Mgr Georges Pontier fête les mages à Embrun
  • 9 janvier 2013

En ce dimanche 6 janvier 2013, les paroissiens de l’Embrunais et du Savinois se sont retrouvés à Embrun pour fêter l’Épiphanie, une des fêtes majeures de l’ancien archevêché, dont la cathédrale est consacrée à Notre-Dame du Réal (Notre-Dame des Rois).

Mgr Jean-Michel di Falco Léandri avait invité Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille, pour l’occasion. Ci-dessous quelques photos et l’homélie de Mgr Georges Pontier.

Une partie de l’assemblée

Les personnalités locales, dont Chantal Eyméoud, maire d’Embrun

Le Père Jean-Pierre Oddon, curé, durant son mot d’accueil

Mgr Georges Pontier durant son homélie

Au cours de la prière eucharistique

Mgr Jean-Michel di Falco Léandri remercie le Père Jean-Pierre Oddon

Au cours du déjeuner, avec Mgr Georges Pontier à la droite de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri

Une des tables lors du déjeuner

Homélie

par Mgr Georges Pontier
Archevêque de Marseille

Frères et Sœurs,

Suivons les Mages et laissons-nous conduire par l’étoile jusqu’à la maison où demeurent l’enfant qui vient de naître, Marie sa mère et Joseph.

Ils nous sont précieux ces Mages qui entreprennent leur longue marche pour aller jusqu’au bout de leur recherche, de leur questionnement, de leurs interrogations. Ils sont comme des chercheurs inlassables et insatisfaits.

L’évangéliste saint Matthieu ne nous raconte pas la nuit de Noël avec l’annonce faite aux bergers, mais il a choisi de nous rapporter la visite des Mages venus d’Orient, déstabilisant Hérode et les responsables religieux des juifs. Il nous aide ainsi à entrer plus avant dans la compréhension du mystère de Jésus, à l’élargir, à l’ouvrir à tous les chercheurs de Dieu d’où qu’ils viennent.

Car à vrai dire, depuis plus de 2000 ans, la question demeure la même : Qui est cet enfant qui vient de naître ? Qui est ce Jésus de Nazareth, né à Bethléem ? Qui est Celui qui mérite un tel détour ?

Plusieurs fois Jésus répondra lui-même à cette question, et en ce jour de l’Épiphanie on peut se rappeler ce moment où Il dira : « Je suis la lumière du monde. Celui qui vient à ma suite ne marchera pas dans les ténèbres ; il aura la lumière qui conduit à la vie. »

En présentant la visite des Mages, Matthieu révèle que Christ est venu pour tous.

Les Mages, eux qui ne sont pas du peuple juif, nous font percevoir que ce Sauveur est pour tous les hommes, tous les peuples, toutes les nations. Lorsque la tradition chrétienne a ajouté les Mages à la crèche, elle en a mis trois, alors que l’évangile ne propose aucun chiffre, et même trois de couleur différente : un blanc, un noir et un jaune !

Comment pourrait-il en être autrement ? Si Dieu se fait homme, ce ne peut pas être que pour quelques-uns ! Il ne vient pas pour en sauver seulement quelques-uns ! Il ne vient pas pour dresser les uns, ceux qui le reconnaîtraient contre les autres. Il ne vient pas pour diviser mais pour réconcilier ! Il est prince de la paix. Il est ami des hommes, lumière des nations païennes, Gloire d’Israël.

En Jésus lui-même sont unies l’humanité et la divinité. En Jésus Dieu montre sa bonté pour tous les hommes et à son tour l’homme trouve dans son lien avec Dieu sa justesse de vie et sa vérité. En Jésus Dieu se rend visible à nos yeux et en Jésus encore l’homme peut contempler ce que c’est qu’être homme ! La grandeur de Dieu et la beauté de l’homme sont unies en Jésus et l’homme est sauvé de toutes ses prétentions, de ses aveuglements, de son orgueil, de ses ténèbres. Il se reconnaît enfant de Dieu, fils de Dieu, appelé à vivre en Dieu et aussi à vivre en frère avec tous les hommes que Dieu aime.

Les Mages cherchaient ! Les Mages ont vu se lever l’étoile ! Les Mages se sont mis en marche et devant l’enfant de Bethléem « ils tombèrent à genoux, se prosternèrent devant lui, ouvrirent leurs coffrets et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe. »

Frères et Sœurs, ici à Embrun vous vivez dans cette mémoire et cette lumière de l’Épiphanie. C’est un des temps forts de votre année pastorale.

Puisez dans ce mystère la lumière qui vous renouvelle dans votre foi, en cette Année de la foi tout particulièrement. Comme les Mages, sortez de chez vous, laissez tout, sortez du chez vous de vos certitudes ou de vos tiédeurs, laissez-vous guider jusqu’au Christ. Contemplez-le, aimez-le, adorez-le, offrez-lui ce que vous avez de meilleur, c’est à dire vous-mêmes. Devenez messagers de sa lumière. Qu’elle transparaisse dans vos choix de vie. Que votre amitié pour Dieu soit visible. Que votre charité soit pour tous les hommes, sans distinction aucune, que votre espérance soit solidement enracinée en Christ. Que votre ambition soit de lui plaire.

Frères et sœurs, on parle beaucoup dans notre Église d’évangélisation, de nouvelle évangélisation, mais évangéliser, n’est-ce pas d’abord aller jusqu’à la maison où se trouve le Christ pour le contempler, pour lui laisser répandre sa lumière sur toutes les zones obscures de nos vies pour les rendre lumineuses et rayonnantes ? Livrez-vous à la Parole de Dieu. Nourrissez-vous aux sacrements de sa présence. Laissez l’Esprit d’amour sauver ce qui en vous est divin.

Prenez ensuite votre part dans l’annonce de l’Évangile, dans l’annonce que Christ est la lumière de tous les hommes, lumière intérieure, lumière qui fait disparaître les ténèbres de l’intelligence qui refuse toute clarté et celles des comportements qui veulent tout légitimer et celles des repliements et des peurs.

Oui, contemplez, contemplons Dieu qui en Christ se fait frère des hommes. Soyons des amis de la paix, des acteurs de fraternité, de solidarité. Brisons les murs qui séparent les hommes, dans nos familles, nos villages, notre société, dans l’Église et dans le monde. Soyons des amis de la paix et des fils du Prince de la Paix.

Permettez-moi pour terminer de vous relire un extrait de l’évangile de la messe du jour de Noël : Comprenons que dans ce passage, le mot « verbe » désigne le Christ, la Parole de vie. « Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tous les hommes en venant dans le monde. Il était dans le monde, lui par qui le monde s’était fait, mais le monde ne l’a pas reconnu. Il est venu chez les siens et les siens ne l’ont pas reçu. Mais tous ceux qui l’ont reçu, ceux qui croient en son nom, il leur a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu. Ils ne sont pas nés de la chair et du sang, ni d’une volonté charnelle, ni d’une volonté d’homme : ils sont nés de Dieu. Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité. »

Il est là au milieu de nous, mieux encore en chacun de nous, ce matin. Béni soit-il !

Ne fermons pas notre cœur.

Laissons-nous éclairer par sa rencontre.

Amen.

Cet article a 1 commentaire

  1. Bonjour
    .
    Connaissez-vous les légendes du quatrième Roi Mage ?
    .
    Voici celle qui me plaît le plus, de mémoire et abrégée ; puisque suivant les circonstances on peut ajouter, modifier.
    .
    Un Roi mage est parti de Perse avec une bourse pleine de magnifiques perles rares.
    Chemin faisant il rencontre une jeune fille qui est attaquée par des soldats. Il va vers les soldats et achète la liberté de la jeune fille en leur donnant une perle.
    Un soir qu’il était dans une auberge, il voit l’aubergiste jeter dehors un vieillard malade, dans la nuit et le froid. Il va voir l’aubergiste et lui donne une perle pour qu’il prenne soin de ce vieillard.
    Tout le long de son chemin, lorsqu’il rencontre quelqu’un dans le malheur, il s’arrête pour lui apporter son aide.
    C’est ainsi que lorsqu’il arrive à Bethléem il n’y a plus personne. Marie et Joseph sont repartis vers Jérusalem avec l’enfant Jésus.
    Abattu, ce Roi Mage demande où est Jésus. On lui répond qu’il est à Jérusalem. Aussitôt il se met en route.
    Mais voilà, chaque fois qu’il rencontre quelqu’un dans le malheur, il s’arrête pour lui apporter son aide. C’est ainsi que lorsqu’il arrive à Jérusalem, à nouveau plus personne. Il demande où est parti Jésus. On lui répond qu’il est en Égypte.
    A nouveau il se met en route. Dois-je dire pourquoi lorsqu’il arrive en Égypte il ne trouve pas Jésus ? Parce que chaque fois qu’il a rencontré quelqu’un dans le malheur, il s’est arrêté pour lui apporter son aide.
    Toute sa vie il cherche à rencontrer Jésus, mais il ne le rencontre pas.
    .
    Un jour il apprend que Jésus a été arrêté et qu’il va être crucifié, il se dit : “Cette fois je dois le rencontrer !”
    Il se met en route. Mais voilà chaque fois qu’il rencontre quelqu’un dans le malheur il s’arrête pour lui apporter son aide.
    Et lorsqu’il arrive au Mont des Oliviers, il n’y a plus personne. Ce Roi Mage est complètement abasourdi, au point qu’il veut mourir.
    A ce moment une clameur vient du ciel, et qui s’illumine. Une voix s’élève, et qui dit : “Mon frère, de tous les Rois qui sont venus m’honorer tu es le seul qui m’a apporté de l’aide, quand j’étais malade tu m’as réconforté, quand j’avais froid et faim tu as ouvert ta porte pour me réchauffer. Toute ta vie tu as été à mes côtés, et je serai à tes côtés jusqu’au jour ou tu monteras au ciel. Ce jour-là je t’accueillerai.”
    .
    Les enfants adorent cette légende, tous les ans ils réclament que je la raconte, et j’invente un nouvel épisode pour qu’ils la découvrent à nouveau.
    .
    Bonne et heureuse année,
    que ce Roi mage dont son nom ne nous est pas parvenu soit aussi à vos côtés, tout au long de cette année.

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu