viennent pas du Tarn mais du Cantal (diocèse de St Flour) !

    1. Webmaster

      Merci. C’est rectifié.

Les commentaires sont fermés.