La Pentecôte à Gap
  • Post published:19 mai 2016

Dimanche 15 mai 2016, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri a présidé la messe de la Pentecôte en la cathédrale de Gap. Comment compter sur la présence de l’Esprit-Saint dans sa vie ? “Quand s’éteint le cierge pascal, s’allument les flammes qui habitent chaque disciple à la Pentecôte.”

Cet article a 4 commentaires

  1. croassant arlette

    Monseigneur, votre homélie de la Pentecôte nous réconforte. L’Esprit Saint descendu sur les Apôtres, “comme des langues de feu” et sur nous aussi.
    “Demande l’Esprit Saint et ta prière est complète”.
    “Accueille l’Esprit et ta joie est parfaite”.
    Cette flamme habite en nous désormais et nous protège, logée au cœur de nos peurs.
    Merci, Monseigneur, de propager la langue du Christ, la langue de l’Amour.
    Bon séjour avec les Prêtres à la Réunion.

  2. croassant arlette

    Monseigneur, vous êtes notre rayon de soleil, vous reflétez la lumière de Dieu.
    Ce jeu “le gàrri”, de votre enfance, qui consiste avec un miroir même brisé à renvoyer l’éclat du soleil, là où il ne parvient pas, est à votre image.
    Monseigneur, vous renvoyez vers les autres, ce que vous recevez de Dieu, son Amour Divin.
    Etre capable de trouver sa joie dans la joie de l’autre.
    Je souhaite pour vous Monseigneur, un dénouement heureux pour un projet qui vous tient à cœur. Que Dieu vous protège et vous aide!

  3. Grimaldi Marie José

    Bel enseignement ! Merci Monseigneur .mais il me semble, quand même qu’à l’aube de l’Eglise tout était plus simple, le Christ l’avait annoncé, l’Esprit vint et ils sortirent, courageux et même téméraires, qu’en est-il aujourd’hui ? En moi, souvent vacille la flamme, cependant je garde l'”Espoir” me sachant aimée de Lui !
    (j’aime les matous ronronnants au coin d’une cheminée)

  4. VIEUX

    Belle homélie porteuse de messages puissants! mais …terminer en proposant de souffrir avec Dieu pour être un bon chrétien du 21 ème siècle ….ce n’est pas facile à accepter.
    Le mot souffrance est déjà tellement présent partout qu’il me semble indécent de l’ajouter encore, comme “sine qua non” à notre devoir de chrétien.

Les commentaires sont fermés.