Pour les journées du patrimoine, le Centre diocésain pape François à Gap avait ouvert ses portes. On pouvait voir la maquette et une présentation de la future église du Laus, découvrir une exposition sur l’histoire du couvent du Saint-Cœur, s’attarder à la médiathèque diocésaine, profiter de dessins d’enfants ayant réfléchi au thème de ces journées (Patrimoine et citoyenneté) et assister à une conférence.

Ci-dessous des photos et un écho de ce qui était présenté par le service diocésain de la formation permanente :

[flagallery gid=169]

Pour les deux Journées du Patrimoine, le service diocésain de formation a animé à Gap des temps d’accueil et une conférence au Centre diocésain pape François.

Une exposition de dessins a été présentée aux visiteurs. Des enfants du catéchisme de La Bâtie-Neuve, avec leur catéchiste Gisèle Ribail, ont dessiné le patrimoine de leur village : la tour ancienne, la mairie, et, bien sûr, l’église récemment rénovée, signe du patrimoine religieux et spirituel au cœur de la population locale. À leur manière et avec leurs couleurs, sur chaque dessin, les enfants ont bien accentué leur désir de vivre dans une ambiance faite de convivialité, de sérénité, d’amitié, et de bonheur partagé.

Par ailleurs, de trois classes de 6e du collège Saint-Joseph de Gap, des élèves de Séverine Amar ont dessiné selon la directive d’exprimer leur façon de valoriser la citoyenneté à pratiquer dans le cadre du patrimoine d’une ville appelée “Amisville”. Cette ville de leurs rêves, certains l’ont appelée “Liberty-city”, ou “Joie-City”, ou “Ville du sourire”, “Ville du jeu”… Sur tel ou tel dessin, l’église rayonne de son message de paix. L’attention à la qualité des relations est centrale, avec un appel à tenir à l’écart les violences et les actes terroristes, un appel au soutien mutuel et au respect de la Création en évitant la pollution. Ces jeunes citoyens appellent à vivre concrètement la liberté, l’égalité et la fraternité.

Au terme de ces Journées, le père Pierre Fournier a donné une conférence sur “Bible et citoyenneté active”. En référence aux Évangiles, il a parlé de “Jésus citoyen de son pays” : Jésus bien ancré dans la population de Nazareth par son métier de charpentier, Jésus payant l’impôt ou la redevance, Jésus appelant à prier en demandant le “pain de chaque jour”, et Jésus proclamant le principe : “Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu”. Les disciples du Christ vivent “une double citoyenneté, celle de la terre et celle du Ciel”. Une double citoyenneté active en donnant le meilleur d’eux-mêmes selon la parabole des talents où chacun apporte sa contribution pour la construction de la vie avec les autres.

Père Pierre Fournier