You are currently viewing Migration en Briançonnais, hébergement à l’église sainte Catherine, message du curé et photos
Briancon, October 26 2021. After the closing of Refuges Solidaires, the exiles are hosted by the diocese of the Hautes-Alpes in Sainte-Catherine Church and the Sainte-Therese room, after two nights in the train station. Briançon, 26 octobre 2021. Suite à la fermeture de Refuges Solidaire, les exilés sont accueillis par le diocèse des Hautes-Alpes dans l'église Sainte Catherine et la salle Sainte Thérèse, après deux nuits dans la gare.

Message du Père Jean-Michel Bardet, curé de Briançon, parue sur le site internet des paroisses des Hautes vallées, le 1er novembre 2021

20211025 Hébergements de migrants - église sainte Thérèse - BRIANCON

Les photos sont de © Julien Benard https://hanslucas.com/jbenard/photo

Toussaint 2021

Qu’on les nomme exilés ou migrants, ils sont sur la route depuis des mois et des mois, reprenant souffle de refuges en refuges dans le meilleur des cas.

Malgré les dévouements de tous ordres, avec la générosité et l’énergie de la part de jeunes gens bien souvent du même âge, la route est dure, longue, violente, bordée d’illusions mortifères, du triste danger de ceux qui s’enrichissent de la misère de leurs frères, mais aussi heureusement de cette expérience du geste fraternel, de compassion, qui réconforte autant celui qui le donne que celui qui le reçoit.

La paroisse de Briançon, avec le soutien de l’Evêque du diocèse de Gap Mgr Xavier Malle s’est ouverte cette semaine comme un « refuge » parmi tant d’autres, comme elle a pu le faire autrement à de multiples occasions.

Nous avons souhaité que durant cette étape sur le Site de l’église Ste Catherine, ce soit aussi l’occasion de permettre des échanges moins crispés, entre services de l’état, associations solidaires, collectifs et individuels, paroissiens, tous soucieux que la personne humaine reste au cœur de cette recherche commune d’apaisement au cœur d’un drame appelé à marquer durablement notre siècle.

Je rends grâce pour cette bonne volonté manifeste, pour ces dialogues respectueux, pour ce temps d’un café même rapide avec les forces de l’ordre où, en de brefs échanges, était palpable le commun désarroi face à cette situation douloureuse.

Gérer ensemble une crise, à notre humble échelle, où la place de la parole d’une promesse « de quelques moyens supplémentaires » vient alors apporter étincelle de réconfort et d’encouragement.

Le « croire en la parole de l’Autre » est bien le nœud de ces échanges, et d’une possible convergence pour une cause commune : que l’humanité s’en trouve grandie.

Mais gare ! Si la parole n’est pas honorée… c’est alors l’expression de la désespérance, d’une colère qui trouvera souvent son expression dans une violence amère, et des errements accablants.

Permettez-moi humblement de le partager, dans la Foi chrétienne qui m’anime, que jamais la Parole de Dieu ne se dédit ; c’est Elle qui peut nous permettre de tenter de faire confiance en la parole de notre interlocuteur, et de toujours oser celle-ci.

En vous souhaitant de célébrer joyeusement cette formidable Espérance ! Bien fraternellement.

Cet article a 2 commentaires

  1. ROUSSÉ

    Bravo aussi père Jean-Michel à qui je pense souvent, nous nous sommes rencontrés plusieurs fois à GAP mais je n’ai plus de vos nouvelles. Vous m’avez beaucoup aidée et vous continuez avec force et dévouement.
    Bien à vous;
    Michèle ROUSSÉ

  2. Jean-Louis Garnier

    Bravo Jean-Michel! Bravo Monseigneur! Comme il est bon de savoir que la miséricorde n’est pas un vain mot dans ce Diocèse. Que le Christ vous apporte sa force et son amour pour vous aider à accueillir, réconforter et accompagner l’étranger qui n’a plus rien et qui vient frapper à notre porte!
    Jean-Louis Garnier

Les commentaires sont fermés.