Pèlerinage de sainte Roseline à Bertaud
  • Post published:10 juillet 2015
Sur le pittoresque et étroit sentier des bans

Chaque année, le premier dimanche de juillet, des pèlerins se rassemblent pour la fête de sainte Roseline dans le vallon de Bertaud, au pied du Pic de Bure. Cette année, le 5 juillet, par un temps bien ensoleillé, une soixantaine de pèlerins étaient présents, venus à pied par Rabou et le pittoresque sentier des bans, ou par La Roche et le col de Conode et son sentier gazonné. Conduits par Max Baudoin, dix-huit cavaliers sont venus avec leurs chevaux par Moissière.

Sous les ombrages, près de la chapelle souvent restaurée, la messe a été célébrée par le père Pierre Fournier. Une célébration bien chantée et bien recueillie sur le lieu même du monastère où vécut sainte Roseline (fin XIIIe s.- début XIVe s.). Non loin des habitants du hameau de Bertraud, cette communauté de religieuses suivait la règle de vie des Chartreux, mais avec une part de vie commune plus importante que pour les moines.

Sainte Roseline à l’honneur, avec son tablier de roses

Le père Pierre Fournier au cours de la messe, devant la chapelle sainte Roseline. La croix, la statue de sainte Roseline, l’autel, le pain qui sera béni et partagé à la fin de la messe

À la prédication, à partir de l’évangile parlant de Jésus charpentier, le père Pierre Fournier a pu remarquer: « Le Christ était le charpentier de Nazareth. Charpentier ? Justement, maintenant, Il est le charpentier de la vie des croyants, de notre vie intérieure. Il est le charpentier de la vie des saints comme sainte Roseline qui s’est laissé ‘charpenter’, ici, par l’Esprit Saint à la suite du Christ. Jésus Fils de Dieu est aussi le charpentier des familles comme nous l’indique la préparation du Synode sur la Famille. De plus, selon l’encyclique du pape François sur l’écologie intégrale ‘Sauvegarder la Maison commune’, le Christ est le charpentier de la Création entière : avec lui, nous sommes invités à charpenter la planète de demain, la charpenter dans l’amour, la justice et la fraternité ».

Une famille

L’intérieur de la chapelle

À la fin de la messe, le pain offert par l’ancien boulanger de La Roche et le vin offert par les cavaliers ont été bénis pour ouvrir le temps du repas convivial tiré des sacs. Puis, après une prière finale à la chapelle, le rendez-vous de sainte Roseline a été donné pour l’an prochain, au dimanche 3 juillet.

Francis MARIN
un des pèlerins

 

NB : À noter que les moniales chartreuses existent toujours. Après le concile Vatican II elles ont demandé à évoluer vers une vie plus solitaire pour vivre comme les moines chartreux. C’est en ce sens qu’une communauté a quitté la banlieue de Voiron (Isère) et ses bâtiments inadaptés à la vie solitaire pour installer à Reillanne en 1978, dans le diocèse voisin de Digne, entre Manosque et Forcalquier. Elles y ont construit un monastère sur le modèle des chartreuses traditionnelles : cellules disposées autour d’un cloître qui les relie entre elles.

Une moniale chartreuse dans son ermitage à Reillanne

Une fois par an, visite de la famille proche.

Auà partir du mardi 7 juillet et pour tout l’été
exposition temporaire
dédiée aux moniales chartreuses,
dans le cadre de l’année de la Vie Consacrée,
souhaitée par le Pape François

www.musee-grande-chartreuse.fr