Les grandes orgues de la cathédrale de Gap
L'orgue de tribune de 1981, construit par les établissements Jean Dunand de Villeurbanne, venu remplacé celui de Paul-Marie Koenig
La lanterne des morts du cimetière de La Chapelle à Gap

Après trente ans de travaux, la nouvelle cathédrale de Gap fut inaugurée le 22 septembre 1895. Dès l’année suivante, grâce à la maison Abbey de Versailles, un orgue prenait place dans le chœur. Mais il fallut attendre la fin de la Seconde guerre mondiale pour que soit enfin inauguré un orgue de tribune.

Un médecin gapençais, le docteur Laurent Bernard (1868-1946), avait fait don d’une somme d’argent en vue de la confection des futures grandes orgues. Ce docteur avait son cabinet à Porte Colombe, dans l’ancien hôtel La Grille. Il habitait dans le hameau de Treschâtel, à Lareton, où il avait installé un hôpital pour les militaires blessés au cours de la guerre 1939-1945 ; cet hôpital est devenu par la suite la colonie de vacances Vitagliano. Le docteur Bernard est enterré au cimetière de la Chapelle, où sa tombe comporte une ancre de marine, car il avait été lui-même médecin sanitaire maritime. Il a financé dans ce cimetière le carré militaire et la lanterne des Morts. Il avait écrit deux ouvrages : Aux générations futures et Aux Alpins et Paysans.

Paul-Marie Koenig (de profil) en 1927, lors de l’inauguration de la restauration des orgues de l’église Saint-Nicolas du Chardonnet à Paris. Aux claviers l’organiste Louis Vierne.

Ainsi, grâce au don du docteur Bernard, les grandes orgues ont pu être construites, élaborées par le facteur d’orgues Paul-Marie Koenig (1887-1977), durant la deuxième guerre mondiale. Ce travail lui a demandé pratiquement une année dans des conditions difficiles, car frère du maréchal de France Pierre Koenig, il était fortement recherché par les Allemands. Il se cachait dans l’emplacement actuel des tuyaux et ne sortait que la nuit, averti depuis la maison de Georges de Manteyer (sur la place éponyme) par la famille de son ami Louis Arthaud, laquelle l’avisait que la voie était libre ! Il pouvait alors se rendre chez son ami pour se laver, se changer et se restaurer. Quant aux colis contenant les parties de tuyaux d’orgues, s’ils venaient à être contrôlés lors de leur transport, ils portaient la mention : attelles paramédicales (pour les blessés de guerre).

La tombe du docteur Laurent Bernard (1868-1946) au cimetière de La Chapelle à Gap

Enfin, la guerre étant finie, la bénédiction des grandes orgues eut lieu le 12 mai 1946, leur parrain étant Jean Tourres (fils de Jean, meunier à Beauregard), et la marraine Simone Arthaud (fille de Louis). De chaque côté de ces orgues figurent deux vitraux, qui ont également été financés par le docteur Bernard ; l’un représente saint Bernard, par rapport à son patronyme, et l’autre sainte Paule, en l’honneur de son épouse, Paule Branco de Oliveira.

Jean-Pierre Reybaud

_______________________________________________________________________________

L’orgue de tribune de 1981, construit par les établissements Jean Dunand de Villeurbanne, venu remplacé celui de Paul-Marie Koenig

À noter que l’Association des Amis de l’orgue vient de fêter son cinquantenaire :

Les Amis de l’Orgue de Gap :
1965 – 2015

Depuis cinquante ans l’association des Amis de l’orgue poursuit sa mission, à savoir : « développer la musique, et en particulier la musique d’orgue, restaurer et animer les orgues de notre cité ».

1895 : Après trente ans de travaux, la nouvelle cathédrale de Gap est inaugurée. Dès l’année suivante, grâce à la maison Abbey de Versailles, un orgue prend place dans le chœur de l’édifice.

1946 : Un grand-orgue de plus de cinquante jeux est installé en tribune par Paul-Marie Koenig, facteur d’orgue.

1965 : L’Association des Amis de l’Orgue de Gap voit le jour grâce notamment à Étienne Morel, Jean-Michel Serve, Mario Fabian, Gaston Faure.

1981 : Leurs efforts sont récompensés avec l’installation du splendide orgue de tribune construit par les établissements Jean Dunand de Villeurbanne. Depuis, les Amis de l’Orgue n’ont cessé d’organiser concerts et récitals et d’ainsi accueillir de très nombreux artistes : Pierre Cochereau, René Saorgin, Marie-Claire Alain, André Isoir, Jean Guillou, Louis Robilliard…

1993 : « Les Mardis de l’Orgue », cycle estival annuel de concerts, permettent de retrouver un large public et de découvrir de jeunes et talentueux organistes.

1995 : Fêtes du Centenaire de la Cathédrale. Enregistrement par Sylvain Pluyaut d’un compact-disc.

2 octobre 1998 : Inauguration du nouvel orgue en l’église Saint-André-des-Cordeliers. Deux instruments neufs rythment désormais la vie musicale gapençaise.

ASSOCIATION DES AMIS DE L’ORGUE de GAP
2 chemin sous le Serre Charance
05000 GAP

Cotisation  16 €

 

 

 

Fermer le menu