Présentation de la “via lucis” de Molines-en-Queyras
Père Jean-Luc Grizolle

Une “via lucis” vient d’être installée à Molines-en-Queyras. Qu’est-ce donc ? Images et entretiens avec le père Jean-Luc Grizolle, curé pour le Queyras, et René Eyméoud, qui a sculpté ce chemin de lumière.

Père Jean-Luc, qu’est-ce que la “via lucis” ? d’où vient-elle ?

La “Via Lucis” (Chemin de Lumière) est née en 1988 dans le groupe de spiritualité “Testimoni del Risorto verso il Duemila” (Témoins du Ressuscité vers l’An Deux-mille), fondé et dirigé par don Sabino Palumbieri à Rome.

La première station de la "via lucis" de Colle a Bosco
Dixième station de la “via lucis” de Castelnuovo don Bosco par Giovanni Dragoni

La “via lucis” permettait de compléter le chemin de croix. En France il y a bien eu l’introduction ça et là, depuis le Concile, d’une quinzième station au chemin de croix, celle de la Résurrection, pour dépasser la XIVe station de la mise au tombeau. Mais avec la “via lucis” c’est vraiment un autre chemin qui est mis en place, un chemin de vie et de joie !

Par son enracinement dans les Écritures, par son message de joie et d’espérance, ce chemin a fait son chemin… si bien que la pratique s’est répandue et que des artistes ont commencé à en réaliser.

Tout en gardant un style queyrassien, la “via lucis” de Molines-en-Queyras s’inspire de celle en bas-relief située dans la basilique supérieure du Colle don Bosco à Castelnuovo don Bosco près de Turin, et qui est l’œuvre du professeur Giovanni Dragoni à Rome.

Justement, à propos de celle de Molines, quelle est son histoire ?

Bénédiction de la “via lucis” le 18 novembre, fête patronale de la Saint-Romain

René Eyméoud, agriculteur en retraite de Molines, s’est investi dans la sculpture. Il m’a proposé de réaliser un chemin de croix dans le style de celui de Saint-Véran. Mais il y a dans l’église de Molines un chemin de croix moderne, très stylisé, placé du temps du père André Bernardi. De plus l’église de Molines possède un chemin de croix du XIXe siècle en tableaux peints sur toile enlevé par le père Morel lors de l’installation du chauffage à air pulsé et qui mériterait d’être replacé.

Comme cela faisait beaucoup de chemins de croix et qu’il ne convient pas en plus qu’il y en ait plusieurs dans une même église, je lui ai proposé de réaliser un “Chemin de Lumière”. J’avais admiré le “Chemin de Lumière” à la “Colle don Bosco” lors de notre retraite sacerdotale en 2010 et j’en avais acheté la reproduction photo sur gravures. Après en avoir parlé avec quelques paroissiens, il a accepté avec joie cette proposition.

La réalisation lui a demandé beaucoup de temps (environ mille heures) et s’avère être une belle réussite. La bénédiction de ce chemin de lumière par notre évêque lui tenait à cœur, et nous sommes tous heureux que cela ait pu être possible le jour de la fête patronale.

M. Eyméoud, qui êtes-vous et depuis quand sculptez-vous le bois ?

René Eyméoud et Mgr Jean-Michel di Falco Léandri

Je suis agriculteur à la retraite et je ne sculpte le bois que depuis une dizaine d’années. Au départ pour faire des objets pour mes petits-enfants ! Même si je ne vais pas très souvent à la messe, je suis né à Molines, j’ai été baptisé à Molines, je me suis marié à Molines, alors je voulais faire quelque chose pour l’église de Molines. Au départ je m’orientais vers un chemin de croix. Mais Jean-Luc n’était pas trop partant vu qu’il y en avait déjà. Alors je lui ai dit : trouve-moi une idée ? Et il a eu cette idée d’un chemin de lumière. Ça m’a plu.

Ça vous a demandé beaucoup de travail je suppose ?

Trois hivers ! Environ 1000 heures de travail en tout. J’en ai passé des soirées dessus, concentré, car un coup de ciseau en trop et c’est la moitié d’un bras qui saute ! J’avais comme modèles les photos du chemin de lumière que Jean-Luc avait rapportées en 2010 de sa retraite de prêtres à Turin. Pour le tour, j’ai voulu gardé le style du Queyras. Et pour le dessus, j’ai donné un effet toit de chapelle, avec la croix. J’avoue qu’à la douzième station, j’ai callé. Il m’a fallu plusieurs mois pour reprendre. Jean-Luc m’a beaucoup aidé et soutenu. Et puis les uns et les autres venaient voir l’avancée du travail !

D’autres projets en cours ?

Oui. Un Christ ressuscité. Sculpter pour l’église de Molines, c’est ma façon de prier.

Propos recueillis par Thierry Paillard


Récit de la fête patronale
et homélie
de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri
ici.


Les stations de la via lucis de Molines

Visite à 360°
de l’église Saint-Romain
dotée du nouveau chemin de croix
ici.

Détail des quatorze stations
ci-dessous :

Cet article a 4 commentaires

  1. Toutes mes félicitations à René pour ses très belles sculptures de ce chemin de lumière,c’est une réussite.J’espère pouvoir l’admirer un jour “pour de vrai”.

  2. BRAVO pour ce superbe chemin de lumière pour l’église de Molines – Je connais bien le Queyras puisque j’y ai vécu à Abriès durant 6 ans.

  3. que c’ est beau! tant de patience et de temps qu’ il lui aura fallu pour le faire mais cela en valait la peine.

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu