Les oratoires de Saint-Martin-de-Queyrières

La commune de Saint-Martin-de-Queyrières est située dans le Briançonnais, dans la haute vallée de la Durance. Sise à 1169 m d’altitude, la commune s’étend de part et d’autre de la rivière, dominée par les cimes du Pic de Montbrison à 2815 m au nord et les cimes de la Roche Haute et le Pic de Peyre Eyraute à 2903 m au sud.

La commune comporte 4 oratoires disséminés entre divers hameaux et lieux-dits, ainsi qu’un « oratoire commémoratif » des habitants fusillés en représailles au cours de la dernière guerre, et une belle chapelle peinte au hameau de Presles.

ORATOIRE SAINTE-ANNE

Cet oratoire a remplacé la chapelle Sainte-Anne en ruines depuis fort longtemps, déblayées par les Ponts-et-Chaussées pour l’élargissement de la route. Il est placé sous la garde des habitants ayant participé à sa construction. La bénédiction a eue lieu le dimanche 27 juillet 1975 par l’abbé Charpin, avec la participation des habitants de la commune et du canton.

Il est construit en pierres taillées pour la base et en pierres cimentées et crépies pour le haut. Une grande niche voûtée, fermée par une grille, abrite la statue de style naïf de sainte Anne et la Vierge enfant, taillé dans un tronc d’arbre, sans doute par un habitant. La toiture à deux pentes est en bardeaux de mélèze, débordante en façade pour protéger la niche. De chaque côté de la niche on lit « Sainte Anne » et « 1975 ». Un bac à fleurs plantées est suspendu côté gauche de la niche.

Il est situé à la sortie nord du petit hameau de Queyrières, entre la RN 94 et l’ancienne route, aujourd’hui rue principale du village.

L’ORATOIRE SAINT-OURS ET L’ORATOIRE SAINT-PHILIPPE
VERS  LA CHAPELLE SAINTE-ANNE à LA RATIÈRE

Ces oratoires sont situés sur le chemin muletier qui mène aux chalets d’alpage de La Ratière, petit hameau d’estive habité l’été par les bergers,  et, aussi emprunté par les pèlerins lors du pèlerinage de Sainte-Anne, dont la chapelle est située au hameau. Jadis le chemin muletier était jalonné d’une série de 4 oratoires – selon M. Hermitte – tous construits par les habitants du pays. Aujourd’hui, seuls subsistent l’oratoire Saint-Ours et l’oratoire Saint-Philippe.  S’ils furent édifiés près de l’ancien chemin muletier qui conduisait aux chalets de La Ratière et à la chapelle Sainte-Anne, ils sont aussi près du chemin forestier carrossable actuel qui dessert le hameau et au-delà.

ORATOIRE SAINT-OURS

Cet oratoire est situé après le troisième lacet de la route forestière qui part de Prelles, et au croisement avec l’ancien chemin muletier, à 1400 m d’altitude, avant d’arriver à l’ancien hameau de Piolier. Perché dans le talus qui domine la route, l’oratoire est construit de pierres maçonnées, et couvert d’un toit à deux pentes en bardeaux de mélèze. Une petite niche rectangulaire fermée par une porte en bois vitrée, abrite une statue de la Vierge et une croix métallique.
Sa date de construction est imprécise, mais il figure déjà depuis fort longtemps sur les cartes d’état-major de l’Armée, faisant partie du jalonnement du chemin forestier comme l’oratoire Saint-Philippe. En 1975 il était pratiquement en ruines et a été reconstruit par les habitants depuis.

Qui était saint Ours ? Sanctus Ursus, est un moine écossais qui séjourna quelques temps à Meyronnes au Ve siècle, où son évangélisation marqua grandement les populations influencées par l’arianisme. Puis, il seconda l’évêque d’Aoste et fonda le chapitre de la collégiale Saint-Pierre, aujourd’hui Saint-Pierre-et-Saint-Ours. Il était bon pour les pauvres et on a trouvé de vieux autels où l’on voit saint Ours entouré de pauvres et leur distribuant des chaussures. Selon le martyrologe romain, « il est fêté le 1er février en Vallée d’Aoste, et le 17 juin partout ailleurs. « La légende de Saint Ours, nous apprend qu’en l’an 1655, il fut fait des informations, par l’autorité de l’évêque d’Embrun, sur les miracles opérés à la chapelle Saint-Ours, à Meyronnes, et qu’il fut prouvé que les nommés Jean Bovis de Meyronnes, Pierre Pautriers des Saunières, hameau de Jausiers, et Boniface Pascal d’Allos, tous trois atteints de paralysie et abandonnés des médecins, avaient été guéris miraculeusement par l’intercession de saint Ours, après avoir fait vœu à cette chapelle. »

ORATOIRES SAINT-PHILIPPE

C’est le second oratoire que l’on rencontre sur le sentier, comme aussi sur la route forestière, à 1600 m d’altitude avant toute une série de lacets menant au hameau. Édifice rustique construit en pierres maçonnées, recouvert d’enduit sur les faces arrière et latérales, couvert d’un toit de bardeaux de mélèzes faisant auvent pour mieux protéger la niche, une croix en bois est fixée à l’auvent. La niche rectangulaire protégée par une porte à barreaux de fer abrite un crucifix, une gravure et une statue en résine de Notre-Dame de Lourdes. Des fleurs témoignent d’une dévotion rendue par des habitants du hameau ou des pèlerins ou randonneurs…  M. Auguste Vachet, habitant au Villaret mais originaire du village de Prelles, a restauré cet oratoire en 1978.

Saint Philippe, apôtre du Christ, martyr crucifié la tête en bas à Hierapolis en Phrygie vers l’an 62, fêté le 3 mai, est invoqué pour chasser les serpents introduits dans une maison ou dans un jardin, ce qui n’est pas inutile en montagne.

CHAPELLE SAINTE-ANNE DE LA RATIèRE

C’est au milieu du hameau qu’est située la jolie chapelle Sainte-Anne, but du pèlerinage qui part de Prelles au bas de la vallée. Une pierre gravée du mur de façade porte la date de 1699, date de construction ou de restauration ?

 

ORATOIRE NOTRE DAME DU SACRé-CŒUR

Après le hameau de Piolier, sur le chemin qui monte au hameau de la Ratière, se détache à droite le chemin muletier qui mène au hameau de Sachas. L’oratoire est situé entre Piolier et Sachas en contrebas du chemin à 1400 m d’altitude.

Cet oratoire est propriété des familles Blanchard et Vachet Auguste. À l’origine la niche, grande et fermée, abritait une statue de Notre Dame du Sacré-Cœur ainsi qu’une statuette du Christ au Sacré-Cœur. Il est construit de pierres maçonnées et crépies, couvert d’un toit à deux pentes en bardeaux de mélèze. Il est connu que les dégradations se sont accentuées depuis 1962. Il était encore donné en très mauvais état en septembre 1986. Il a dû être consolidé depuis, mais une restauration serait la bienvenue !

CHAPELLE SAINT-JACQUES DE PRELLES

Le village de Prelles, est traversé par le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, dit la Via Domitia, ou GR 653 D, qui part du col de Montgenèvre ou du col de l’Échelle, pour ensuite suivre la vallée de la Durance jusqu’en Arles.  Le hameau abrite une chapelle dédiée à Saint-Jacques-le-Majeur, datant de 1502, quoique son chevet en cul de four signe ses origines à  l’époque romane. Elle constitua une halte spirituelle pour les nombreux pèlerins qui passaient par là pendant des siècles, et qui y passent encore aujourd’hui.

À l’intérieur, les murs et le chœur sont recouverts de fresques datées du XVIe siècle et restaurées en 1955. Les fresques, véritables « bandes dessinées », servent à rappeler au pèlerin les risques placés sur le cours de sa vie spirituelle, et ceux qu’il peut rencontrer sur son chemin… La Passion et la crucifixion du Christ, l’Annonciation, les évangélistes et les 12 apôtres, sont également des thèmes obligés pour les fresquistes piémontais qui sillonnèrent le sud-est de la France, et qui décorèrent les murs et le chœur de cette chapelle exceptionnelle, comme le montrent quelques exemples donnés ci-dessous :

La chapelle dans le village Le chœur de la chapelle
Accueil des pèlerins de Saint-Jacques La Flagellation du Christ
La Crucifixion Saint Pierre & Saint Paul

 

ORATOIRE DIT STÈLE DE LA ROCHE BARON

Le hameau de la Roche Baron est situé au dessus du chef-lieu de Saint-Martin-de-Queyrières. On y accède à pied par un sentier, et puis du hameau en suivant la piste forestière on trouve un oratoire au troisième lacet, il s’agit bien de la forme et de l’architecture d’un oratoire, avec un soubassement en pierres maçonnées, surmonté d’une niche en maçonnerie crépie, couverte d’une toiture à deux pentes en bardeaux de mélèze. Mais il s’agit en fait d’un monument commémoratif qui rappelle la mémoire des quatre habitants du hameau qui furent massacrés en ce lieu en représailles, comme le  mentionne la plaque scellée dans la niche.

 


Cet article émane de l’association Connaissance et Sauvegarde des Oratoires et nous vous invitons à visiter le site de l’association : http://www.les-oratoires.asso.fr et le site de l’inventaire national : http://www.oratoires.com ou vous pourrez trouver les oratoires et autres petits patrimoines de votre commune

Les différentes photos qui illustrent cet article et le texte de la chapelle de Prelles sont de notre adhérente Sylvie Damagnez qui gère un blog magnifique intitulé Hautes Alpes Insolites :  http://sylviedamagnez.canalblog.com .

Vous pouvez enrichir notre inventaire en ligne en nous adressant vos photos d’oratoires rencontrés lors de vos randonnées ou promenades, documentées quant à leur localisation. Vous pouvez contacter l’association directement par courriel à l’adresse :  ou par téléphone au 06 16 76 19 09

Vous pouvez laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *