L’orgue de la cathédrale de Gap a 40 ans

Ce dimanche 4 avril 2021, dimanche de Pâques, voilà 40 ans exactement que l’orgue de la cathédrale de Gap a été inauguré.

Le 4 avril 1981, Pierre Cochereau, organiste de Notre-Dame de Paris et René Saorgin, professeur d’orgue au conservatoire de Nice, donnèrent un concert inoubliable aux claviers du Grand Orgue construit par le Facteur Jean Dunand de Lyon. L’association des Amis de l’Orgue de Gap était à l’origine de ce projet.

Console de l’orgue de la cathédrale de Gap

Pendant des années ses membres avaient multiplié les démarches auprès de la Mairie de Gap, du Conseil Général des Hautes-Alpes, de la direction Régionale de la Culture, du Ministère de la culture, de la direction du patrimoine… pour que le projet se réalise. Et après plus de dix ans d’efforts, le rêve devenait réalité, le nouvel orgue en encorbellement au fond de la nef venait remplacer avantageusement l’ancien instrument construit pendant la guerre 1939-1945 avec des matériaux pauvres et une technique dépassée.

Il faudra encore plusieurs années pour que cet instrument construit en trois étapes soit entièrement terminé et que ses 3495 tuyaux répartis sur 3 claviers et un pédalier fassent vibrer pleinement cette vénérable Cathédrale. Pendant 40 ans cet instrument remarquable a joué un grand rôle dans la vie musicale gapençaise :

– Orgue Liturgique : les organistes de la Cathédrale se sont succédés à la tribune pour accompagner régulièrement les célébrations des dimanches et des fêtes, des heures sombres comme des heures de joie.

– Orgue de Concert : de nombreuses manifestations musicales ont pu être organisées notamment par l’Association des Amis de l’Orgue qui a créé depuis plus de 20 ans un festival reconnu, “Les Mardis de l’Orgue”, concerts qui attirent chaque année un public nombreux.

Les organistes de la Cathédrale feront sonner particulièrement ce grand orgue à l’occasion des célébrations pascales pour célébrer cet anniversaire.

                                                                                               Michel BERNARD-REYMOND

Laisser un commentaire