Ordinations à Gap pour le service de la Parole, de l’autel, des pauvres
  • Post published:27 octobre 2017

Dimanche 22 octobre, en la cathédrale de Gap, Mgr Xavier Malle a ordonné diacres trois hommes mariés : Jean-Paul Artigues, Pierre-Marie Lopez et Bernard Siégel.

Ci-dessous deux diaporamas de la célébration et l’homélie de Mgr Xavier Malle.

[flagallery gid=201]

Homélie

« Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. » Ce thème de l’impôt dû à César semble curieux pour une ordination au diaconat permanent, qui plus est le jour de prière pour les missions. Mais en y réfléchissant, pas tant. L’Évangile nous livre le récit d’un dialogue entre Jésus et les pharisiens. Ceux-ci commencent par vouloir amadouer Jésus : « Nous le savons : tu es toujours vrai et tu enseignes le chemin de Dieu en vérité ; tu ne te laisses influencer par personne, car ce n’est pas selon l’apparence que tu considères les gens.» La réaction de Jésus est un peu vive : « bande d’hypocrites ! » Hypocrites, car en réalité ils cherchent à le coincer. La Palestine faisait alors partie de l’Empire romain et les Hébreux devaient payer un impôt à César l’envahisseur. C’était pour eux une humiliation et une question de foi : comment le peuple élu de Dieu peut-il payer un empereur païen ? Si Jésus répond que c’est licite, il sera alors accusé de collaboration avec l’ennemi, et s’il dit que c’est illicite, il sera accusé de résistance auprès de l’occupant. Et Jésus fait la réponse parfaite à partir d’une pièce de monnaie : « Rendez donc à César ce qui est à César », puisque sa figure est sur la pièce de monnaie, l’argent païen appartient aux païens. Et il en profite pour élever le débat en ajoutant : « et à Dieu ce qui est à Dieu ». Il y a encore plus important que d’être cohérent avec les nécessités de la vie quotidienne, il faut être fidèle à Dieu.

Alors chers futurs diacre, c’est aussi valable pour vous ! – Comme nous tous, vous devez être cohérents dans la vie quotidienne, dans la vie professionnelle ou associative, dans votre vie de famille, et vous devez aussi être fidèles à Dieu. Vous sentez bien que, par votre statut de diacre marié et engagé encore dans la vie active, la vie associative ou municipale, vous êtes à la croisée des chemins. Mais c’est à bien comprendre. Le 25 mars dernier, le pape François répondant à la question d’un diacre permanent disait : « Vous les diacres, vous avez beaucoup à donner, beaucoup à donner. Pensons à la valeur du discernement. Au sein du presbyterium, vous pouvez être une voix qui fait autorité pour montrer la tension qui existe entre devoir et vouloir, les tensions que l’on vit à l’intérieur de la vie familiale — vous avez une belle-mère, pour citer un exemple ! —, ainsi que les bénédictions que l’on vit à l’intérieur de la vie familiale. Mais, poursuit le pape, nous devons faire attention à ne pas voir les diacres comme des demi-prêtres et des demi-laïcs. C’est un danger. À la fin, ils ne sont ni d’un côté, ni de l’autre. Non, on ne doit pas faire cela, c’est dangereux. […] Et l’image du diacre comme une sorte d’intermédiaire entre les fidèles et les pasteurs ne va pas bien non plus. Ni à mi-chemin entre les prêtres et les laïcs, ni à mi-chemin entre les pasteurs et les fidèles. […] Non. Vous avez un charisme clair dans l’Église et vous devez le construire. »

Alors quel est ce charisme diaconal dont parle le pape ? Saint Paul nous dit qu’un charisme, c’est un don de Dieu pour faire grandir la communauté.

Le premier don des diacres permanents, reçu de Dieu et qu’ils nous offrent, c’est le don de leur vie.

Dans sa prophétie, Isaïe dit : « Je suis le SEIGNEUR, il n’en est pas d’autre : hors moi, pas de Dieu. » Jésus demandait de rendre à Dieu ce qui est à Dieu. Frères et sœurs, qu’est-ce que nous pourrions rendre à Dieu si Dieu est Dieu, si Dieu est mon créateur, si Dieu en Jésus a donné sa vie pour moi, si Dieu m’aime ainsi infiniment ? Eh bien je peux lui donner ma vie.

Aujourd’hui, trois hommes donnent leur vie à Dieu, et remarquez-le, sans que cela n’enlève rien à leurs épouses et à leurs enfants. Il y a une belle coïncidence de dates, le 22 octobre 1978, il y a trente-neuf ans ce jour, le conclave élisait le pape Jean-Paul II. Vous vous souviendrez que vous avez été ordonnés le jour de sa fête liturgique. Ses paroles à la messe d’intronisation furent : « N’ayez pas peur. Au contraire, ouvrez tout grand les portes au Christ. » Et Benoît XVI, le 22 avril 2005, lors de la messe d’inauguration de son propre pontificat, commentait ces paroles ainsi : « N’avons-nous pas tous peur – si nous laissons entrer le Christ totalement en nous, si nous nous ouvrons totalement à lui – peur qu’il puisse nous déposséder d’une part de notre vie ? N’avons-nous pas peur de renoncer à quelque chose de grand, d’unique, qui rend la vie si belle ? Ne risquons-nous pas de nous trouver ensuite dans l’angoisse et privés de liberté ? […] Non ! Celui qui fait entrer le Christ ne perd rien, rien – absolument rien de ce qui rend la vie libre, belle et grande. Non ! Dans cette amitié seulement s’ouvrent tout grandes les portes de la vie. […] Dans cette amitié seulement nous faisons l’expérience de ce qui est beau et de ce qui libère. Ainsi, aujourd’hui, je voudrais […] vous dire, à vous les jeunes : n’ayez pas peur du Christ ! Il n’enlève rien et il donne tout. » Premier don que nous font les ordinants : le don de leur vie à Dieu et à l’Église.

Il y a un second don que nous font les diacres : le charisme du service.

Le pape François le rappelait également le 25 mars dernier. Rappelez-vous l’origine des diacres : « Les premiers chrétiens grecs sont allés voir les apôtres pour se plaindre, parce que leurs veuves et leurs orphelins n’étaient pas bien assistés. Et ils ont eu cette réunion, ce « synode » entre les apôtres et les disciples, et ils ont « inventé » (entre guillemets) les diacres pour servir. […] Qu’est-ce que cela nous dit ? demande le pape. Que les diacres doivent être les serviteurs. […] Ce mot [service] est la clé pour comprendre votre charisme. Le charisme comme un des dons caractéristiques du peuple de Dieu. Le diacre est – pour ainsi dire – le gardien du service de l’Église. […] Vous êtes les gardiens du service dans l’Église : le service de la Parole, le service de l’autel, le service des pauvres. Et votre mission, la mission du diacre, […] consiste en cela : à nous rappeler à tous que la foi, dans ses diverses expressions – la liturgie communautaire, la prière personnelle, les diverses formes de charité – et dans ses divers états de vie – laïque, cléricale, familiale – possède une dimension essentielle de service. Le service de Dieu et des frères. […] Vous n’êtes pas à moitié prêtres et à moitié laïcs […], vous êtes le sacrement du service à Dieu et aux frères. » Fin de citation du pape François. Le pape a cité les trois domaines de votre ministère diaconal : le service de la Parole, le service de l’autel, le service des pauvres.

1) le service de la Parole : Vous aurez à prêcher la Parole de Dieu. Mais souvenez-vous de cette remarque du père Jacques Loew, un grand mystique de notre temps : « Quand on dit de l’apôtre qu’il est l’homme de la Parole, ce n’est pas d’abord parce qu’il parle pour annoncer le message : c’est, antérieurement à toute action, parce qu’il a misé sa vie sur la parole de Dieu. » Frères diacres, ayez une confiance absolue en Dieu, « qui ne peut ni se tromper ni nous tromper », selon la formule antique de l’acte de foi.

2) le service de l’autel, c’est plus particulièrement la présentation des dons et le service du calice du Sang du Christ : c’est vous qui l’élevez au « par lui, avec lui et en lui. »

3) le service des pauvres, ou mieux, avec les plus pauvres. Les pauvres frères et sœurs doivent être au centre de notre vie ecclésiale. À travers votre ordination pour le service, Dieu nous dit que les pauvres sont nos préférés.

Cher Jean-Paul, cher Pierre-Marie et cher Bernard, merci pour ces deux dons que vous nous faites, le don de votre vie, et le don du service. Mon prédécesseur, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri – qu’il en soit remercié ici dans cette cathédrale qui fut la sienne – a authentifié au nom de l’Église votre appel par Dieu au diaconat, avec l’aide de l’équipe diocésaine du diaconat, les pères Bedin, Dezon et Fournier, qu’ils en soient aussi remerciés. Enfin, merci à chacune de vos épouses, Françoise, Anne et Marie-José ; et à vos enfants. Chers amis, par le don de leur vie à Dieu dans le service diaconal, vous ne perdez rien de votre époux ou de votre père. L’épouse de l’un de diacres du diocèse me témoignait de la grâce du sacrement reçu par son mari et combien cela avait rejailli sur toute sa famille.

Oui chers amis, il ne peut rien arriver de plus beau à une famille que Dieu lui fasse le cadeau immense d’une vocation sacerdotale, diaconale ou consacrée. Alors j’ai écrit, sur la suggestion des pères Mickaël Fontaine et Éric Juretig, responsables du service diocésain des vocations, deux prières qui seront distribuées à la sortie.

– d’abord une prière pour vous les jeunes, pour demander à Dieu qu’il vous éclaire sur votre vocation. C’est un grand carton avec la photo du Christ de la cathédrale prise à l’occasion du concert du groupe Les Prêtres.

– Et une prière pour tous les chrétiens du diocèse pour prier pour les vocations sacerdotales et consacrées.

Je voudrais vous proposer une prière audacieuse : que tous nous prions pour que le Seigneur accorde à l’Église dans les Hautes-Alpes des vocations sacerdotales et consacrées. Pour symboliser votre prière, comme évêque, j’offrirai personnellement deux neuvaines qui vont brûler en permanence auprès de Notre Dame du Laus. Une pour les futurs prêtres et une pour les futures consacrées. Marie, Notre Dame du Laus, refuge des pécheurs, tu sais combien nous avons besoin de saints prêtres et de saintes âmes consacrées. Nous avons confiance en ton intercession. Amen.

Mgr Xavier Malle
Évêque de Gap (+ Embrun)

[flagallery gid=202]

Cet article a 1 commentaire

  1. Grangé Claire

    Merci aux 2 photographes pour ces magnifiques reportages qui traduisent l’ambiance fervente, solennelle , joyeuse…Avec des regards plus intimes sur ces 3 familles qui accompagnent l’heureux élu vers sa mission et dans cette étape de leur vie de foi.
    Merci aux diacres qui se sont prêtés malgré la densité de cette journée inoubliable à une petite interview pour RCF Alpes Provence.Un merci particulier à Mgr Malle qui nous a accueillis avec bienveillance juste avant l’ouverture de la cérémonie…
    Louons le Seigneur!

Les commentaires sont fermés.