“On a beaucoup parlé de caricatures ces derniers temps…”

Critique de la série Ainsi soient-ils par Mgr Jean-Michel di Falco Léandri qui a pu visionner l’ensemble des huit épisodes avant sa diffusion sur la chaîne Arte.

__________

Arte, attention, n’oubliez pas qu’il s’agit de la chaîne dite culturelle, Arte donc a fait le choix de diffuser un téléfilm en huit épisodes sur les séminaristes. Si vous ne connaissiez pas grand-chose sur le sujet vous n’en saurez pas davantage après avoir vu ces épisodes que je me suis efforcé de regarder jusqu’à la dernière seconde mais, dois-je le préciser, par devoir.

On a beaucoup parlé de caricatures ces derniers temps et il n’y a pas que Mahomet et l’islam qui soient caricaturés, les chrétiens n’y échappent pas, mais avec eux ça fait moins de bruit : bien que véritables têtes de Turcs de certains médias, ils ne menacent personne de mort.

Après la diffusion des téléfilms Les Borgia et Inquisitio, voici Ainsi soient-ils sur la vie dans un séminaire ! Après des récits à prétention historique sur une caricature du passé voici un récit sur une caricature du présent. Certes on peut comprendre le souhait de certains de vouloir surfer sur le succès du film Des hommes et des Dieux. Si tel était le cas, c’est plus que raté car on en est bien loin avec cette mascarade carnavalesque.

Les acteurs ne sont pas en cause, ils sont plutôt bons au service d’un scénario qui lui ne l’est pas. Il transpire l’ennui ! Pourtant, tous les ingrédients sont là : sexe, adultère, argent, corruption, suicide, IVG, alcoolisme, luttes de pouvoir, conservateurs et progressistes, lutte des classes ; malgré cela la mayonnaise ne prend pas tant les situations sont invraisemblables. Des approximations de vocabulaire, des relations entre les personnes passéistes, des costumes d’un autre temps, des phrases pseudo-pieuses creuses et toutes faites, et j’en passe. Tout cela fait perdre à ce téléfilm une hypothétique crédibilité.

François Hollande a mis le mot « normal » à la mode. On se demande qui, dans ce téléfilm, est « normal ».

Pour couronner le tout il faut mentionner un président de la Conférence des évêques de France isolé, ambitieux, imbu de pouvoir, sans cœur, calculateur, qui prépare une campagne pour sa réélection comme un mauvais homme politique.

Le tout sous l’autorité d’un Pape de carnaval, gâteux et acariâtre, sous la haute surveillance d’une religieuse moustachue qui le drogue… au thé.

En fait la vision de l’Église qui est donnée là est conforme aux idées reçues de ceux qui ne la connaissent pas. Certes je ne m’attendais pas à ce que la réalité soit enjolivée. Les hommes restent des hommes, avec leurs faiblesses, leur médiocrité. Les événements récents vécus dans l’entourage même du Pape Benoît XVI en sont bien la preuve. Parce que faite d’hommes et de femmes imparfaits l’Église est fragile et vulnérable dans son humanité, mais elle est forte de l’Esprit du Christ qui l’habite et l’anime.

La question qui reste après avoir visionné les épisodes de ce téléfilm est bien « Et Dieu dans tout ça ? » Visiblement il n’a pas été retenu au casting, pas plus d’ailleurs que le bon peuple de Dieu qui est l’Église et qui une fois de plus sera blessé par cette image de l’Église donnée par des ignorants.

Mgr Jean-Michel di Falco Léandri
Évêque de Gap et d’Embrun

 

 

 

Cet article a 7 commentaires

  1. Tout-à-fait d’accord avec Mgr Di Falco. Ces 2 premiers épisodes ont même été pires que ce à quoi je m’attendais ; je me suis forcée à les regarder pour avoir du répondant aux inévitables critiques et quolibets que générera cette série…
    Déjà quand on voit la manière dont est présenté le 50° Anniversaire du Concile à Rome ! (à ce propos, je ne peux que recommander la lecture de l’Homélie d’Ouverture par Benoît XIV, sur ZENIT, par exemple).
    Et en plus, on annonce le 68° Miracle à Lourdes,
    qu’est-ce qu’on va se prendre !….

  2. J’ajoute qu’à mon avis il est heureux que Dieu soit absent de cette “fiction” que diantre irait-il y faire ! Une image est frappante néanmoins, c’est ce Christ en Croix qui tombe face contre terre, à la fin du premier épisode ! L’Esprit Saint aurait-il inspiré l’auteur afin de signifier aux croyants que l’Église est ailleurs ?

  3. Je n’ai vu, comme tout le monde, que les 2 premiers épisodes, et je suis totalement ignorante de ce qui se passe dans un séminaire, cependant la grossière caricature saute aux yeux : le menteur, le lâche, le repenti, et nous voila sur un Golgotha ; le Prélat un peu ignoble et nous voila sous les” Borgia ” et enfin l’ancien prêtre ouvrier à la tête de ce curieux microcosme (l’abbé Pierre, dans son Paradis a dû être quand même un “vénère”!) rien ne manque dans les poncifs usés. Les acteurs sont bons certes mais le scénario est …. Bref il était, à mon avis inutile d’ouvrir ce séminaire et, me fiant à votre avis, Monseigneur, je vais m’abstenir pour la suite.

  4. J’ai mal, j’ai très mal de voir ainsi bafouée notre religion ! christ sur ta croix, aies pitié de tes pauvres enfants, MARIE, notre vierge, prend pitié de nous.

  5. Pardonnez-moi. Une fois de plus je me suis exprimée trop vite sans aller au-delà du bout de mes chaussures !
    C’est bien vous, les évêques, les prêtres, qui n’avez déjà, dans notre société, ni la place, ni la considération qui normalement devraient-être les vôtres qui allez le plus souffrir de l’étalage de ce tissu de calomnies. Je pense aussi à tous les séminaristes qui vont recevoir cela douloureusement.
    Je veux juste vous dire à tous, que nous, les chrétiens de base, les chrétiens ordinaires, nous sommes avec vous, nous avons confiance en vous.

  6. Voilà bien la mise au point que j’attendais impatiemment sans vraiment savoir d’où elle m’arriverait ! Merci !
    Après avoir lu, en fin de semaine dernière, une critique de cette future série dans un journal chrétien, j’ai trouvé sur internet, ce matin, une présentation bien différente qui m’a mise en rage !
    Le producteur et créateur du projet assure « faire de la fiction de haut niveau » et il termine par ces mots « Aux Etats-Unis, les gens regardent les séries pour voir comment va la société américaine. Avec Ainsi soient-ils, nous donnons des nouvelles de la société française.» Mais oui, bien sûr, c’est ça, l’Eglise en France !!!

    Oui, Monseigneur, nous serons blessés mais là n’est pas l’unique raison de ma colère ; cette série, diffusée à une heure de grande écoute, s’adressera à tous les publics : je ne peux m’empêcher de craindre pour les téléspectateurs fragiles, chrétiens ou non chrétiens, qui risquent d’être troublés, perturbés, et peut-être même, pour les premiers, gravement déstabilisés dans leur Foi.

    .

  7. Merci, Monseigneur, pour cette belle mise au point !!
    On a beau s’attendre à tout de la part des média (au sens large), on ne peut s’empêcher d’être blessé. Il faut dire que, ainsi que vous le rappelez, nous sommes particulièrement “gâtés” depuis quelques mois…
    Fanette Hanne

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu