Châteauroux-les-Alpes, est une commune de l’Embrunais, située au sud-est du Massif des écrins et qui s’étend de la Durance jusqu’aux sommets atteignant 3000 m d’altitude.  La commune comporte plusieurs hameaux, comme La Reste, Chameyer, Saint-Marcellin, Fontfourane, Saint-Etienne, Les Chamousses, La Béguée, Saint-Alban, Serre Buzard, et, de nombreux autres écarts et lieux-dits.  Le village, jadis dans le diocèse d’Embrun, a possédé un riche patrimoine religieux dont deux églises, Saint Irénée du XIX siècle aux Aubergeries, au centre du village et ou sont dites les messes dominicales, et Saint-Marcellin des XV-XVI siècles avec un clocher classé M.H. et située dans le hameau homonyme ou des messes sont dites occasionnellement ; Douze chapelles ont été identifiées au fil des siècles, Saint Alban, Saint Étienne et Sainte Catherine. Notre-Dame-des-Anges, Sainte-Marie, Saint-Jean, Saint-Antoine, Saint-Claude et Notre-Dame-des-Jenselmes, puis Saint-Jacques ou Saint-James-de-la-Chalp, dont beaucoup ont disparues. Aujourd’hui, nous connaissons Saint Pierre sise à 2000m à la Cabane de l’Alpet, Saint-Roch au lieu-dit, Saint Etienne au hameau de ce nom, la belle chapelle Saint-Jacques située entre la Durance et le torrent du Rabioux.  Deux monastères rattachés à l’ordre de Chalais, ont aussi existé jadis, au-dessus du village Sainte-Croix créé en 1124 et disparu depuis longtemps et où sont les ruines d’une chapelle Sainte-Croix fondée en 1813 et au bord de la Durance Notre Dame des Beaumes, vendu comme Bien National à la Révolution et aujourd’hui exploitation agricole privée. Par ailleurs subsistent les ruines d’une chapelle, sise aux Fasis. A ce patrimoine important s’ajoutent aujourd’hui la présence de cinq oratoires et une niche votive décris ci-après.
Il faut noter que le chemin de Saint jacques GR653 D dit la Via Domitia traverse la commune.

Oratoire Notre Dame des Beaumes

Cet oratoire est situé au plus bas de la commune (880m) et au bord de la Durance, dans le domaine agricole des Beaumes (grottes), qui tire son origine d’une ancienne abbaye de ce nom qui était rattachée à l’Ordre de Chalais. Elle fut vendue à la Révolution comme Bien National, l’acquéreur en fit une exploitation agricole en utilisant les bâtiments à cet usage. Cet oratoire très rustique, sans doute construit par la famille il y a un siècle au plus, est en très mauvais état, la niche est vide, dans un environnement de dépôt sauvage de ferraille et de carcasses de voitures etc. C’est un bien triste spectacle, émettons le vœu que cet oratoire soit un jour restauré, afin de témoigner, en plus de sa raison initiale, du souvenir de cette ancienne abbaye !

Pour s’y rendre, de la gare SNCF suivre la petite route à droite, passer sous le pont du chemin de fer et poursuivre jusqu’à le Mas des Beaumes, puis continuer jusqu’au bout de la piste.

Oratoire Notre Dame de l’Assomption

C’est un bel et grand édifice situé sur un plateau à 1100m d’altitude, en dessous de la route qui de Saint-Marcellin rejoint Saint-Etienne. Il est construit en pierres maçonnées. La niche ogivale est en belle pierre de taille bien équarrie et abrite aujourd’hui une statue en Plâtre de la Sainte Vierge.  La toiture à deux pentes est couverte d’ardoises.

 

 

 

 

 

Oratoire Notre Dame

Cet oratoire est situé dans le hameau de Saint-Etienne, à 1200 m d’altitude, en bordure d’une propriété. Il semble assez récent, sans doute début XXI siècle. Il est soigneusement construit en pierre maçonnées avec un sommet arrondi autour d’une niche en plein cintre ouverte sur la propriété. La niche abrite une belle statue de notre Dame en prière.

Oratoire Notre Dame de Bon Secours

Edifié sur les lieux d’une ancienne chapelle, disparue depuis des siècles, à 1470 mètres d’altitude. Construit par M. Agnel, du hameau de La Beaume, à la mémoire de sa Grand-Mère qui venait y garder ses troupeaux. Cet oratoire est en grosses pierres maçonnées, la niche est ogivale sous un toit à deux pentes, couvert de lauze et coiffé d’une croix en fer.
Il est situé dans la vallée du torrent du Rabioux, près du Chalet Agnel, un peu après le départ du sentier de la cascade de la Pisse.

Oratoire de la Sainte Vierge

Nous ne connaissons pas son histoire, mais cet oratoire est récent, construit en belles pierres de taille maçonnées, avec une niche en Arc surbaissé qui abrite une statue de la Vierge qui pourrait-être en porcelaine, sous un toit à deux pentes couvertes de lauzes.

C’est le plus élevé de la commune à 1760m, construit sur la piste qui va du Clos Jaunet à la Cabane de Soleil-Bœuf.

Niche Murale Notre Dame de Lourdes

Niche en plein cintre fermée par une porte métallique grillagée, qui abrite une statue en plâtre peint de Notre Dame de Lourdes.
Le propriétaire de la maison a ainsi voulu placer sa maison et les habitants qui l’occupent, sous la protection de la Vierge.

Cette niche votive est située Avenue de la Gare, dans le pignon de la maison rose.

La Chapelle Saint-Jacques

On situe sa construction peu après 1516, mais il semble qu’il existait une maladrerie au-dessus du torrent du Rabioux, à la fin du XIIIe siècle. C’est un édifice orienté au sens liturgique du terme, le chœur tourné vers l’Est. Un clocher à peigne surmonte un pignon à redents couvert de larges lauzes. Une cloche logée dans la niche du clocher était actionnée directement depuis le choeur, à l’aide d’une corde qui traversait la voûte et la toiture. Sur l’abside, on peut voir des restes d’enduit et de peintures murales. Les façades extérieures étaient autrefois enduites et peintes d’un badigeon ocre blanc.

Située en bas de la commune, entre le torrent du Rabiou et La Durance, à l’écart du chemin de Saint-Jacques, ce qui nécessitera un détour pour les Pèlerins de saint Jacques qui voudraient voir l’extérieur ; car la chapelle est ordinairement fermée

Ruines témoignant de deux chapelles disparues

Chapelle Sainte-Croix

C’est une chapelle votive qui fut fondée en 1813 comme en témoigne une pierre gravée, par Guillaume Gay et Claire née Rozan, son épouse, suite à un vœu pour la guérison de leur fils. La chapelle Sainte-Croix était le but d’un pèlerinage (voir ci-dessous la chapelle des Fasis). Elle a été utilisée jusqu’au début du 20ème siècle.

Les ruines de cette chapelle sont situées à quelques kilomètres du hameau de Saint-Marcellin, sur le site de l’ancienne abbaye de Sainte-Croix, sur la rive droite du Rabioux, au-dessus d’un marécage et au milieu des ronces et des bois.

Chapelle des Fasis

Située au hameau des Fasis. Elle est en ruine, mais on distingue encore l’œil-de-bœuf au-dessus de la porte d’entrée à arc roman.
La chapelle des Fazis était le point de départ d’un pèlerinage à la chapelle de Sainte-Croix.

Les pèlerins partaient de la chapelle des Fasis en procession, traversaient le torrent de Rabioux et allaient jusqu’à la chapelle de Sainte-Croix où était célébrée la messe. Après l‘office, ils refaisaient le chemin inverse.
De retour à la chapelle des Fasis, ils déjeunaient sur l’herbe et participaient à diverses animations.

Cet article émane de l’association Connaissance et Sauvegarde des Oratoires et nous vous invitons à visiter le site de l’association : http://www.les-oratoires.asso.fr et le site de l’inventaire national : http://www.oratoires.com ou vous pourrez trouver les oratoires et autres petits patrimoines de votre commune, département, etc.

Les différentes photos et données qui illustrent cet article sont de Sylvie Damagnez, Th. Favier, Monique Mayner (ASPE) et Blanchet  que nous remercions pour leur aimable autorisation.

Vous pouvez enrichir notre inventaire en ligne en nous adressant vos photos d’oratoires, de croix, etc. rencontrés lors de vos randonnées ou promenades, documentées quant à leur localisation. Vous pouvez contacter l’association directement par courriel à l’adresse : oratoires.asso@gmail.com ou par téléphone au 06 16 76 19 09.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here