Patrimoine religieux vernaculaire du diocèse de Gap et d’Embrun – Du côté du Buëch

Ci-dessous, quelques oratoires de trois communes du Buëch :

 

Aspres-sur-Buëch

 

Oratoire Saint-Géraud

Cet édifice appartenant à la commune est situé à la sortie du village, au lieu-dit La Maladrerie, à proximité de la N. 75 en direction de Grenoble.

C’est un pilier de section carrée en maçonnerie, recouvert d’un crépi de teinte ocre, percé d’une niche de plein cintre abritant une statue de Notre-Dame, protégée par une grille, sous un toit à quatre pentes surmonté d’une croix de fer forgé. Il a été restauré en 1965.
La procession des Rogations se rendait autrefois à cet oratoire dédié à saint Géraud, patron de la paroisse, Seigneur d’Aurillac qui y vécut de de 854 à 909. Sa vie a été relatée par Odon, abbé de Cluny, qui en a fait le modèle chevaleresque du seigneur chrétien mettant sa force et ses richesses au service de la justice et des humbles. Il mourut aveugle à Saint-Cirgues et fut déclaré saint par la voix populaire. On lui attribue la fondation de l’abbaye bénédictine d’Aspres-sur-Buëch.

 

Oratoire Saint-Pierre

Situé à la sortie du village, au lieu-dit Les Grandes Aires près de la N. 93 en direction du Col de Cabre et de Valence.

Un massif de maçonnerie en pierres de taille, servant de socle à l’oratoire, permet d’accéder au « pesquier » destiné à régulariser les eaux qui provenaient de diverses fontaines. Au-dessus et en retrait, le pilier de maçonnerie de section carrée est percé d’une niche en plein cintre sous une corniche supportant un toit à quatre pentes de faibles inclinaisons surmonté d’une croix de fer forgé. La niche, fermée par une porte vitrée à cadre de fer, abrite une statue de Saint-Pierre, assis sur son trône. Sous la niche une croix sculptée en base relief.
La procession s’y rendait autrefois pour le troisième jour des Rogations. (Archives paroissiales de 1845).

 

Oratoire Sainte-Thérèse de l’Enfant-Jésus

Situé à proximité de la R.N. 75 au lieu-dit Pont-la-Dame à 3,5 km d’Aspres-sur-Buëch.

Pilier de maçonnerie en beaux moellons de pierres apparentes avec joints en retrait. Il est percé d’une niche rectangulaire en arc de plein cintre, sous un toit débordant à quatre pentes, recouvertes de tuiles plates en écailles et arêtes en tuiles rondes, surmonté d’une croix de pierre. La niche fermée par une porte vitrée à cadre de fer abrite une statuette de sainte Thérèse. Sous la niche, une plaque porte l’inscription :

« NOUS N’AVONS QU’UNE VIE
POUR VIVRE NOTRE FOI »

L’oratoire a été construit en 1961 par M. de Gaspéri, d’Aspres-sur-Buëch, à l’initiative de M. Gaymard de Marseille, en remplacement d’un petit édifice en bois menaçant ruine qui existait depuis plus de 25 ans. L’oratoire d’origine était érigé en souvenir d’un accident d’automobile n’ayant miraculeusement pas occasionné de victimes.

 

 La Bâtie-Montsaléon

 

Oratoire Saint-Roch

En bordure de la D.994 de Veynes à Serres, au lieu-dit Le Comte, sur un terrain appartenant à la famille Lesbros de Serres.

Pilier de maçonnerie, recouvert d’un enduit fin de teinte ocre, percé d’une niche en arc surbaissé fermée par une porte vitrée à cadre de fer doublée par un grillage à mailles carrées, sous une corniche moulurée et un toit à quatre pentes surmonté d’une croix de fer. Vers l’année 1973, le couronnement de l’édifice fut brisé à la suite d’un violent orage et la belle croix ajourée qui le surmontait entièrement détruite. M. Stefen, d’Aspres-sur-Buëch, restaura l’oratoire en 1980 et plaça dans la niche un buste de la Vierge en terre cuite. En septembre 1987, M. Martial Giaudan, en accord avec M. Lesbros, prit l’initiative d’une restauration complète de l’édifice et y plaça une statuette de saint Roch.

L’oratoire restauré fut béni le dimanche 15 novembre 1987 par M. l’Abbé Jean-Pierre Oddon, en présence de M. le chanoine Jouvenne, curé de Veynes, et des habitants de la commune.

Selon les archives du chanoine Louis Jacques, les pierres utilisées pour la construction de cet oratoire en 1847 provenaient des ruines romaines de Mont-Saleucus, ou Seuleucus proches du village de Montsaléon.

 

SAVOURNON

 

Oratoire Saint-Antoine

Édifice communal, situé au Col du Plan du Bourg, au sommet d’une bute proche de la D. 48 et du hameau de Villelongue à 1 km. de Savournon.

Pilier massif en maçonnerie de moellons de pierre grossièrement équarris, présentant des restes d’enduits dégradés. Grande niche voûtée en plein cintre sous un toit en bâtière recouvert de tôle.

 

Oratoire Sainte-Madeleine

Édifice situé à proximité de la D.48, entre le hameau de Villelongue et celui du Sarret, quartier du Plan du Bourg où se trouvent l’église paroissiale et le cimetière de la commune.

Pilier constitué de trois blocs de pierre de taille dont le second est percé d’une petite niche rectangulaire fermée par une porte grillagée à cadre de fer abritant quelques photos de soldats. Le bloc supérieur taillé en pyramide est surmonté d’une croix de fer plat aux extrémités fleurdelisées.

Plusieurs inscriptions sont gravées dans la pierre :
– Sous la niche « PIERRE CHAUVET 1853 »
– Au dos « A la MÉMOIRE des 260 soldats français morts »
– Sur le côté droit «  du CHOLÉRA en AFRIQUE, de la COLONNE »
– Sur le côté gauche « du COLONEL DUMAAS. 1849 »

L’édifice a été construit en 1853 par Pierre Chauvet qui, jusqu’à sa mort en 1900 à l’âge de 73 ans, venait y prier tous les jours.

 

Croix de Jubilé

Devant l’église, une belle croix de Jubilé avec socle en pierre de taille surmonté d’une croix de fer forgé, porte l’inscription : « SOUVENIR DU JUBILÉ »

 Nous vous invitons à visiter la base de données : http://www.oratoires.com
ainsi que le site associatif : http://www.les-oratoires.asso.fr
Vous pouvez contacter l’association directement par courriel à l’adresse : oratoires@aol.com

 

 

Fermer le menu