Un grand patron haut-alpin fait le buzz, prônant la justice sociale
  • Post published:1 juillet 2016

Depuis quelques jours, une vidéo d’un grand patron haut-alpin fait le buzz.

Le directeur général du groupe Danone a tenu un discours de fin d’année sortant de l’ordinaire devant les jeunes diplômés d’HEC et leurs familles.

L’ancien élève d’HEC, qui n’a “jamais coupé le cordon ombilical [avec les] Hautes-Alpes”, prône la justice sociale et invite à combattre trois maladies : “power, money and glory” [le pouvoir, l’argent, la gloire].

Ici, la traduction en français de la partie en anglais de l’intervention

_______________

En 2012, suite à la sortie de son livre Chemins de traverse, Emmanuel Faber avait été interviewé pour le mensuel diocésain.

Voici cette interview parue dans Église dans les Hautes-Alpesavril 2012, page 14.

Emmanuel Faber, qui êtes-vous ?

Né à Grenoble, marié, trois enfants, je suis vice-président de Danone. Je cours le monde, mais je n’ai jamais coupé le cordon ombilical qui, par le train de nuit Paris-Briançon, me relie à l’endroit où j’ai trouvé mes racines : les Hautes-Alpes. Ado, je suis passé par l’aumônerie, ou le père Pierre Fournier m’a fait découvrir les horizons du Queyras, avec d’autres jeunes, alors que j’étais au lycée à Gap… Encore aujourd’hui, dès que je le peux, je m’y échappe pour une sortie d’escalade ou de ski de randonnée.

Pourquoi ce livre ?

En vingt ans plongés au coeur de l’économie et de la finance, j’ai rencontré beaucoup de gens qui tentent de vivre l’économie autrement, loin du non-sens individualiste dominant. J’ai eu envie de partager mes doutes, leurs questions, mais aussi l’espoir que quelques expériences ont fait naître : « Oui, un autre monde est possible ! »

De quoi parle-t-il ?

De Chaillol à Saint-Véran, le livre s’ouvre et se ferme en montagne et touche là le mystère du divin. Entre les deux, il évoque des tranches de vie, des révoltes, des compromissions, des rencontres : Muhammad Yunus, inventeur bangladais du microcrédit, Pierre Rabhi, Chico Witaker, un Brésilien fondateur du Forum social mondial, Haidar au Sénégal, et puis beaucoup de personnes, si belles dans leur combat anonyme pour que l’économie soit plus inclusive, pour qu’une vraie place y soit faite à la gratuité, qu’on cesse d’opposer le social et l’économique. Elle est urgente pour le monde, cette réconciliation ! Et elle est avant tout intérieure.

Cet article a 5 commentaires

  1. cathala

    bravo simplement bravo

  2. croassant arlette

    Quel beau témoignage d’un entrepreneur modeste, humain, chrétien qui se mobilise et prêche pour un monde nouveau!. Merci.

  3. Martin

    Oui, quel superbe témoignage ! Alliance du coeur et de l’esprit et des mots qui portent : altérité, différence, respect, et ce souci de l’autre, un frère, tous nos frères humains.

  4. Grimaldi Marie José

    Bravo !

  5. Michel FATON

    Emmanuel FABER, … il est de ces hommes qui ont tout compris et qui le disent… Gageons que c’est sur ce genre de personnalité que le peuple retrouvera l’espoir et de là, la reconstruction ou du moins, le retardement du délitement de notre société. Oui, faire le buzz, avec raison, c’est là une démarche louable pour l’avenir si tant est que la lucidité et l’objectivité, l’abandon de la pensée unique remplacent dans l’esprit et le cœur des hommes un mercantilisme débridé doublé d’un égoïsme et d’un individualisme qui le sont tout autant.

Les commentaires sont fermés.