L’interdiction des messes n’est pas une première en France !

AU 12ème siècle, sous Philippe- Auguste

L’interdit total du Royaume de France de janvier 1200 à septembre 1200 sous Philippe Auguste pour cause d’adultère publique du Roi.

Lire l’histoire passionnante !

http://enviedhistoire.canalblog.com/archives/2006/09/18/2706080.html https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_II_Auguste#Mariage

Texte intégral de l’Interdit du Royaume de France mis en vigueur le 15 janvier 1200

L’interdit fut même étendu aux funérailles (cf. le tableau de Jean-Paul Laurens en haut, cadavres et portes du cimetière condamnée – Ce tableau est au Musée des Beaux Arts du Havre) mais les baptêmes pouvaient cependant être célébrés par les fidèles ou par les clercs et les prêtres étaient encore autorisés à célébrer la confession des mourants.

Pour la reprise du culte (ainsi que des enterrements et des sacrements, il y eu des sonneries de cloches et l’enlèvement des voiles de deuil (visibles sur le tableau) qui recouvraient les portes des sanctuaires.

Dans l’Ancien Testament

L’interdit total du territoire d’Israël de -167 à –164 pour raisons politiques (en application du principecujus regio, ejus religio qui sera théorisé bien plus tard) avec comme facteur aggravant le pillage etles actions sacrilèges dans le Temple (cf. livres des Macchabés). Tout culte avait été supprimé dans tout le pays sous peine de mort.Comme vous le savez fort bien lors de la reprise du Culte par Israël cela donna lieu à une nouvelle dédicace du Temple et la créationen souvenir de cette dédicace de la fête de Hanouka, fête de la lumière, avec l’histoire de l’huile du sanctuaire se renouvelant miraculeusement.