Les prêtres et diacres du diocèse ont mis leurs pas dans ceux de saint François

Du dimanche 18 samedi 24 mai, les prêtres et diacres du diocèse de Gap et d’Embrun étaient avec leur évêque, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri, en pèlerinage-retraite à Assise. Mgr Jean-Michel di Falco Léandri avait fait appel au père Éric Bidot, capucin, gardien (supérieur) du couvent de Clermont-Ferrand.

Ci-dessous, quelques photos, une interview du père Éric Bidot concernant cette retraite, des témoignages, le récit en vidéo de la vocation du père Éric Bidot, et un appel des sœurs clarisses françaises d’Assise.

La majeure partie des 30 participants

Le père Nestor, le père Victorien, le père Jean-Liset devant la basilique saint François. Une vraie découverte pour notre prêtre camerounais et nos deux prêtres malgaches.

Le père Éric Bidot prêchant de lieu en lieu. Des lieux révélateurs de l’âme de François et de Claire.

De gauche à droite : le père Ludovic Frère, le père victorien, Jany Pascal, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri, le père Sébastien Dubois

Le baptistère où furent baptisés François et Claire

La Sainte Cène avec saint Jean penché sur la poitrine de Jésus

Statue de saint François écoutant et parlant à une cigale, à la Portioncule

Eucharistie aux Carceri

 

Frère Éric Bidot…

Frère Éric Bidot, vous êtes religieux. Vous avez prêché cette retraite à des prêtres diocésains. Qu’est-ce qu’un religieux peut dire à des prêtres diocésains ?

Religieux et prêtres, ce sont deux états de vie dans l’Église très complémentaires à mes yeux. La vie religieuse reste le signe de la “surabondance de gratuité, qui s’exprime dans une vie dépensée pour aimer et pour servir le Seigneur” disait le pape Jean-Paul II. Ma vie religieuse est structurée par l’expérience de François d’Assise qui veut imiter Jésus et c’est ce que j’ai essayé de partager, non pour l’imposer, mais pour interroger positivement les participants sur leur relation au mystère de Dieu qui est Trinité de pauvreté amoureuse, sur la présence divine dans la Parole et l’Eucharistie pour guérir notre regard blessé…

Saint François devant le crucifix de Saint-Damien

En quoi pensez-vous que la figure de François nous rejoint aujourd’hui ?

François est un saint universel : chacun peut s’y retrouver : l’ermite, le contemplatif, le prédicateur plein de zèle, l’homme présent au monde et proche des pauvres… François est l’homme de l’Évangile et il a rendu l’Evangile aimable par une proximité dévouée. Tout cela, il le fait pour imiter Jésus au point d’être visage, paroles, mains et pieds de Jésus à son époque, le XIIIe siècle, marqué déjà par les conflits, la place de l’argent qui parasite les relations… Au moyen de la pauvreté de vie et de l’attention accordée aux pauvres, François invite à avoir les mains vides pour entrer en relation avec Dieu et le prochain. C’est finalement assez simple comme démarche mais que de résistances en nous !

Que pensez-vous que François et Claire ont apporté à nos prêtres, diacres (et aux épouses de des diacres permanents qui sont venus) ?

Claire recevant l’habit des mains de François

À vous de le leur demander ! Dans la suite de la question précédente, l’apport de François et Claire peut être de s’interroger : suis-je suffisamment ouvert et disponible à la vie que Dieu me communique ? Suis-je pauvre de moi-même pour être riche de la présence du Père, du Fils et de l’Esprit, et donc être davantage moi-même en relation à l’autre, quel qu’il soit ? Comme fil conducteur des conférences et des visites, j’ai suivi une prière de François : “Fais que intérieurement purifiés, illuminés et embrasés par le feu de l’Esprit Saint nous suivions les traces de Jésus”. Ces trois participes passés donnent un itinéraire de vie et de conversion, me semble-t-il. Maintenant, dans une retraite prêchée, il y a ce que dit celui qui parle et il y a le désir de celui qui écoute et qui va s’arrêter sur une parole, un regard…

Qu’est-ce que cette retraite vous a apporté, pour vous prédicateur ?

François avant sa conversion, du temps où la vue de tout lépreux lui était insupportable

J’ai fait l’expérience d’être un serviteur inutile. Je n’emploie pas cette expression par coquetterie ecclésiastique. Réellement, je n’ai fait “que” prêter ma voix à la vie de François d’Assise et à la théologie franciscaine, pour servir la vie de Dieu dans les cœurs et les intelligences des participants à la retraite. J’ai voulu aussi être sensible à ce que l’Esprit Saint voulait dire concrètement par ma bouche, l’Esprit qui est “Père des pauvres”. Voici les deux expressions de ma dernière homélie, le vendredi, invitant les ministres ordonnés à être “aqueduc de la grâce” comme le dit saint Bernard à propos de la Vierge Marie, et “serviteurs de la joie divine” (expression du cardinal Ratzinger dans une homélie pour les prêtres). Un beau programme, non ?

[dessins ci-dessus de Laurent Bidot, frère du père Éric Bidot]

Ils racontent et témoignent de ce pèlerinage…

Dans un site tellement porteur, par sa nature et par ses personnages, une retraite spirituelle pour les prêtres et diacres de notre diocèse ne pouvait être que bienfaisante. Aidés par la parole méditative de notre prédicateur, le frère Éric, capucin, nous ne pouvions que profiter au maximum des lieux et des paroles des saints François et Claire.

Père Joseph Aubin

Cinq journées passées ensemble, prêtres, diacres et leurs épouses autour de notre évêque sont un temps de grâce. Le temps cesse de nous entraîner dans une ronde infernale comme le temps voulait justement se donner lui aussi du temps. Certes, le voyage en autocar est long mais cette retraite le fait vite oublier, d’autant que le père Joseph Aubin et Pierre le chauffeur ont tout fait pour le rendre agréable. Il y avait eu une semaine de retraite à Turin, puis une semaine à Rome. Cette année c’était aller à la rencontre de François et de Claire d’Assise. Le prédicateur, habité par l’expérience spirituelle et mystique de cet homme et de cette femme, nous l’a partagée avec une grande simplicité et une profonde fraternité. Un homme au cœur pauvre à l’image du poverello d’Assise. Les paroles ont eu plus d’échos en les accueillant sur place dans le silence. L’organisation de la semaine a laissé du temps à la réflexion personnelle, à la méditation.

Tout était rassemblé ! une météo clémente ! le calme de la nature et sa beauté ! La vie de François et de Claire, vie de conversion, vie d’abandon des richesses et du prestige social, vie de pauvreté, vie d’annonce de la force et de la pertinence de l’Évangile.  La dimension artistique avec les fresques de Giotto entre autres. La cuisine à l’italienne avec les pâtes. Tout y était et favorisait la fraternité dans les relations. L’Eucharistie en était chaque jour l’expression et la source.

Pour ma part, ce ne sont pas directement des paroles, des prédications qui ont pris de la place dans les valises au retour !  Encore que !…  Mais la vie d’amour et de tendresse du Père qui vient toucher notre cœur et nous habiter.

À renouveler sans aucun doute !

Mgr Félix Caillet

Le père Éric Bidot fait le récit de sa vocation

http://capucins-clermont.org/

Un appel des clarisses françaises d’Assise

Le monastère Sainte-Colette à Assise, où vivent et prient des clarisses françaises

Tu as entre 19 et 35 ans ?… Viens passer 2, 3 ou 4 semaines au monastère des clarisses françaises. Nous t’invitons à oser l’expérience d’un “cœur à l’écoute” au cœur d’Assise, avec du service, de la détente, de la prière, des découvertes dans la cité de saint François et de sainte Claire.

Matin : Travail en équipe à l’hôtellerie
Service : Avec François et Claire,
à la suite du Christ,
expérimenter le don de soi
dans la gratuité et la générosité.

Après-midi : Temps libre aux mille visages
Détente : Visite en Ombrie, marches…
Rencontres : L’équipe, une soeur clarisse, un frère franciscain
Pèlerinage : Découverte de sainte Claire, de saint François
Prière : En solitude, en communauté…

Conditions de participation :

  • Pouvoir se prendre en main en pays étranger
  • Être en bonne condition physique
  • Savoir travailler en équipe et collaborer
  • Pouvoir assumer les dépenses du voyage
    (gîte et couvert sont offerts par les clarisses)

Informations et inscriptions :

Monastère Sainte-Colette
Borgo San Pietro 3
06081 ASSISI
Italie

clarisses@santacolette.com

www.clarissesdassise.com

Ouvrez les portes au Christ !
comme le fit François,
sans peur, sans calculs, sans mesure…

Benoît XVI, message aux jeunes, Assise 2007