Les Rameaux à Gap : Une homélie saluée par des applaudissements

Mgr Jean-Michel di Falco Léandri a présidé la procession et la messe des Rameaux en la cathédrale de Gap. Il a remercié à la fin de la célébration les jeunes qui avaient décoré la cathédrale d’immenses palmes. Ci-dessous des photos, une vidéo et la retranscription de son homélie saluée par des applaudissements.

[flagallery gid=64]

Homélie à partir de 1:50

Homélie

de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri
– Retranscription –

J’ai reçu un appel téléphonique du fils d’un de mes amis. Il me pose la question suivante : « Explique-moi pourquoi ils ont acclamé Jésus et ensuite pourquoi ils l’ont tué ? » J’ai essayé de lui expliquer que la société kleenex existait bien avant l’invention du kleenex. J’ai essayé de lui expliquer la versatilité d’une foule qui change d’avis pour un oui ou pour un non selon celui qui a crié le plus fort. J’ai essayé de lui expliquer aussi la fragilité humaine, qui fait que selon nos propres intérêts nous pouvons changer d’avis assez facilement.

En effet Jésus est acclamé. Un texte nous dit d’ailleurs que ceux qui se manifestaient le plus vivement pour accueillir Jésus étaient les enfants et les jeunes. Peut-être à cause de leur capacité, et leur soif de justice et de vérité qui peut s’émousser avec le temps lorsqu’on devient adulte. Et puis il y a ceux, les grincheux, les vieux acariâtres, qui ne comprennent pas très bien quelles sont ces manifestations autour de Jésus. Quel est ce tapage ! Quel est ce bruit, là ? Pourquoi tout ça, autour de ce Jésus ?

Alors je me demande ce matin, les uns et les autres, de quel côté nous nous situons. Est-ce que nous sommes du côté de ces enfants et de ces jeunes, qui ont soif de justice, de vérité, d’amour ? Ou de ces puissants bien installés que sont les grincheux, avides de bondir sur la moindre critique possible ?

Tout à l’heure en vous regardant, au risque de vous choquer, je me disais : Si m’adressant à cette assemblée je disais la chose suivante : « Les calomniateurs, sortez. Les médisants, sortez. Les jaloux, sortez. Les divorcés remariés, sortez. Les lesbiennes et les homosexuels, sortez. Ceux qui ont trompé leur femme ou trompé leur mari, sortez. » Et j’en oublie certainement. « Ceux qui ont triché dans leur déclaration d’impôts, sortez… » Je crains qu’il ne reste pas grand monde dans notre assemblée. Sauf quelques prétentieux, bien sûr, qui ont le sentiment d’être parfaits !

Eh bien je voudrais dire à celles et ceux qui se sont reconnus dans ce que je viens de dire, car j’espère qu’il y en a ! C’est pour eux et pour elles que le Christ a donné son sang. Pour leur ouvrir, pour nous ouvrir, ce chemin de conversion. Et à celles et ceux que je viens de désigner, ceux que le pape François d’ailleurs parlant du peuple de Dieu appelle « un hôpital de campagne », car nous sommes tous un peu malades, si ce n’est pas physiquement c’est dans notre cœur, eh bien à ceux-là le Christ dit : « Je t’aime ! Je t’aime ! Et si tu veux je suis à tes côtés pour te conduire sur un chemin de conversion. » Car seul l’amour sauve ! Seul l’amour sauve !

Alors parfois dans mes délires et dans mes rêves je me dis : Quand est-ce que l’Église, quand est-ce que les chrétiens, au lieu de sortir dans la rue pour être « contre », manifesteront en masse pour dire : « Nous sommes les témoins de l’amour du Christ ! » ? Vous voyez, je suis bête quand même. Je m’imagine que cela est possible un jour. Que les chrétiens se mobilisent, aillent défiler dans la rue, simplement pour dire : « Nous sommes les témoins de l’amour du Christ ! Et quelle que soit votre situation de vie, quelle que soit la gravité de votre péché, vous êtes aimés ! Vous êtes aimés ! » Alors ras-le-bol, ras-le-bol de ces grincheux aigris, qui ne pensent qu’à nuire, qui ne pensent qu’à critiquer. Ouvrons notre cœur ! Ouvrons notre cœur pour nous laisser aimer par le Christ. Et c’est alors que nous pourrons changer, c’est alors que l’Église et les chrétiens donneront un autre visage. C’est alors que nous donnerons l’envie d’être rejoints. D’être rejoints, parce que l’Église et les communautés chrétiennes seront un lieu où le bonheur d’être ensemble s’ouvrira.

Et parce que je suis le pire des pécheurs, je sais que l’on ne me montrera pas du doigt mais qu’au contraire on va m’aimer et m’aider à sortir de mon péché, et m’aider à sortir de ce dans quoi je m’englue, toujours davantage, parce que personne ne me tend la main, parce qu’on me montre du doigt !

Voilà ce que le Christ vient nous dire au travers de sa Passion. Regardez-le ! Regardez-le ! Admirez-le ! Suppliez-le d’ouvrir notre cœur ! Ce cœur de pierre dont nous parle l’évangile. Alors quelque chose pourra changer. D’abord dans l’Église, d’abord dans nos communautés chrétiennes, et ensuite dans la société. Dans cette société où nous avons d’abord à témoigner l’amour.

J’ai l’impression tous les ans d’une espèce de routine, où nous revivons la Semaine Sainte. Bon, voilà. Et puis on passe à autre chose. Qu’est-ce qui a changé ? Pas grand-chose. Chacun pour soi. Chacun pour soi. Je garde quand même espoir que ces fêtes de Pâques 2014 feront que quelque chose va changer.

 

 

 

Cet article a 6 commentaires

  1. Merci pour cette Homélie du jour des Rameaux. Je l’ai écouté et lu en même temps pour m’en imprégner. Ces paroles me redonnent de l’Espoir par rapport aux épreuves que nous traversons (notre famille : enfants et petits-enfants) aujourd’hui… malgré cette épreuve je n’ai jamais douté…et cette Homélie me redonne du courage… cependant je me pose la question “pourquoi” “mais pourquoi” ???
    Je veux penser que le Seigneur ne nous oublie pas…

  2. Merci Monseigneur, Merci et Merci.

    Ne vous découragez pas 🙂 et nous non plus 🙂 la semence doit germer, va germer. Je ne veux penser que Notre Seigneur investit à fond perdu.

  3. J’aimerai bien entrer en contact avec Mgr di Falco, car il m’est arrivé une chose incroyable mais vraie il y a 5 ans , j’aimerais lui en parler .

    1. Pouvez-vous lui adresser un courrier ? Voici son adresse : Mgr Jean-Michel di Falco Léandri, CS 46006, 05003 Gap Cedex

  4. Merci pour les pécheurs que nous sommes, et quel magnifique espoir dans ces paroles. Oui Dieu est AMOUR ne refusons pas cet Amour, aidons plutôt à le transmettre par le pardon et l’Amour de son prochain.

  5. Monseigneur, votre homélie est un véritable sujet d’actualité… Ces fidèles de France qui ont un point commun, d’avoir péché, et par omission, l’avoir oublié, sont tout de même pardonnés, parce que Jésus nous aime. Je vous souhaite de très bonnes fêtes de Pâques avec l’amour de Christ.

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu