You are currently viewing Présentation de Marie à la Laure d’ermites de Montmorin 21 novembre 2022

10h30 Messe de Solennité en la chapelle de la Laure de Montmorin

Parole de Dieu : 1 Chr 29, 10-14.17-18  –  Ps 44  –  Rm 12, 1-2  –  Evangile Lc 1, 39-56  –  

Si on ne trouve pas dans les évangiles cet évènement de la Présentation de Marie au temple, mais dans des écrits apocryphes, il est très plausible et l’Eglise l’a donc inscrit dans ses fêtes mariales. Vous avez pris l’habitude de renouveler vos engagements à la vie érémitique chaque 21 novembre, en la fête de la présentation de Marie, et vous avez choisi des textes qui vous parlent de la consécration.

« En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse. »

Il n’y a pas eu forcément d’empressement à venir dans ces montagnes du Val d’Oule ! Mais peut-être le sentiment d’y avoir trouvé votre place.  En tout cas un déplacement, d’être sortie de votre zone de confort comme on dit maintenant, et ce au sens figuré, mais aussi au sens propre avec vos ermitages rustiques. Vous vous êtes mis en route pour venir à Montmorin, et parfois la route a duré quelques années et bien des détours. « Ponam in deserto viam » (Isaïe 43,19) « J’ouvrirai dans le désert un chemin. » C’est le début du tout récent texte romain sur la forme de la vie érémitique, qui précise que cette citation « rappelle la métaphore du chemin tracé par Dieu, sur lequel le disciple se met en route à la recherche de son visage ». Vous avez parcourue ce chemin et vous êtes arrivées ici.

Marie dit alors : « Mon âme exalte le Seigneur,exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur ! »

Quand on a trouvé sa vocation, je me rappelle mon expérience personnelle, il y a une joie profonde et la louange vient. C’est ensuite une louange qui doit durer, aussi dans les moments d’aridité. Le texte romain dit que « la prière de l’ermite est un chemin assidu entre l’adoration et la louange ». 

Et nous avons dans la Parole de Dieu des magnifiques louanges sur les lèvres de Marie et de David : 

– Marie : Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom. Sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent.

– David : À toi, Seigneur, force et grandeur, éclat, victoire, majesté, tout, dans les cieux et sur la terre ! À toi, Seigneur, le règne, la primauté sur l’univers !

Oui, répondre à une vocation spécifique pour la vie consacrée, c’est reconnaître le règne du Christ.

Nous fêtions hier le Xt Roi ; c’est chanter sa primauté sur l’univers, et donc sur ma propre vie.

David poursuit sa louange : « Tout nous vient de toi, et c’est de ta main que nous avons reçu ce que nous te donnons. Je le sais, mon Dieu, tu scrutes les cœurs et tu aimes la droiture. Moi, c’est d’un cœur droit que j’ai fait tous ces dons volontaires. »

Vous avez répondu à un appel impérieux de Dieu, comme celui que relaie saint Paul aux Romains : « Je vous exhorte donc, frères, par la tendresse de Dieu, à lui présenter votre corps – votre personne tout entière –, en sacrifice vivant, saint, capable de plaire à Dieu : c’est là, pour vous, la juste manière de lui rendre un culte. » « La vie érémitique, dit encore le texte romain, s’exprime dans le choix de vivre une recherche intense et exclusive du regard de Dieu, stimulée par le désir d’union intime avec Lui, se livrant à Lui seul dans la séparation du monde la plus rigoureuse. La vie des soli Deo s’enracine dans le cœur même de l’Église et de l’humanité, en s’ouvrant à une intercession féconde. »

L’intercession est une dimension constitutive de votre vie : « Adoration et louange s’élèvent dans la supplication d’intercession, don de l’Esprit de Dieu, qui conduit le croyant à entrer dans le mystère de l’intercession du Christ en faveur de toute l’humanité, en acceptant de « se mettre au milieu », entre la créature, fragile et menacée par le mal, et le Père miséricordieux, source de tout bien. » 

Alors mes chères soeurs, permettez-moi de confier à votre intercession votre diocèse,

qui samedi prochain 26 novembre au sanctuaire ND du Laus, va connaître une étape importante de sa vie ecclésiale, la promulgation de la vision pastorale pour les années 2022-2030, qui porte le nom de ‘Mission Altitude’. A cette occasion je rendrai public une lettre pastorale dont le titre reprend le psaume 71,3 : « Montagne, portez au peuple la paix ». S’agissant d’un des « psaumes royaux », l’invitation vise d’abord le roi, qui était la préfiguration du Messie, le Seigneur Jésus-Christ.  « La montagne qui est le Christ » était d’ailleurs la devise épiscopale de Mgr Camille Pic,évêque de Gap de 1928 à 1932, qui avait cette devise : « Ad montem qui Christus est », tirée de l’oraison de la messe de la fête de sainte Catherine le 25 novembre. Donc dire « Montagne, portez au peuple la paix » est en quelque sorte une prière au Christ. Il y a une autre lecture possible de ce verset de psaume : dans nos paysages montagnards, nous pouvons lire ce court verset dans un sens plus littéral. Il devient alors une invitation adressée à chaque chrétien montagnard, donc aussi à vous ici à la Laure de Montmorin, un envoi en mission ! « Chrétien haut-alpin, porte au peuple des Hautes-Alpes la paix véritable qui te vient de ton Seigneur. »

C’est par votre fidélité à votre vocation érémitique que vous le ferez. « Montagne, portez au peuple la paix » Amen !