La miséricorde – Luc 6, 36-38

 

« Soyez miséricordieux comme votre Père est riche en miséricorde, Ne vous érigez pas en juges et vous ne
serez pas jugés. Ne condamnez pas et vous ne serez pas condamnés. Acquittez et vous serez acquittez. Donnez et on vous donnera. C’est une bonne mesure, tassée à ras bord et pleine à déborder
qu’on vous remettra. La mesure dont vous vous servez servira également de mesure pour vous. »

La source du pardon

 

Ces paroles archi-connues vous ont-elles permis de faire aujourd’hui une petite découverte : « Soyez
miséricordieux comme Votre Père des cieux. » Cette conjonction « comme » suggère quel est le modèle social de l’Évangile. Modèle divin de l’amour. Si on l’appliquait, croyez-moi, la terre
tournerait plus rondement.

Miséricorde dit bien ce que ce mot a l’intention de signifier : « Dieu au cœur de nos misères. » Tous
ces chagrins, ces échecs, ces déceptions qui nous écorchent à l’intérieur et l’ingratitude de ceux à qui l’on s’est donné, telle parole blessante… La miséricorde suppose que, devant notre
malheur, on reproduise ce qui se passe dans le cœur de Dieu. Il voit dans nos comportements, parfois agressifs, une souffrance cachée. Ce n’est pas toujours par méchanceté que nous nous en
prenons à notre prochain. Nous aussi, nous pouvons être meurtris par la vie. Plutôt que de montrer de la dureté, mieux vaut se dire : « Faut-il que celui-ci souffre pour en arriver à être
aussi mordant ? »

Alors, un peu de compassion commence à naître en nous. Non pas de la sensiblerie émotionnelle, mais ce don de
soi particulier qui se traduit par le pardon. La miséricorde en est la source. Miséricorde-pardon, un duo d’amour : la main que l’on donne à l’autre, la joue qu’on lui tend, pour qu’ensemble
on puisse embrasser la vie de manière nouvelle… Dieu est pédagogue. Il nous promet une récompense comme des parents le font à des enfants pour les stimuler. L’Évangile nous déclare : «
C’est la mesure dont vous vous servez pour les autres qui servira pour vous. » Ne voyez pas là un marché. Dieu n’est pas calculateur. Il offre une plus-value à l’amour : le pardon, c’est
l’amour-plus.

 

Père Pierre Talec, 64 regards sur Jésus, Editions Salvator, 2005, 17 €, ISBN 2-7067-0415-2

Fermer le menu