Moi, vous ne m’aurez pas toujours – Lundi 2 avril
  • Post published:2 avril 2012

Moi, vous ne m’aurez pas toujours
(Jn 12, 8)

Jésus est descendu à Béthanie dans la maison où il est accueilli chez Lazare, Marthe et Marie. Tandis que Marthe assure le service de la table, Marie répand sur les pieds de Jésus un parfum très pur et de grande valeur. La réaction de Judas pourrait être la réaction de beaucoup de personnes aujourd’hui : il aurait été plus utile de garder l’argent dépensé pour l’achat du parfum et de le donner aux pauvres.

Mais, si Jésus ne nie pas que le soutien des pauvres doit demeurer un souci permanent, il se situe dans un autre registre. Il voit dans ce geste fou d’amour l’annonce de l’embaumement qui va accompagner sa sépulture.

Prendre soin du Corps du Christ est la mission de l’Église aujourd’hui. Elle la vit en célébrant l’eucharistie et ses prolongements dans la prière et l’adoration, mais, en même temps, dans le service des pauvres. Sans la relation avec les pauvres, notre vie avec le Christ se dessèche. Sans l’adoration, le risque est de ne voir dans l’autre que ce dont il a besoin et d’oublier ce qu’il est aux yeux de Dieu, une personne digne d’être aimée, même si elle ne croit plus à cette dignité.

Mgr Michel Santier

______________________

Méditation extraite du hors-série n° 27, Le compagnon de Carême, publié pour le Carême 2012 par la revue Magnificat.

Avec l’aimable autorisation de la revue Magnificat

  • Pour acquérir Le compagnon de Carême, cliquer ici : Le compagnon de Carême
    Vous y trouverez la Parole de Dieu du jour, des commentaires d’auteurs, des articles sur la liturgie, la liturgie des heures du dimanche.
  • Pour s’abonner à la revue Magnificat, cliquer ici : Magnificat
    Tous les jours, la revue mensuelle Magnificat propose les textes officiels de la messe, deux temps de prière (le matin et le soir) puisés dans le trésor de la liturgie des Heures, des textes de méditation extraits des Pères de l’Église, des écrits spirituels contemporains qui prolongent la prière et invitent à vivre la foi, des extraits du martyrologe romain (multiples visages de sainteté qui reflètent l’unique lumière qui nous éclaire), et chaque mois une œuvre d’art sacré commentée par un spécialiste.