La communauté des bénédictines de Rosans a accueilli pour quelques jours le père Najeeb Michaeel, dominicain de Mossoul, témoin de premier plan des événements en Irak. À Rosans, il a donné une conférence et célébré la messe en rite chaldéen. Puis le 19 janvier à Gap, il a donné son émouvant témoignage au centre diocésain pape François dans un plein hémicycle. Étaient présents notamment Mgr Jean-Michel di Falco Léandri, Mgr André Léonard, Mgr André Fort, Alain Guépratte, ancien Consul général de France à Erbil, des confrères dominicains de l’abbaye de Boscodon.

Accès à la vidéo ci-dessous.

Été 2014, Daech s’empare de Mossoul, l’antique Ninive du prophète Jonas, puis de la plaine de Ninive, le berceau des minorités religieuses en Irak. Le père Najeeb Michaeel, né à Mossoul, dominicain, raconte les manuscrits mis à l’abri quelques jours avant, les derniers sauvés à la dernière minute, les contrôles où cours desquels les djihadistes dépouillent ceux qui fuient la ville de leurs effets personnels, allant jusqu’à arracher les boucles d’oreilles aux petites filles, leurs alliances aux femmes.

Réfugié à Erbil au Kurdistan irakien, le père Najeeb s’occupe des réfugiés chrétiens et yézidis ainsi que de la numérisation des précieux livres qu’il a sauvés. Il le fait grâce à des aides occidentales provenant de fondations, d’associations, de monastères. Et il forme sur place des jeunes à ce travail. Directeur et fondateur du Centre numérique des manuscrits orientaux il témoigne de l’importance de la culture, des racines. « Un livre ne peut pas fuir tout seul. Il n’a pas de jambes. Il a besoin de nous pour être sauvé. Ici on en prend soin comme des bébés. Plus un livre est ancien, plus il est fragile. Et combien de personnes derrière chaque ouvrage ? les parcheminiers, les relieurs, les scribes, et tous ceux qui les ont lus et étudiés. »

Après 1h30 de témoignage et de réponses aux questions posées, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri a invité à la prière. Dans un silence poignant, le père Najeeb a alors chanté le « Notre Père » en araméen, la langue parlée par Jésus-Christ et dans laquelle il avait enseigné à ses disciples cette prière du « Notre Père ».

À l’issue de cette plongée dans la Mésopotamie, berceau de l’écriture, le thème de la conférence prenait tout son sens : « chrétiens d’Orient, entre racines et déracinement. »

2 COMMENTS

  1. Merci Monseigneur d’avoir invité le Père Najeeb, témoin des événements d’Irak. Nous avons beaucoup à apprendre des Chrétiens d’Orient. Ils connaissent les persécutions et malgré tout, ils continuent à affirmer leur foi en Jésus, ils sont des exemples pour nous. Merci également au Père Najeeb d’avoir su protéger ces manuscrits si précieux. Merci aussi à lui d”avoir récité le Notre Père dans la langue de Notre Seigneur. Que Dieu le protège !

  2. Un documentaire poignant!
    Merci, au Père NAJEEB, quel beau témoignage émouvant pour conserver la mémoire de son pays et aider les chrétiens continuer de vivre et une solidarité profonde!.
    Un homme exceptionnel, courageux dans un pays à reconstruire avec des bénévoles pour retrouver les traditions religieuses, culturelles qui sont la base avec la foi pour survivre.
    Le Notre Père en ” araméen”, magnifique!. J’étais émue. Merci Monseigneur Di Falco, pour la prière et cette vidéo du Père Najeeb Michaeel.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here