« Le Livre noir de la condition des chrétiens dans le monde » doit nous ouvrir les yeux
  • 10 novembre 2014

Max Gallo a publié la tribune suivante dans le Figaro du 7 novembre 2014 (page 16). Max Gallo est écrivain et historien, membre de l’Académie française.


 

Enfin ! Voici sur un sujet décisif un livre capital. Soixante-dix « contributeurs » ont donné naissance au Livre noir de la condition des chrétiens dans le monde. Le titre dévoile l’ambition et l’actualité du projet. Pas un auteur qui ne soit connu pour sa compétence sur le sujet qu’il traite : génocide au Soudan, persécutions en Afrique de l’Ouest, situation du christianisme aux États-Unis, en Europe…

L’évêque Jean-Michel di Falco cite dans sa préface à l’ouvrage quelques lignes du pape François: « Les chrétiens persécutés sont une préoccupation qui me touche de près en tant que pasteur, écrit le Souverain Pontife. Je sais beaucoup de choses sur les persécutions qu’il ne me paraît pas prudent de raconter ici pour n’offenser personne… Je voudrais qu’une chose soit claire : je suis convaincu que la persécution contre les chrétiens est aujourd’hui plus forte qu’aux premiers siècles de l’Église. Ce n’est pas de l’imagination : les chiffres sont là. » C’est précisément parce que les données factuelles sont abondantes, rigoureuses, qu’elles éclairent la genèse des persécutions et leur développement, que le livre est « décisif et capital ».

D’abord la compétence des « contributeurs » est incontestable. Les faits qu’ils rapportent − expulsion des chrétiens, là, violences presque partout − sont décrits au terme d’enquêtes conduites dans chaque continent. Mais il y a plus : la forme choisie pour rapporter tel ou tel événement n’est pas immuable, mais adaptée aux situations évoquées dans le chapitre.

On y lit des reportages, des analyses, des interviews, et même « une petite géopolitique du christianisme » (Jean-François Colosimo), et surtout ce « tour d’horizon », conduit avec rigueur et confronté à des persécutions concernant d’autres groupes humains, débouche sur une conclusion préoccupante, et le pape François y a fait allusion : « la religion chrétienne est la plus persécutée ».

Et cette constatation pose une question qui nous concerne tous, préservée depuis le temps du Christ, la religion chrétienne (et disons catholique) est menacée de disparition. Certes, non pas dans la présente décennie, mais dans un avenir proche. Or, à l’exception de ce livre, c’est dans une « belle » indifférence qu’on regarde les croyants, contraints à quitter leur patrie, et des noyaux chrétiens d’humanité sont ainsi désagrégés, leur langue − celle du Christ − est étouffée −, leurs églises, leurs traditions, leur histoire sont voués à la disparition.

Ne pas se préoccuper du destin des chrétiens dans le monde, c’est accepter de bâillonner une des voix fondamentales de l’humanité. Peut-on laisser faire, que l’on soit chrétien, agnostique ou musulman ? Vouloir sauver la « terre », ce n’est pas que se soucier d’écologie et de gaz à effet de serre, c’est sauvegarder ce cœur d’une fraction d’humanité qui a parlé, et parle encore, de l’Amour, c’est-à-dire de l’Humain. « Comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres. »

Retrouver cette voie chrétienne dans toute l’histoire du monde, c’est maintenir vivante la foi qu’elle exprime et dont ce livre porte témoignage. Et naturellement, à travers sa diversité, la richesse de son histoire, constater les persécutions dont la communauté chrétienne est menacée chaque jour, aujourd’hui, c’est-à-dire que sur tous les continents, là où il y a des chrétiens ils sont menacés, mais ils portent témoignage et ne renoncent pas.

Ce livre est un aspect de ce combat. Il faut employer ce mot, car l’exclure, pour ne pas choquer, c’est baisser, fût-ce un instant, les bras. Ce n’est pas un « hasard » de l’histoire que le Christ ait été crucifié. Il porte toute une tradition : crucifixion, résurrection. Laisser dénaturer sans réagir cette richesse qui se trouve au cœur des chrétiens, c’est abandonner le christianisme. Le Livre noir de la condition des chrétiens dans le monde est un rappel de la réalité telle qu’elle est vécue par des millions de chrétiens. La persécution, c’est le bâillon. Le Livre noir de la condition des chrétiens dans le monde fait écho à toutes les communautés chrétiennes. À ce qu’elles subissent, à ce qu’elles veulent : n’être jamais l’Église du silence.

Max Gallo


Le Livre noir de la condition des chrétiens dans le monde, sous la direction de Jean-Michel di Falco, Timothy Radcliffe et Andrea Riccardi. Ouvrage coordonné par Samuel Lieven (XO Éditions, 814 p., 24,90 euros).

Cet article a 1 commentaire

  1. Tout mon respect, tous mes encouragements à Max Gallo, et soutien à
    tous ceux qui l’écouteront , ainsi que nos
    pasteurs. Il y a danger pour la chrétienté.
    Que nous nous unissions tous!

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu