You are currently viewing Mgr Xavier Malle revient sur la visite ‘ad limina’ à Rome et sa rencontre avec le Pape François

Vous êtes rentré de Rome depuis quelques jours, pouvez vous nous dire quel est l’objectif de ces visites ad limina du 6 au 11 septembre 2021 ?

Je suis toujours sous le coup de l’émotion, et un peu de la fatigue de cette semaine romaine ! Les visites des évêques à Rome, ‘ad limina apostolorum’, aux tombeaux des apôtres, ont lieu en principe tous les 5 ans. Mais le nombre de diocèse se multipliant, surtout dans les pays dits de mission, cela espace de plus en plus les visites et la nôtre a aussi été reportée en raison de la pandémie. Les dernières visites ‘ad limina’ pour la France étaient en 2012. J’ai donc eu la grande chance de passer une semaine à Rome. Il me semble que cela a eu 4 objectifs :

  1. Rencontrer le Saint Père, pour renforcer et manifester l’unité de l’Eglise. Magnifique rencontre du vendredi 10 septembre matin ! Plus de deux heures à 25 personnes avec lui !
  2. Un échange d’information entre les évêques et les différentes cardinaux de la curie romaine, c’est à dire en quelque sorte les ministres du Pape. Chaque jour deux ou trois rencontres le matin et d’autres l’après-midi. Intense… dans une chaleur estivale romaine encore présente.
  3. Faire un pèlerinage ensemble sur les tombes des apôtres. Ainsi chaque matin, après le petit déjeuner de 6h, nous allions célébrer la messe dans les 4 grandes basiliques romaines : Saint Pierre, Sainte Marie Majeure, Saint Jean de Latran et Saint Paul hors les murs. Etre ensemble à Rome a aussi été pour nous une occasion de nous revoir car la Covid fait que nous nous sommes peu vus entre évêques depuis 2 ans !
  4. Enfin, pour certains frères évêques, c’est aussi un temps de découverte de la ville éternelle. Pour ma part, ayant fait tout mon séminaire à Rome, je connais déjà bien, et ai pu avoir la joie de guider certaines visites, et la joie de retrouver le Séminaire Français de Rome où nous étions merveilleusement accueillis pour l’hébergement. Bien sûr nous avons gouté aux glaces de Giollitti juste à côté !
Messe à Saint Pierre de Rome

Quelle était l’ambiance dans les dicastères ?

Les dicastères, ou ministères du Pape, sont des lieux de travail et de rencontres. Nous avons été chaleureusement accueillis, d’autant plus que nous étions la première visite ‘ad limina’ depuis le début de la pandémie ! Dans chaque dicastère, l’un d’entre nous faisait un résumé de la question en ayant étudié les rapports de tous les diocèses. On m’a demandé de le faire pour la communication, étant membre du conseil pour la communication de la CEF. Puis le cardinal prends la parole puis un dialogue s’instaure. La posture des cardinaux n’est pas de nous faire la leçon, mais de nous écouter et de nous encourager, et de nous partager leurs préoccupations, leurs projets en cours. J’ai pris beaucoup de notes, qu’il me faudra relire, et un fichier à part : idées à retenir !

Rencontre avec le cardinal Parolin, secrétaire d’Etat du Pape, numéro 2 du Vatican, et Mgr Gallagher, chargé des relations avec les états (ministre des affaires étrangères)

Racontez nous un peu la rencontre avec le Saint Père !

Autant nous étions un peu fatigués par la semaine intense que nous venions de vivre, autant le saint Père était en grande forme, très souriant, beaucoup d’attention à chacun et de l’humour. Il s’est livré comme à des frères, et je garde pour moi les confidences qu’il nous a fait.

Nous étions disposés en U ; à son arrivée dans le salon de réception, il a fait le tour de chacun et nous avons pu nous présenter. Puis il n’a pas fait de discours, mais notre archevêque de Marseille, Mgr Jean-Pierre Aveline, a présenté au Pape plusieurs sujets pour introduire le dialogue. Comme la situations politique en France, le motu proprio restreignant la messe selon la forme ancienne, le processus synodal qui s’ouvre bientôt… Le pape commence sur un sujet, puis nous dialoguons. A un moment il regarde sa montre alors on se dit c’est foutu pour les autres sujets, surtout qu’il part bientôt pour 4 jours de voyages dans les pays de l’Est. Mais il dit : « nous avons encore une heure, prenons les autres sujets ! » Donc sur chaque sujet il y a eu une vraie écoute. C’était un grand moment.

Je l’avais déjà rencontré à 3 reprises : dès ma nomination comme évêque, j’avais été présenté à lui à la fin d’une audience sur la place saint Pierre, puis au cours de la formation des jeunes évêques et enfin à l’occasion d’un voyage des élus organisé par notre province de Marseille. A chaque fois il y avait un long discours et une salutation brève. Là il a vraiment pris le temps pour chacun.

Il me semble que dans une vie d’évêque c’est un moment très fort qui va me porter pour les années à venir.

En route vers une rencontre dans un dicastère près du Vatican

La publication a un commentaire

  1. magat

    quelle chance ! si je vais a Rome pourrais je rencontrer le Saint Pere ?

Les commentaires sont fermés.