L’ancien Président de la République de Pologne, M. Lech Wałęsa, a accepté l’invitation de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri à venir honorer de sa présence les célébrations de la clôture de l’année jubilaire au sanctuaire Notre-Dame du Laus.

Le Président Lech Wałęsa sera accompagné de son épouse, Danuta, pour s’unir à la prière des pèlerins, se recueillir devant la Vierge du Laus, et donner une conférence sur le thème des racines chrétiennes de l’Europe.

Le 1er mai 2014, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri, évêque de Gap et d’Embrun, et Mgr Luigi Ventura, nonce apostolique en France, ouvraient à Notre-Dame du Laus l’année jubilaire du 350e anniversaire des premières apparitions de la Vierge Marie à Benoîte Rencurel.

Tout au long de cette année, le sanctuaire Notre-Dame du Laus a accueilli plus de 170 000 pèlerins venus vivre la démarche jubilaire de conversion et de réconciliation, découvrir ou redécouvrir le message du Laus, participer aux nombreuses sessions animées par les chapelains du Laus et des intervenants extérieurs.

En ce vendredi 1er mai 2015, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri va clôturer cette année jubilaire en présence du Président Lech Wałęsa et de son épouse.

Programme de la journée

  • 10h30 : Messe présidée par Mgr Jean-Michel di Falco Léandri, sous le chapiteau.
  • Procession vers la basilique pour la fermeture de la porte jubilaire.
  • Dévoilement par le Président Lech Wałęsa de la plaque commémorative de cette journée.
  • 12h30 : Temps du déjeuner.
  • 14h30 : Conférence du Président Lech Wałęsa sur les racines chrétiennes de l’Europe, sous le chapiteau.
  • Temps de questions et réponses.
  • Vers 15h30 – 15h45 : Pour les pèlerins, procession du chapiteau à la chapelle du Précieux Sang. Pour les médias, conférence de presse du Président Lech Wałęsa, salle Saint-Maurice.
  • 16h15 : Pour les pèlerins, célébration de l’office des vêpres sous le chapiteau.

Dates clés de la vie du Président

  • 29 septembre 1943 : Naissance à Popowo en Pologne
  • 1968 : Début de son engagement pour les droits des travailleurs et des étudiants
  • 1970 : Engagement dans le comité de grève à Gdansk
  • Août 1980 : Acteur principal de la protestation au sein des chantiers navals de Gdańsk et créateur du Syndicat libre Solidarność
  • 13 décembre 1981 : Application de la Loi martiale en Pologne et emprisonnement de Lech Wałęsa.
  • 1983 : Prix Nobel de la Paix
  • Fin des années 1980 : Participation aux négociations dites de la Table Ronde avec les autorités communistes qui débouchent sur un compromis avec le pouvoir communiste, la mise en place des élections du 4 juin 1989 et la constitution d’un gouvernement non communiste
  • 22 décembre 1990 : Lech Wałęsa devient le premier Président de la République de Pologne, démocratiquement élu au suffrage universel.
  • 1995 : Création de l’Institut Lech Wałęsa qui a pour mission de diffuser les bienfaits de Solidarność, d’éduquer les jeunes générations, de soutenir la démocratie et la construction d’une société citoyenne en Pologne et dans le monde.

Éléments biographiques

Lech Wałęsa. Leader légendaire de Solidarność qui a mené ce syndicat à la victoire. Sa vie est indissociable de l’histoire de Solidarność et du chemin de la Pologne vers la liberté.

Lech Wałęsa est né le 29 septembre 1943. Les premiers actes de son engagement dans l’opposition remontent à 1968 quand il incitait ses collègues des chantiers navals à ne pas prendre part aux manifestations contre les grèves des étudiants. Depuis son engagement dans le domaine social n’a cessé de croître. Durant la grève de décembre 1970 il prenait part aux travaux du comité de grève et on lui a même proposé d’en devenir le chef.

Après les événements tragiques et la mort d’ouvriers, il s’est promis qu’une telle situation ne pouvait pas se répéter. Il lutta de toutes se forces au sein des Syndicats libres. Il organisait l’action des ouvriers, distribuait des tracts et se réunissait avec d’autres activistes pour parler des droits des travailleurs.

En août 1980 il fut un des principaux initiateurs de la protestation au sein des chantiers navals de Gdańsk. Son engagement personnel, des négociations sans relâche et la lutte pour les revendications a permis la création du Syndicat libre Solidarność. Ce fut la première victoire dans l’histoire de la Pologne où le sang n’a pas coulé. Alors, les yeux de toute la terre se sont rivés sur Gdańsk et sur Lech Wałęsa.

La réaction de l’État totalitaire à ces événements fut l’application de la Loi martiale, le 13 décembre 1981. Lech Wałęsa a été un des premiers à être emprisonné.

Durant les années sombres de la Loi martiale et les temps difficiles après la délégalisation du Syndicat libre Solidarność, alors que le Syndicat avait éclaté et que peu espéraient encore une victoire, Lech Wałęsa a été celui qui ne s’est pas rendu. Il était le porte-parole et le défenseur de l’idée de Solidarność. Malgré la diffusion de calomnies à son sujet et des répressions incessantes de la part des services de sécurité de l’Etat, il n’a pas baissé les bras. Son combat fut apprécié à sa juste valeur par le peuple polonais et au-delà des frontières. En 1983, il reçoit le Prix Nobel de la Paix. Mais il fallait encore attendre pour arriver à une liberté véritable et bien établie.

À la fin des années 80 Lech Wałęsa prend part aux négociations dites de la Table Ronde avec les autorités communistes. La détermination et le courage de Lech Wałęsa, tête de la délégation de l’opposition démocratique, ont débouché sur un compromis avec le faible mais toujours dangereux pouvoir communiste, la mise en place des élections du 4 juin 1989 et la constitution d’un gouvernement non communiste.

Le 22 décembre 1990 Lech Wałęsa est devenu le premier Président de la République de Pologne, démocratiquement élu au suffrage universel. Durant et après son mandat de Président, Lech Wałęsa n’a cessé de représenter la Pologne à l’international.

Il s’est engagé sans relâche dans le processus d’adhésion de la Pologne à l’OTAN et à l’Union européenne. En 1995, il a créé l’Institut Lech Wałęsa qui a pour mission de diffuser les bienfaits de Solidarność, d’éduquer les jeunes générations, de soutenir la démocratie et la construction d’une société citoyenne en Pologne et dans le monde.

Aujourd’hui, Lech Wałęsa continue sa mission de porte-parole de la solidarité. Parcourant le monde, il rappelle l’expérience polonaise et la lutte pour la paix et la démocratie sans que le sang ne soit versé. Par ses conférences et dialogues avec la jeunesse, il appelle à ce que la construction du monde d’aujourd’hui soit fondée sur les valeurs universelles. Adepte de l’égalité des chances que nous permettent les nouvelles technologies et le développement des civilisations, il encourage la création de nouvelles structures de la collaboration pacifique entre nations au XXIe siècle.

Lech Wałęsa a été décoré et distingué de nombreuses fois pour sa lutte pacifique et son rôle d’ambassadeur de la solidarité internationale. Il est chevalier de l’Ordre de l’Aigle Blanc et de l’Ordre de la Renaissance de la Pologne. En 1989, il fut décoré de la plus haute distinction que les États-Unis d’Amérique décernent aux étrangers – la médaille de la liberté. Il est docteur honoris causa de plus de 45 facultés et citoyen d’honneur de plus de 30 villes dans le monde. En 2004, il représentait les dix nouveaux membres de l’Union européenne durant les festivités officielles de leur adhésion, à Strasbourg. En octobre 2008, il est devenu un des douze membres du groupe de réflexion dit groupe des sages. Cette même année il crée un prix éponyme dont les lauréats furent entre autres : Ales Bialiatski, Luis Inacio Lula da Silva ou Mikhaïl Khodorkovski.

 

 

Cet article a 1 commentaire

  1. Elisabeth Meyer

    Merci de nous avoir rappelé la biographie de Lech Walęsa, homme exceptionnel qui a œuvré pour la liberté de ses compatriotes et de son pays avec une grande dignité.
    Monseigneur, je vous souhaite beaucoup de joies pour cette journée. Je serai présente par la pensée et les prières.

Les commentaires sont fermés.