La Nuit des Cathédrales a fait son retour samedi soir en France, au Luxembourg et à Trèves en Allemagne.

Cet événement d’art, de culture et de spiritualité en était à sa cinquième édition. Des animations avaient été programmées dans trente-cinq cathédrales dont celle d’Embrun : rencontres spirituelles et culturelles, concerts, expositions, conférences, visites guidées, méditations, temps de prière communautaire et individuelle.

L’initiative remonte à 2007. À l’occasion de “Luxembourg et Grande Région, capitale européenne de la culture”, les cathédrales de Luxembourg, de Metz et de Trèves avaient laissé leurs portes ouvertes et proposé un programme culturel et spirituel varié.

L’idée était de montrer que la culture et la spiritualité s’interpénètrent. Au fil des ans, la Nuit des Cathédrales est devenue un signe d’unité et de diversité culturelle et spirituelle.

À Embrun, un programme particulièrement riche était proposé pour la cathédrale Notre-Dame du Réal, en collaboration entre la paroisse, les archives du diocèse et l’Office de tourisme de la ville.

À 18h00, Luc-André Biarnais, archiviste du diocèse de Gap et d’Embrun, a délivré une conférence sur l’histoire de la cathédrale, construite entre 1170 et 1225, contemporaine de Notre-Dame de Paris, témoin de l’histoire d’Embrun et de l’Embrunais.

À 19 h 30, Guillemette Mappus, de l’Office de tourisme d’Embrun, a présenté les œuvres du peintre Louis Court (1670-1733) se trouvant dans la cathédrale. Artiste haut-alpin du XVIIIe siècle, Louis Court a peint principalement des sujets religieux. Sa première commande « Saint Charles de Borromée et les Pestiférés de Milan » (1710) est exposée dans le trésor de la cathédrale. Les tableaux de l’abside sud, réalisés en 1721, ont aussi été présentés, ainsi que le parcours artistique du peintre.

À 20 h 30, Gabriel Nal, organiste titulaire, a donné un concert, accompagné de la lecture de textes de saint François d’Assise.