You are currently viewing Le loup habitera avec l’agneau, prophétie non encore réalisée. Homélie pour les Confirmations à Molines-en-Queyras

Dimanche 4 décembre 2022 – AVENT 2 (A)

La neige nous annonce que la fête de Noël approche. Nous sommes déjà au second dimanche de l’Avent sur 4 dimanches. Nous avons peut-être déjà confectionné une couronne de l’Avent, installé une belle crèche provençale dans nos maison et nous apprêtons à décorer un sapin de Noël. Pour continuer à préparer nos coeurs à la venue du Sauveur, les textes de ce dimanche nous présentent un personnage redoutable, saint Jean-Baptiste. On dit parfois qu’il était le dernier des prophètes de l’Ancien Testament, faisant la jonction avec le Nouveau Testament, annonçant la venue du Messie et la nécessité de se convertir.

Il devait être impressionnant, portant un vêtement de poils de chameau, et se nourrissant de sauterelles et du miel sauvage. C’était un homme tout donné à sa mission de précurseur, de prophète et cela attirait les foules venues pour être baptisés par lui dans le Jourdain, pour un baptême de pénitence de leurs péchés.. Pourtant il ne mâchait pas ses mots : « Engeance de vipères ! Qui vous a appris à fuir la colère qui vient ? » Ou encore : « Produisez donc un fruit digne de la conversion. » Et à ceux qui se recommandent de leur tradition familiale en disant « Nous avons Abraham pour père » , il leur dit que Dieu n’en tient pas compte, et que « des pierres que voici, Dieu peut faire surgir des enfants à Abraham ». Comme évêque je n’oserai pas dire cela aux catholiques des Hautes-Alpes ! Cependant chers amis en Christ, son appel à la conversion doit aussi nous toucher : « Convertissez-vous, car le royaume des Cieux est tout proche. »

Ce dimanche nous entourons ceux qui vont recevoir le sacrement de la confirmation.

C’est pour eux l’accomplissement de leur initiation chrétienne, qui se fait en trois étapes, le baptême, la première des communions et la confirmation. Alors n’est-ce pas l’occasion pour chacun d’entre nous de faire un point sur notre foi ?

Peut-être que certains se sont arrêtés en route de leur initiation et ne sont pas allés jusque la confirmation ? Il est bon de savoir que c’est possible à tout âge de reprendre le chemin de l’initiation chrétienne. 

Peut-être que certains se sont dit : c’est bon, j’ai tout fait, je suis maintenant tranquille, et je peux vivre comme si Dieu n’existait pas ? Mais quel dommage de passer à côté de cet amour divin.

Peut-être enfin que certains ont reçu ce merveilleux cadeau de l’Esprit Saint, mais n’ont pas encore ouvert leur cadeau ! C’est à dire vivent sans jamais invoquer l’Esprit Saint !

La prophétie d’Isaïe, notre première lecture est une prophétie de bénédiction.

A l’époque, les rois d’Israël n’étaient pas des saints, et le prophète puise dans sa foi la certitude que la promesse faite au roi David, fils de Jessé, d’une descendance apportant la paix au peuple se réalisera ; c’est l’espérance du roi messie. Sur lui reposera l’Esprit du Seigneur, et Isaïe fait une liste des dons de cet Esprit ; vous les avez appris lors de votre préparation. Ensuite il dit que ce sera un règne ce justice « il jugera les petits avec justice », et un règne de paix, avec ces images incroyables, c’est l’un des plus beaux textes de l’histoire de l’humanité, alors réécoutons-le : « Le loup habitera avec l’agneau, le léopard se couchera près du chevreau, le veau et le lionceau seront nourris ensemble, un petit garçon les conduira. La vache et l’ourse auront même pâture, leurs petits auront même gîte. Le lion, comme le bœuf, mangera du fourrage. Le nourrisson s’amusera sur le nid du cobra ; sur le trou de la vipère, l’enfant étendra la main. Il n’y aura plus de mal ni de corruption sur toute ma montagne sainte ; car la connaissance du Seigneur remplira le pays comme les eaux recouvrent le fond de la mer. »

Ce texte impressionnant ne semble pourtant pas d’actualité si j’écoute les informations,

que l’on pense à l’Ukraine et à bien des pays en guerre, mais que l’on pense aussi à la violence qui monte dans notre propre pays. Il y a deux mille ans, le Seigneur Jésus, ce Messie tant attendu est né dans une étable à Bethléem, pauvre pour mendier notre amour. Chers amis en Christ, que la fête de Noël réveille en nous la confiance dans le plan divin du Salut qui est de sauver chacun d’entre nous et l’humanité entière. « La connaissance du Seigneur remplira le pays », prophétise Isaïe. Ah si la connaissance du Seigneur emplissait le Queyras ! Samedi dernier, j’ai promulgué les Orientations Missionnaires diocésaines intitulées « mission altitude », avec une lettre pastorale intitulée : « Montagne, portez au peuple la paix », selon la parole d’un psaume. Je vous invite à la découvrir sur internet ou à en demander une exemplaire papier à votre curé. « Portez au peuple la paix, ce plan divin du Salut se réalise en Jésus, malgré toutes les difficultés, mais à une condition : que nous fassions place à Jésus dans nos vies. Alors chers amis confirmands, ce jour de votre confirmation sera le début d’une vie chrétienne à fond, si et seulement si vous le décidez, et ssi chaque jour vous priez cet Esprit : « Viens Esprit Saint, remplit moi de ton amour, de ta joie, de ta paix, que je puisse contribuer, avec la grâce de Dieu, à l’amélioration du monde ». Alors, comme dit saint Paul, notre seconde lecture, « grâce à la persévérance et au réconfort des Écritures, nous garderons l’espérance », l’espérance d’un monde meilleur, car il commencera par moi qui peut devenir meilleur en accueillant Jésus dans ma vie.  Viens Seigneur Jésus dans la crèche de mon âme. Amen.