Pèlerinage des personnes âgées, handicapées et malades : Avec Marie, avançons sur le chemin de la foi
  • Post published:27 mai 2013

Samedi 25 mai 2013, au sanctuaire Notre-Dame du Laus, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri présidait le pèlerinage des personnes âgées, handicapées et malades, organisé par le service diocésain de la pastorale de la Santé. Ce pèlerinage s’adressait aussi aux professionnels et bénévoles du monde de la Santé et à toute personne qui souhaitait partager ce temps priant et festif.

“Quand je dis Marie, l’écho me répond Jésus.” C’est par ces mots que Mgr Jean-Michel di Falco Léandri a ouvert la célébration de la messe. Cette citation de Saint Louis-Marie Grignon de Montfort faisait elle-même écho au thème du pèlerinage : “Avec Marie, avançons sur le chemin de la foi. Ci-dessous une vidéo et le texte de l’homélie de Mgr Félix Caillet, vicaire général :

Homélie

“Marie se mit en route rapidement vers une ville de la montagne de Judée.» Au terme de la route : une rencontre. De cette rencontre, des paroles jaillissent du cœur. « Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? »  « Mon âme exalte le Seigneur… Il s’est penché sur son humble servante. »

Frères et Sœurs dont l’existence a été brutalement bousculée par la maladie.
Frères et Sœurs qui vivez en assumant un handicap.
Frères et Sœurs que vos parents ont accueillis, entourés et portés depuis votre naissance et même avant alors que tout l’entourage pensait que vous auriez pu ne pas trouver de place dans notre monde.
Frères et Sœurs qui, avec l’âge, connaissez la dépendance.
Frères et Sœurs en galère dans l’angoisse de perdre travail, toit, famille. Vous les blessés de la vie.
Frères et Sœurs qui, professionnellement, avez le souci de regarder le patient dont vous avez la responsabilité comme une personne avant d’être un numéro de lit, une maladie à soigner.
Frères et Sœurs qui, bénévolement, êtes engagés dans un patient et respectueux accompagnement.

Vous vous êtes mis en route !

Au bout de cette route : des rencontres.

Celles d’hommes et de femmes rassemblés dans ce sanctuaire.
Celle de Benoîte, bergère au cœur simple et confiant, se laissant instruire par Marie.
Celle de Marie, consolatrice des affligés les conduisant par son Fils au Père tout aimant.
Celle du Christ qui invite son Église à le suivre dans une présence salutaire. « Dieu est riche en miséricorde. C’est par grâce que nous sommes sauvés », déclarait avec insistance Paul dans sa lettre aux chrétiens d’Éphèse.

Au terme du pèlerinage : des rencontres.

De ces rencontres : une expérience extraordinaire. Celle que tout être humain est avant tout une personne. On frappe avant d’entrer dans une chambre… Des salutations pleines de respect : « Alors, Madame, Monsieur !  Comment allez-vous aujourd’hui ? » Bien que la charge de travail est lourde, le soignant se présente avec sa part d’humanité.

C’est au visité que le Christ s’identifie.
C’est à travers le visage et l’être du visiteur que le Christ se révèle.

Il ne s’agit pas d’abord d’expliquer la maladie, les commères s’en chargent. Moins il y a d’ailleurs d’explications, plus on en trouve, plus on en invente. Ni la maladie, ni la souffrance n’ont de sens en soi. Seules la miséricorde du Père, la compassion du Fils, la force de l’Esprit peuvent avoir du sens et aider l’humain à découvrir sa grandeur et sa dignité.  La présence et le soutien du frère, que l’on pourrait nommer le « sacrement du frère », révèlent un Dieu qui se fait proche, un Dieu qui saisit le poids de notre humanité, un Dieu qui apaise, qui donne la paix et ouvre à l’espérance, un Dieu qui nous confie les uns aux autres.

Alors, nous comprenons mieux ce que veut dire « être en pèlerinage ». C’est sortir de soi et partir chez l’autre. C’est se décider à vivre une rencontre avec celui que le Seigneur nous donne et place sur notre chemin d’humanité.

De ces rencontres, un surcroit de vie se manifeste en nous, quelque chose bouge en nous, la vie tressaille au plus intime de nous-mêmes alors que les forces de mort voudraient faire leur œuvre.

« Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu mon sauveur. Le puissant fait pour moi des merveilles. Il élève les humbles », déployant la force de son amour.

Avec Marie, avançons dans la foi.

Pendant la messe
A la sortie de la messe

 

Diaporama photos

Pour un diaporama photos de la journée, voir sur le site du sanctuaire Notre-Dame du Laus au 25 mai : diaporamas