Patrimoine religieux vernaculaire du diocèse – Les oratoires de Molines-en-Queyras
  • Post published:27 octobre 2014

Molines-en-Queyras occupe presque toute la vallée du torrent de l’Aigue Agnelle, jusqu’au col frontière de l’Agnel que franchit la route à 2744 m d’altitude. Cette route et le col sont fermés l’hiver. Molines est constitué du chef-lieu et de hameaux ou écarts, comme La Rua, Gaudissart, l’Adret, Pierre Grosse, Châteaurenard, Le Coin et Fontgillarde. Sur ce territoire sont érigés six oratoires et une statue.

Les oratoires du Sacré-Cœur de Jésus et du Sacré-Cœur de MArie

Le Queyras subit de durs combats lors des guerres de religion dès 1574, et en 1587 ces vallées tombèrent aux mains des troupes protestantes. L’église de Molines eut beaucoup à souffrir des incendies et autres destructions, comme le rappelle cet épisode tragique de l’histoire en 1577 où Molines étant passé sous le contrôle des protestants, son brave curé Claude Arnaud, revenant de Château-Dauphin, fut pris et « après plusieurs tourments qu’il souffrit, finalement il fut décapité et sa teste portée à la pointe de la hallebarde jusqu’à la place de Villevieille, où l’on dressa un jeu de quilles et au lieu de boule, on s’y servit de la teste de ce prêtre ». Les combats étaient sans pitié dans les deux camps opposés, et ces atrocités étaient bien sur commises au nom de Dieu ! Triste époque.

Ces deux oratoires très semblables ont été construits en 1935, et sont situés de part et d’autre de l’entrée du cimetière, qui est attenant à l’église. Ces édifices sont en maçonnerie crépie, couvert de dalles en béton et surmontés d’une belle croix en fer forgé ouvragé. Les niches ogivales, protégées par un grillage, abritent chacune une grande statue en fonte peinte, la Vierge d’un côté et le Christ de l’autre.

Sacru00E9 coeur de Marie (1) Sacru00E9 coeur de Marie (2)

Sacré Cœur de Marie

Sacre coeur de jesus (3) Sacre coeur de jesus (1)

Sacré Cœur de Jésus

Ce cimetière fut pendant longtemps sujet de division, car dans ces vallées retirées où les Vaudois étaient fortement implantés, la révocation de l’Édit de Nantes eut son effet jusque très tardivement, et pour les protestants, l’accès au cimetière pour les sépultures n’était autorisé que sous condition d’abjuration, la dernière ayant eut lieu en 1725.

Statue de Notre-Dame de grâces

Au fond du cimetière, sur un haut socle en pierre maçonnées, s’élève une grande statue de Notre-Dame de Grâces, en fonte peinte, qui les mains ouvertes, accueille tous les défunts. Cette statue semble dater du début du XXe siècle.

065

Oratoire Notre-Dame du Queyras

Cet oratoire a été construit en 1961, en remplacement d’une croix de Mission, à l’initiative de M. l’Abbé Jean Brochier, en l’honneur du jubilé de Mgr Bonnabel, évêque de Gap, et avec le concours des habitants du pays.
C’est un pilier rectangulaire en maçonnerie crépie, avec grande niche voûtée, sous un toit à deux pentes couvert de lauzes, et surmonté d’une croix de fer forgé œuvre de Marius Garcin. La niche abrite une statue de Notre-Dame à qui l’on demande de protéger le Queyras, comme écrit sur le socle « Notre Dame du Queyras, Priez pour nous, 1961 – 1991 ». Elle est protégée par une solide grille métallique.

ND du Queyras (3) ND du Queyras (1) ND du Queyras (4)

Cet oratoire est situé en haut du talus de la route, à un carrefour sur la D.205, à la sortie du hameau de Pierre Grosse, en direction de Fontgillarde.

Oratoire Saint-Sébastien

St SebastienCurieux édifice composé de deux grands dés de pierre, dont celui de dessus est creusé d’une niche en plein cintre, le tout étant surmonté d’une haute croix de bois. Il a été érigé en 1961, en remplacement d’une croix de mission en mauvais état, à l’initiative de M. l’Abbé Jean Brochier, curé de Saint-Véran et Molines, et des habitants de Pierre Grosse. La croix de bois réalisée par M. Marius Garcin rappelle sans doute par sa hauteur l’ancienne croix de mission.

Saint Sébastien est bien connu comme saint anti-pesteux. Les chapelles et oratoires qui lui sont dédiés étaient généralement construits avant l’entrée dans le village, sur les anciens chemins venant de la vallée et bien au-delà des ports par où arrivait généralement l’épidémie.

La niche est vide, saint Sébastien a disparu, mais on y voit surtout des pierres mises là par les passants en témoignage de leur foi et de leurs prières.

Il est situé à l’entrée du hameau de Pierre Grosse, sur le côté droit en venant de Molines.

Oratoire Saint-Claude

C’est un très ancien oratoire d’un hameau disparu nommé Costeroux, emporté par une avalanche et dont la seule maison subsistante fut abandonnée en 1855. L’oratoire qui préexistait échappa à la destruction de la coulée, et le lieu fut rattaché au hameau de Fontgillarde. Cet oratoire très rustique fut complètement restauré en 1979. C’est un édifice en pierres maçonnées jointoyées, constitué d’un gros massif surmonté d’un autre un peu plus étroit terminé par un toit en bâtière coiffé de dalles de pierres plates maçonnées. Dans ce bloc supérieur, une grande niche rectangulaire, dont le fond est peint avec la mention du vocable Saint Claude, abrite une statue en bois sculpté de Saint Claude. La niche est fermée par une porte en fer forgé et munie d’une vitre de protection.
Une belle croix de fer forgé avec la représentation du crucifié surmonte l’oratoire.

105 104

Saint Claude qui vécut au VIe siècle, fut évêque de Besançon, puis pense-t-on, évêque claustral de l’abbaye de Saint-Oyend-de-Joux pendant cinquante ans, dont le village attenant pris plus tard son nom, aujourd’hui la ville de Saint-Claude dans le Jura. Il est traditionnellement représenté avec un enfant agenouillé à ses pieds et avec la croix processionnelle à double traverse. Il est le patron des bimbelotiers, pipiers, tourneurs, etc., tous ces métiers du bois que réalisaient les paysans et les bergers de la montagne pendant l’hiver.
Il est situé en bordure de la D.205T, route du Col d’Agnel, à environ 2 km du hameau de Fontgillarde, au milieu des herbes folles.

Oratoire Notre-Dame du Berceau

Cet oratoire de conception originale est constitué d’un socle en forme d’un épais mur en pierres maçonnées, qui se continue en épaisseur plus réduite, se terminant en toit en bâtière couvert de lauzes scellées et surmonté d’une croix en fer forgé. La niche polygonale, est traversante et fermée par une grille en fer forgé de chaque côté.
Le lieu où s’élève l’oratoire est dénommé “Le Berceau”, en raison d’une dépression naturelle d’un vallon situé sur un sommet.

Construit à l’initiative de M. l’Abbé Jean Brochier, curé de Molines et Saint-Véran, et de M. André Roux de Fontgillarde, l’oratoire fut béni le 13 juin 1954 par Mgr Bonnabel, évêque de Gap. Imposante construction réalisée en pierres de tuf par les habitants du pays, l’oratoire contenait une statue en bois de Notre-Dame portant un berceau, œuvre de M. André Roux. Volée en 1974, elle a été remplacée en 1987 par une nouvelle statue de bois sculptée réalisée par son neveu, François Roux.

 ND du Berceau (2)
ND du Berceau (1) ND du Berceau (4)

Cet oratoire est situé dans un paysage splendide, à 60 mètres au dessus de la D.205T et à mi-chemin du hameau de Fontgillarde et du Col Agnel, sur un ancien sentier desservant une bergerie d’altitude.


Les différentes photos qui illustrent cet article sont de Mireille Grosso.
Nous vous invitons à visiter la base de données : http://www.oratoires.com/ ainsi que le site associatif : http://www.les-oratoires.asso.fr Vous pouvez contacter l’association directement par courriel à l’adresse : oratoires.asso@gmail.com

Cet article a 1 commentaire

  1. eliane

    quelle bonne nouvelle , plein de chose a visiter
    merci

Les commentaires sont fermés.