Mieux vaut trois mousquetons en fer que trois mousquetaires au fond…

Pour aller plus loin

Détails :

  • « Fais-moi connaître ta route ». Ce genre de cri, on le sort quand rien ne va plus et qu’on est perdu. Rarement quand on est au cinéma ou avec des amis…
  • Cibar (pour ceux qui ne le savent pas, c’est le prénom du lapin) est dans une fâcheuse posture. La tête en bas, des nœuds dans le corps (d’ailleurs il a deux mains gauches).
  • Il a un vieux matériel, car aujourd’hui, on fait des sacs un peu mieux, mais sont-ils plus costauds ? Le « vieux matériel », c’est l’Église, qui date, mais qui tient toujours. Quelquefois, on a l’impression de la porter comme un fardeau, mais c’est elle qui nous porte. Bref, sans le sac à dos, le lapin serait écrabouillé en bas de la falaise.
  • Cibar perd la nourriture de son sac, mais pas la boisson (la gourde reste accrochée). On peut survivre sans manger, mais pas sans boire. La gourde, c’est la foi, elle est attachée à l’Église.
  • La pioche, c’est la persévérance. Elle est beaucoup plus difficile à porter qu’un piolet. Elle permet de faire des trous pour enfoncer des crochets et avancer méthodiquement.

Questions :

  • Il n’y a pas de questions. À toi de voir comment ça te parle…

Dessin et questions à partir des lectures qui seront lues le dimanche 2 décembre 2012, 1er dimanche de l’Avent – année C

  • 1ère Lecture : Jérémie 33, 14-16

  • Psaume 24

  • 2e Lecture : 1 Thessaloniciens 3, 12 – 4, 2

  • Évangile : Luc 25, 21-28, 34-36

Avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Le lapin bleu, c’est aussi un blog, des BD, un prêtre. Pour en savoir plus : http://lapinbleu.over-blog.net/

Fermer le menu