Vatican II
Le concile Vatican II

– Le décret conciliaire sur l’œcuménisme Unitatis redintegratio

Le décret sur l’œcuménisme a été promulgué le même jour que la constitution dogmatique sur l’Église Lumen Gentium, le 21 novembre 1964.

Cette coïncidence ne doit rien au hasard, car le pape Jean XXIII avait donné deux finalités au Concile Vatican II : la rénovation interne de l’Église catholique et le service de la cause de l’unité chrétienne.

Le jour de sa proclamation finale et solennelle, le décret sur l’œcuménisme a obtenu 2137 voix contre 11.

Il était en chantier depuis la première session lors de l’automne 1962.

On peut considérer ce décret comme l’œuvre du Secrétariat pour l’Unité des chrétiens créé par Jean XXIII avant l’ouverture du Concile et que, dès le début du Concile, il a assimilé aux Commissions conciliaires.

Le Secrétariat pour l’Unité que présidait le Cardinal Bea, assisté de Mgr Willebrands, a travaillé tout au long du Concile en étroite collaboration avec les « observateurs »  que les Communions chrétiennes non-catholiques avaient envoyés à Rome à l’invitation du Pape.

Un tel texte, voté à la quasi unanimité, était impensable cinq avant ! En le votant, le Concile Vatican II a solennellement engagé l’Église catholique sur la voie de l’œcuménisme. Ainsi que l’écrit le Père Yves-Marie Congar dans la présentation qu’il en a faite : « L’acte est d’une portée comparable à celle des grandes décisions historiques par lesquelles le mouvement des choses a été décidé pour des siècles. »

Directoire pour l’application des principes et des normes sur l’œcuménisme (25 mars 1993)

Ce Directoire donne l’orientation et la pratique de l’Église catholique en ce qui concerne l’œcuménisme.

Lettre apostolique Orientale lumen (2 mai 1995)

À l’occasion du centenaire de la lettre apostolique Orientalium dignitas du Pape Léon XIII sur les Églises orientales catholiques, Jean-Paul II invite les catholiques à se mettre comme lui « à l’écoute des Églises d’Orient », de toutes ces Églises qui, ensemble, constituent le second poumon de l’Église du Christ.

– Lettre encyclique Ut unum sint  (25 mai 1995)

Les textes, comme d’ailleurs les gestes, du Pape Jean-Paul II en faveur de l’œcuménisme sont très nombreux.

À n’en pas douter ce Pape considère que l’avancée œcuménique est une des priorités  de son pontificat.

Dans l’encyclique Ut unum sint (« Qu’ils soient un »), il dit on ne peut plus clairement que l’engagement œcuménique est « un impératif de la conscience chrétienne éclairée par la foi et guidée par la charité ». Et, gage de sa bonne volonté, il demande aux responsables des autres Églises de chercher avec lui les formes dans lesquelles son ministère d’unité « pourra réaliser un service d’amour reconnu par les uns et par les autres. »

 

– L’Exhortation apostolique Evangelii Gaudium du Pape François (24 novembre 2013 )

Le pape rappelle dans les paragraphes 244 à 249 relatifs au dialogue œcuménique que l’engagement œcuménique répond à la prière du Seigneur Jésus qui demande « que tous soient un » (Évangile selon saint Jean 17,21) et que la crédibilité de l’annonce chrétienne serait beaucoup plus grande si les chrétiens dépassaient leurs divisions.

Étant donné la gravité du contre-témoignage de la division entre chrétiens, particulièrement en Asie et en Afrique, la recherche de chemins d’unité devient  urgente.