Patrimoine religieux vernaculaire du diocèse de Gap et d’Embrun – Le Queyras

Poursuivant nos recherches nous quittons les sommets de plus de 3000 m d’altitude (voir article sur le sujet) tout en restant dans le périmètre du Parc Régional du Queyras particulièrement riche en croix et en oratoires. Plus de soixante-dix oratoires sont recensés dans ce secteur.

_____________

SAINT-CRÉPIN
05600
Croix monumentale
Ancienne église paroissiale Notre-Dame de l’Assomption. XVe siècle.
À gauche de la R.N. 94, après avoir dépassé Saint-Crépin
en direction de La Roche-de-Rame
Carte IGN 3537 et E1

 

 

CEILLAC
05026
Oratoires
Carte IGN 3537 et G4

Oratoire Notre-Dame de Ceillac, érigé en 1967 à l'initiative de M. l'Abbé Boisseranc, curé de la paroisse et habile tailleur de pierre, qui a participé personnellement à sa construction. Une plaque de marbre porte l'inscription : NOTRE-DAME DE CEILLAC. MISSION DU 9 AU 23 AVRIL 1967
Oratoire Notre-Dame des Roses de la Clapière
Oratoire dédié à Sainte-Barbe, en bordure de la D. 60, au lieu-dit Le Pied du Mélezet. Érigé en 1960 par les scouts de la ville d'Orange.

 

CEILLAC
05026
Croix monumentales
Carte IGN 3537 et G4

Croix de mélèze portant la date de 1985 gravée sur la barre horizontale.
Ces croix sont ornées des instruments de la passion du Christ, tels que fouet, marteau, roseau et éponge, lance, tenaille, échelle, calice, linge de sainte Véronique avec inscrite la figure du Christ couronné d'épines, etc.

 

 Nous vous invitons à visiter la base de données : http://www.oratoires.com
ainsi que le site associatif : http://www.les-oratoires.asso.fr .
Vous pouvez contacter l’association directement par courriel à l’adresse : oratoires@aol.com

Cet article a 1 commentaire

  1. Bonjour
    .
    Les vestiges de l’église Notre-Dame de l’Assomption,
    C’est l’archevêque Rostain d’Ancezune (archevêque d’Embrun d’octobre 1494 au 27 juillet 1501) qui fut à l’origine de la reconstruction de l’église, fondée en 1492 mais déjà mentionnée dans les cartulaires au XIe et XlIe siècle.
    Elle servait d’église aux communes actuelles de Saint-Crépin et d’Eygliers qui furent divisée en deux paroisses au XVe siècle. Récemment consolidés et rénovés, en 1987.
    .
    Isolé sur un tertre, seul le chœur à chevet plat est conservé, alors que quelques débris de l’ancienne nef jonchent le sol. Une baie de facture romane ajoure le mur méridional du chœur. Peut-être Notre-Dame était-elle bâtie sur un plan en croix latine.
    La situation de ce monument appelle la comparaison avec la chapelle Sainte-Philomène de Montmaur ou encore avec Saint-Romain de Puy-Saint-Vincent, toutes deux également situées sur une éminence.
    Ce penchant assez classique dans les Hautes-Alpes n’en reste pas moins un signal à interpréter; l’emplacement en bordure du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle conjugué à la présence abondante de repères historiques gravés dans les pierres du village, pourraient motiver quelque investigation.
    .
    Bon week-end

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu