Liberté d’expression et Fraternité
  • 11 janvier 2016

Lettre de Norbert Mouïren, ex-président de la délégation des Alpes du Secours Catholique, à Riss, en réaction à la “Une” du 6 janvier 2016 de Charlie Hebdo.

______________________________________________________

Cher Riss,

Amalgame, provocation, confusion, humiliation, violence. Putain ! Ça suffit !
Bien sûr, mon camarade, tu as droit à tout cela, au nom de ta liberté d’expression.
Tu peux en user et même en abuser. Tu n’auras pas à donner de justifications.
En plus, tu dois être ravi. Car ça se vend vachement bien.
Que j’aimerais savoir dessiner aussi bien que toi !
Et au lieu d’un long discours, emporter l’adhésion avec quelques habiles coups de crayon.

Mais voilà. Ce coup-ci, je n’ai pas tout compris.
Je trouve le dessin que tu signes à la “Une” du mercredi 6 janvier, un peu ambigu.
Tu nous prends carrément pour des cons.
Selon toi, Dieu n’existe pas.
Il ne peut donc pas être en fuite. Logique, non ?
Il ne peut pas être assassin puisqu’il n’existe pas. Élémentaire, non ?
Il t’arrange bien Dieu, et tu t’en sers, alors qu’il n’existe pas. Trop facile.
Tu mélanges tout. Tu pousses un peu, je trouve. Pour un journaliste, ça la fout mal.
Ceux qui continuent de courir, ce sont les djihadistes et autres fanatiques.
Ils existent, eux. Il y en a dans toutes les religions. Et même chez ceux qui sont sans religion.

Franchement, cher Riss, cette “Une” : était-ce bien le moment ?
Pendant ce temps, tu feins d’oublier tous ceux qui appellent à la paix et au recueillement.
Tes copains, nos frères, méritaient mieux que ce dessin, en ce triste anniversaire.

Moi aussi, j’aime bien rire. Rire de tout. Déconner. Mais là, ça ne me fait pas rire.
Parce-que ton dessin est une humiliation pour ceux qui croient en un Dieu “Amour”.
Ils utilisent leur liberté de conscience et tu ne peux pas leur en faire le reproche.
Et si cette caricature est humiliation, elle est forcément violence.
Tu es bien placé pour savoir les méfaits de la violence.

Et après la barbarie, il n’y a que cet “illuminé” de Jésus pour dire qu’il faut pardonner.
Moi, je ne le trouve pas si con que ça, Jésus. Pardonner, c’est une façon d’arrêter l’escalade.
L’escalade dans les dessins, l’escalade dans les mots.
Pour finir, sans commune mesure, dans l’escalade que tu sais. Et ça fait gerber !

Bravo et merci pour ta liberté d’expression. Tu vois, je l’utilise, moi aussi.
Mais à la différence près : lorsque je lis, je vais jusqu’au bout.
Si je lis : “Liberté”, je lis aussi “Fraternité”.
Et je pense que ma Liberté d’expression doit s’arrêter dès que je mets à mal la Fraternité.

Allez, salut, mon camarade, mon frère.
J’imagine ta souffrance depuis le départ de tes illustres copains.
Je ne suis pas toujours Charlie, mais je suis définitivement le frère de Charlie.
J’étais dans les manifs en 2015, et j’y serai encore, pour défendre nos valeurs républicaines.
Toutes, y compris la Fraternité.

Fraternellement.

Norbert, le 9 janvier 2016.

Cet article a 10 commentaires

  1. Toutes formes de liberté d’expression à l’encontre de la religion,de notre Dieu est un blasphème.Je suis chrétienne et difficile d’accepter une telle caricature envers notre Sauveur,notre Créateur.Le Christ accordera-t-il la vie éternelle à celui qui vit dans la rébeillon,contre,Sa personne,et contre Les lois?.

  2. Je crois que Norbert a très bien résumé et commenté cette caricature. Nous pouvons rire de tout y compris de la religion mais avec modération et avec beaucoup de respect. Effectivement, un jour ou l’autre nous payons au centuple toutes formes de violence envers les autres.
    La Liberté de paroles, dessins, caricatures est un bien précieux que nous devons préserver sans outrance, sans provocations et dans le respect des religions et des autres.

  3. Ton billet d’humeur, Norbert, à l’attention de Riss m’a épaté ! En effet, à la ligne 32, tu as percé le secret de l’oxymore républicain affiché au fronton des temples républicains : Liberté Egalité Fraternité. Un mien cousin franc-maçon notoire, m’avait, en son temps, initié à la lecture ésotérique de cette devise.

    Pour les commodités de la sculpture et de la lecture elle est ainsi présentée au peuple. Mais elle ne doit en aucun cas être lue et comprise aussi laconiquement. Voici la maxime complète qui supprime l’oxymore :

    La LIBERTE doit être en EGALITE avec la FRATERNITE

    Bravo d’être arrivé aussi proche du sens originel. Et ainsi tout change…

  4. je n’ai pas envie de commenter ce genre de chose, ce que je voudrais dire a force de se moquer du religieux, il arrive un moment ou cela se retourne contre les personnes qui utilisent ces ignominies et patatra tout le monde semble étonné.
    comme aurait dit ma grand mère ne te moque pas ,car il t’arrivera des ennuis. Dieu est plus grand que tout et pour le temps qui reste de nos vies, nous devrions bien être en parfaite harmonie avec lui père fils et esprit .
    bien a vous
    ferdy

  5. Merci Norbert pour ce commentaire d’un dessin révoltant. Ce n’est pas Dieu qui a tué, à Charlie Hebdo, au World Trade Center, au Bataclan et ailleurs, mais bien des hommes fanatisés au nom d’une caricature de Dieu. Et ce dessin met honteusement dans le même sac les bourreaux, de Daech notamment, et leurs innombrables victimes, en France et surtout au Moyen Orient.
    Bravo Norbert, car si tu ne sais pas dessiner, tu sais écrire et clamer ta colère en la pimentant de ton humour que je reconnaît bien là.
    Bien fraternellement à toi

  6. Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et l’auteur de ce courriel ne déroge pas à la règle. Bravo. On pourrait ajouter un autre adage : qui aime bien (ce qui semble être le cas entre ces deux personnes) châtie bien … Sur ce point il n’y va pas par Quatre Chemins. Encore bravo et puisque nous sommes dans ce bain particulier je vous invite à aller sur mon blog où je traite également de ce sujet et d’autres encore.

  7. Merci, Norbert, tout est dit dans votre texte. La liberté d’expression a ses limites. Cette caricature ne ressemble pas à Dieu qui nous aime et nous protège, et si elle représente le Père Noël, celui-ci se déplace avec sa hotte remplie de jouets et non avec une arme. Vous pensez aux enfants?,la peur pour eux!

  8. Il faut dire les choses telles qu’elles sont : Charlie Hebdo est un journal répugnant qui s’en prend surtout à la religion catholique et ce de manière très violente. Ce journal est une incitation à la haine anti chrétienne dont on voit les résultats constamment (encore deux églises incendiées en Seine et Marne).
    Alors ce déferlement de haine anti chrétienne cela suffit.
    Quant à M Mouïren au lieu de défendre les valeurs républicaines (qui ne sont pas un dogme) il ferait mieux de défendre les valeurs chrétiennes.

    1. Les valeurs républicaines ne sont pas forcément toutes en contradiction avec les valeurs chrétiennes. Un adage philosophique et théologique dit : “Peu importe qui dit quoi pourvu que ce soit vrai”. Transposé ici, cet adage serait : “Peu importe qu’une valeur soit républicaine ou chrétienne, du moment qu’elle est juste et vraie.”

      1. La société libérale et libertaire dans laquelle nous vivons, héritière de la philosophie nihiliste des Lumières, refuse de reconnaître l’existence de Dieu et de la morale naturelle. Cette incompatibilité avec la religion catholique fait qu’un chrétien vit dans un compromis pour un moindre mal. Avançant d’un pas tandis que la société en fait mille dans le sens contraire et submerge le monde d’erreurs, il apparaît illusoire de vouloir transformer la société actuelle privée de l’éclairage divin. Notre véritable moyen d’action réside à faire régner le Christ dans les coeurs et à le propager chez nos proches.

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu