Petite chronique estivale de l’abbaye Notre-Dame de Miséricorde de Rosans

Ordinations au Laus et visite pastorale de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri à Rosans

Cet été 2012 est inauguré par un grand événement ecclésial diocésain : les ordinations d’un prêtre et de quatre diacres à Notre-Dame du Laus. De manière exceptionnelle, à l’invitation de notre évêque, une partie de la communauté y est présente : manifestation visible d’une communion ordinairement vécue de manière beaucoup plus cachée, mais non moins forte, dans le silence et le retrait de la clôture. Cette visibilité qui fut une occasion de rencontres très cordiales et chaleureuses incitera, nous l’espérons, nombre de fidèles du diocèse à venir jusqu’à Rosans découvrir le cœur de l’abbaye où nous nous efforçons d’exercer notre mission spécifique dans l’Église : porter le monde à Dieu dans notre prière de louange et d’intercession, et tout spécialement ceux et celles dont la vocation d’apôtre est de porter Dieu au monde.

La procession des prêtres au début de la célébration des ordinations
La famille bénédictine présente sur le diocèse : à gauche les bénédictines du Sacré-Cœur de Montmartre, à droite notre délégation pour l’occasion

Les 3 et 4 juillet nous accueillons Mgr Jean-Michel di Falco Léandri pour une visite pastorale. Avec sollicitude et une grande disponibilité notre évêque consacre deux jours à rencontrer les moniales et s’intéresse aux divers aspects de la vie de la communauté ; cette visite dont nous lui sommes reconnaissantes renforce les liens qui font d’une église diocésaine autour de son pasteur une « maison de la communion ».

Photo de famille
Découverte de l’I-phone

Accueil et rencontres à l’ombre de l’abbaye

Notre abbaye voit se succéder divers groupes durant le mois de juillet : les jeunes d’une aumônerie de la paroisse de Gémenos avec leur aumônier, quelque quarante guides de Nantes qui campent dans la propriété et profitent de la proximité de l’abbaye pour vivre des temps forts spirituels comme une longue veillée d’adoration devant le Saint Sacrement avant une cérémonie de promesse ou un temps de présentation de la lectio divina avec quelques moniales. Leur camp se déroule en même temps que celui d’une douzaine d’adolescentes d’une cité de Marseille, encadrées par une équipe d’animateurs du Rocher, association laïque à visée éducative, dont les membres, tous chrétiens, installés au milieu des cités, répandent par leur façon de vivre des ferments d’humanité et d’amour évangélique. Veillée commune autour du feu, échanges et visites entre les deux camps seront l’occasion de rencontres marquantes, des deux côtés.

 
La “BA” des guides
 
Découverte de la “lectio divina” sur fond d’abbaye

Quinze jours plus tard, des enfants de 8 à 12 ans quittent à leur tour leur cité des quartiers nord de Marseille pour notre petite vallée des Hautes-Alpes, toujours grâce aux éducateurs du Rocher, aidés cette fois par une équipe de six guides aînées de Paris, heureuses de se donner à fond dans ce service. Lors d’une après-midi de travail avec les guides et des moniales, les enfants découvrent émerveillés, craintifs parfois, les animaux de la ferme, les fleurs et les légumes du potager.

Les enfants du Rocher au potager
Les enfants du Rocher aux foins

À la fin des deux camps les animateurs partagent avec la communauté l’expérience de leur mission complexe, épuisante, semée d’embûches et de combats, mais jalonnée aussi de signes encourageants où transparaît l’action de Dieu dans les cœurs. Nous gardons dans notre prière enfants et animateurs du Rocher, œuvre qui nous semble à la pointe de ce que l’esprit évangélique est capable d’inventer pour transformer d’insolubles situations humaines.

Congrès de la Miséricorde et concert à l’abbaye

Au début du mois d’août, nous nous associons à un autre événement ecclésial : le congrès national de la Miséricorde qui se tient à Notre-Dame du Laus. Des personnes proches de la communauté tiennent pour nous le stand que le Congrès et le sanctuaire du Laus mettent à notre disposition, à côté de bien d’autres œuvres dédiées à la Miséricorde. En vue de présenter notre lien avec le message de la Miséricorde nous préparons un petit diaporama, un livret sur la Miséricorde dans la Règle de Saint Benoît et quelques planches de photographies. Cela permet à nos porte-paroles, profitant eux aussi des conférences et célébrations du congrès, de faire connaître l’abbaye non seulement à des congressistes venus de la France entière, mais même… à des Rosannais !

Le livret paru cet été et disponible à l’abbaye ou sur demande

Le dimanche 5 août, jour même de la clôture du congrès, en fin d’après midi, a lieu à l’abbaye un concert d’inauguration du nouvel orgue que nous avons acquis pour accompagner et magnifier l’Office divin. C’est un jeune artiste lyonnais, Gabriel Bestion de Camboulas, qui donne gracieusement ce concert. Il choisit un programme destiné à mettre l’orgue en valeur, mais, prenant en compte la dimension spirituelle évoquée par le nom de l’abbaye, il commence par deux chorals de Bach : Ô homme, pleure sur tes péchés et Seigneur Jésus, je t’appelle, puis interprète la célèbre passacaille Une marche tortueuse d’un homme vers la lumière ! Nous avons la joie d’accueillir à ce concert Mgr Jean-Michel di Falco Léandri ainsi que le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, qui restera quelques jours. Le cardinal célèbre la messe conventuelle lors de la fête de la Transfiguration et commente dans son homélie ce « miracle au sommet », où « le corps du Christ prend feu, pour ainsi dire, et devient incandescent ». Il préside aussi la messe dominicale précédant l’Assomption à laquelle participent familles et amis déjà rassemblés pour cette fête.

 
Gabriel Bestion de Camboulas en concert
 
Le public, au nombre duquel le cardinal Philippe Barbarin et Mgr Jean-Michel di Falco Léandri

Fête de l’Assomption

En union avec la messe des familles au Laus et avec les grands sanctuaires marials de France nous célébrons solennellement Notre-Dame « emportée dans la gloire », fête marquée cette année par l’appel des évêques à présenter à Dieu par l’intercession de la Vierge nos prières confiantes pour la France. La procession aux flambeaux, suivie d’un cortège de familles et d’enfants, transporte la statue de Notre-Dame de France d’un oratoire à l’autre, en faisant monter prières, litanies, chants à la Vierge dont l’incontournable Ave Maria de Lourdes. La veillée s’achève dans le recueillement par la fervente supplique proposée par l’archevêque de Paris « Que vienne le règne de Marie… »

 
Procession aux flambeaux…
 
…avec la statue de Notre-Dame de France

 

Fermer le menu