Mgr Jean-Michel di Falco Léandri ordonnera Édouard Le Conte prêtre pour le diocèse de Gap et d’Embrun. La célébration aura lieu en la collégiale de Briançon le samedi 16 mai à 10h30.

Édouard Le Conte à l’issue de son ordination diaconale, le 29 juin 2015 à Gap

Édouard Le Conte

Né le 16 mai 1986 à Boulogne-Billancourt, Édouard Le Conte aura exactement 29 ans le jour de son ordination presbytérale.

Il a été envoyé par Mgr Jean-Michel di Falco Léandri en septembre 2011 au séminaire Saint-Luc d’Aix-en-Provence pour y terminer ses études de théologie commencées à Rome. En parallèle, il a effectué des stages dans les paroisses de Saint-Michel de Chaillol, Guillestre et Veynes.

Ordonné diacre le 29 juin 2014 dans la cathédrale de Gap par Mgr Jean-Michel di Falco Léandri, il a rejoint Briançon en septembre 2014. Il y participe à l’animation de l’aumônerie des jeunes aux côtés de Joanna Bagrowska-Dias, et au service de la pastorale du tourisme avec Hugues Chardonnet.

Les paroisses du Briançonnais

Le secteur inter-paroissial de Briançon s’étend entre le col du Lautaret, le col de Montgenèvre, le col d’Izoard et les Rampes de l’Argentière. Ce sont en tout 23 paroisses – présentes sur 12 communes – confiées à la responsabilité d’un curé, et à ceux qui l’assistent.

Trois prêtres demeurent sur ce territoire : le chanoine Jean-Michel Bardet, curé, le père Sami El Hayek, prêtre auxiliaire, tous deux résidants à Briançon, et le chanoine Maurice Martinon, prêtre retraité résidant à Montgenèvre.

Édouard Le Conte (2e à partir de la gauche) à la messe chrismale le Mardi saint 2015 à Gap, renouvelant ses promesses diaconales devant Mgr Jean-Michel di Falco Léandri avec les neuf diacres permanents du diocèse : parmi eux Hugues Chardonnet, Pierre Ferraris et Jean-Marc Beaussart, du Briançonnais.

Trois diacres participent également à la pastorale des vallées : Hugues Chardonnet, animateur pastoral de la vallée de la Guisane ; Jean-Marc Beaussart portant le souci de l’animation de la Clarée ; Pierre Ferraris coordonnant différentes équipes de préparation (mariage, baptême, ainsi que l’accompagnement des équipes pour les funérailles). Présent sur le Briançonnais depuis septembre 2014, Édouard Le Conte a effectué son stage diaconal au service de la Jeunesse aux côtés de Joanna Bagrowska-Dias (animatrice du pôle enfance et jeunesse), et au service de la pastorale du tourisme avec Hugues Chardonnet.

L’organisation paroissiale peut compter sur deux lieux d’accueil, deux secrétaires, et le travail des conseils paroissiaux : leurs membres prennent part aux réflexions diverses de la vie paroissiale. Des dizaines de bénévoles effectuent également diverses et nombreuses tâches liturgiques, catéchétiques, caritatives. Un conseil économique de secteur a pris ses fonctions en ce début d’année 2015.

Le secteur de Briançon trouve sa place au sein du doyenné du Briançonnais, avec le secteur de La Grave et celui des Écrins.

Édouard Le Conte fin mars avec des jeunes de l’Aumônerie de l’enseignement public à la Kimpina à Puy-Saint-André

Par le biais du conseil pastoral de doyenné, des liens s’approfondissent, des projets, des soutiens mutuels se concrétisent. Mais c’est dans la communion diocésaine que nos communautés trouvent leur pleine mesure ecclésiale, guidée par l’évêque de « Gap et d’Embrun » (Briançon n’ayant jamais été, hélas ?… siège épiscopal, même au temps des Escartons !)

C’est donc à la vie de l’Église du Christ présente dans les Hautes-Alpes que les paroisses du Briançonnais sont associées ; ces communautés chrétiennes écrivent, avec leur Foi en l’Amour de Dieu et leur Passion fraternelle pour tous nos frères humains, de nouvelles pages d’Évangile ; elles permettront à d’autres de connaître la Tendresse du Père, et d’entrer à leur tour dans l’expérience d’une vie où Espérance et Gratuité du don sont promesses de Paix et de Joie.

Entretien avec Édouard Le Conte

Vous allez être ordonné prêtre ce 16 mai. Pourquoi ? Que ressentez-vous ?

Il y a quelques semaines, Monseigneur Jean Michel di Falco Léandri m’a appelé au ministère presbytéral. C’est l’accomplissement d’un long parcours de formation humaine, spirituelle, intellectuelle et pastorale qui avait commencé lorsque, plus jeune, j’avais ressenti au fond de moi-même une attraction irrésistible me mettre au service de Dieu et de son peuple. Mais comme tout ce qui marque un accomplissement ne signifie pas le terme, l’ordination presbytérale m’ouvre désormais à une nouvelle mission, celle de servir en tant que ministre comme le Christ a servi. En ce moment, plus que jamais, je me sens faible face à la réalité de cette mission, et fort par la confiance et l’amour toujours offert de celui qui a dit qu’il ne nous abandonnera jamais (Lettre aux Hébreux 13,5).

L’ordination d’Édouard Le Conte comme diacre en la cathédrale de Gap le 29 juin 2015. Les futurs prêtres sont d’abord ordonnés diacres, ce qui a été le cas d’Édouard Le Conte le 29 juin dernier.

Vous avez été à Briançon durant votre année comme diacre. Qu’est-ce que ce temps, en paroisse et dans ce ministère diaconal, vous a apporté ?

L’accueil chaleureux des Briançonnais m’a tout de suite mis dans le bain. Je faisais chez eux mes premiers pas comme diacre et ils ont certainement essuyé les plâtres ! Aussi ce temps en paroisse m’a-t-il été bénéfique, par les rencontres avec les services, caritatifs et d’accueil, très actifs, par la célébration des sacrements du baptême et les préparations au mariage, le service de la pastorale des funérailles, les homélies, et surtout l’accompagnement de l’aumônerie des jeunes. À Briançon, nous aidons une trentaine de jeune à s’approcher du Seigneur et de son Église ; leur enthousiasme et leur détermination sont très encourageant pour un diacre ! Dans le fond, il s’agit toujours d’un enrichissement mutuel entre ce que chacun de ceux que nous pouvons rencontrer dans une paroisse peut nous apporter comme expérience du service de l’Évangile et ce que les ministres transmettent par leur fonction.

Quel défi vous sentez-vous appelé à relever comme prêtre ? Comment envisager-vous l’avenir ?

Il n’y a qu’un défi qui vaille la peine : celui de devenir saint ! Les autres défis ne font que concourir à celui-là. La sainteté est notre combat de tous les jours, elle suppose de ne jamais renoncer à ce pour quoi nous sommes appelés : vivre avec Dieu. C’est cet élan qui permet ensuite de devenir apôtre. Comment pourrais-je annoncer le Christ et son Évangile si je ne vis pas du Christ et de l’Évangile ? L’avenir se prépare chaque jour, dans le secret de la prière, de la fidélité, de la patience et de la générosité. Ce sont des graines d’Évangile que l’on sème sans parfois jamais pouvoir les récolter, mais nous n’agissons pas seuls : l’Église est un corps composé de nombreux membres animés par un même Esprit Saint.

Propos recueillis par Thierry Paillard

 

Cet article a 2 commentaires

  1. Elisabeth Meyer

    Je souhaite à ce jeune et nouveau prêtre beaucoup de bonheur dans son ministère. Une grande joie de voir de jeunes Prêtres s’engager pour diffuser l’Evangile, vivre et faire vivre la foi.

  2. croassant

    J’aimerais être présente pour une ordination presbytérale par MONSEIGNEUR DI FALCO.Tous ces offices religieux me bouleversent.Félicitations au jeune PRETRE,entouré de sa famille.J’ai vu sur internet l’ordination du PRETRE Charles Troesch par MONSEIGNEUR,très touchant! une émotion profonde lorsqu’il s’approche de Charles et lui dit “Merci Charles de me donner la joie de t’imposer les mains” et le nouveau Prêtre,son commandement “ME VOICI” L’Amour pour DIEU est le plus fort.Je crois que je ne cesserai de verser des larmes,tellement émouvant! Et pourtant j’aurais accepté avec joie si mon petit-fils avait décidé d’entrer au séminaire? C’est bizarre?Ce samedi vers 10h30 mes prières de bonheur dans sa foi pour ce jeune Prêtre,sa réussite presbytérale et mes pensées pour MONSEIGNEUR,un EVEQUE unique.Merci encore pour cette journée de clôture du jubilé au Sanctuaire ND du LAUS.La perfection dans tous les domaines.Priez pour moi.

Les commentaires sont fermés.