You are currently viewing Introduction de la journée de promulgation de la vision pastorale et homélie liturgie de la parole
Mission Altitude : une lettre pastorale ancrée dans le quotidien des Hautes-Alpins

Samedi 26 nov. 2022 – promulgation Vision Pastorale « Mission Altitude »

20221126 Promulgation VISION PASTORALE Mission Altitude

Introduction de la journée

C’est une grande joie d’être arrivé à ce jour de promulgation de la vision pastorale « Mission Altitude » et des orientations missionnaires pour les années 2022-2030, en vous partageant une nouvelle lettre pastorale intitulée : « Montagnes, portez au peuple la paix » selon les mots du psalmiste.

Merci de votre présence à chacun.

Je veux souhaiter une particulière bienvenue au père Christophe Disdier-Chave, pour quelques jours encore administrateur du diocèse voisin de Digne. Je vous transmet également les encouragements du cardinal Jean-Marc Aveline, notre archevêque de Marseille, qui nous les a transmis sous la forme d’une belle préface à la lettre pastorale. Merci à Richard Gaziguian, représentant de la communauté arménienne apostolique de sa présence. Nous sommes en union de prière avec les membres des communautés protestantes et orthodoxes qui n’ont pu être représentées,  et arméniennes.

Nous sommes aussi en union de prière avec toute la communauté éducative de l’Enseignement Catholique et la famille de la petite Ludivine, écolière du Saint Coeur, décédée subitement cette semaine, et dont la sépulture est célébrée en ce moment à Saint Roch.

A mon arrivée comme évêque en juin 2017, beaucoup m’ont demandé quelles étaient les orientations que je comptais donner au diocèse.

Mon choix, arrivant de la plaine, a été d’abord de découvrir ce diocèse de montagne, puis de prendre le temps d’inclure plus de personnes dans le discernement de ces orientations. Nous nous y sommes mis en octobre 2019, avec une ‘équipe vision’ composée de tous les états de vie. En parallèle, un autre processus a été enclenché pour un meilleur travail collaboratif, en interne du diocèse. Puis le discernement de la vision pastorale a dû se frayer un chemin à travers les aléas de la pandémie. Nous avons réussi à tenir 19 rencontres, parfois en visio. J’adresse un grand merci à tous ceux qui y ont participé. enfin, alors que nous avancions dans le discernement de notre vision pastorale, nous avons été « challengés » par le pape François invitant l’Église entière à un synode sur la synodalité, avec une partie en diocèse ! Et nous avons alors relié les deux processus, la vision pastorale et le synode. Ainsi cet été, des petits groupes synodaux ont relus la version provisoire dévoilée le 1er mai dernier, soyez remerciés.

Même si elle est signée de votre évêque, la lettre pastorale « Montagnes, portez au peuple la paix » recueille tout ce travail de réflexion collective sur la mission de notre église Catholique dans les Hautes-Alpes. Nous en avons tiré une synthèse en 4 pages, mais je souhaiterais vous inviter à lire la lettre en entier.

Personne n’ignore la crise que traverse notre Eglise catholique en France,

comme d’ailleurs à toutes les époques, même si les crises sont de types diverses. La crise actuelle nous laisse, comme les évêques l’ont écrit depuis Lourdes, « bouleversés et résolus ». Bouleversés car le péché parmi les chrétiens, quel que soit leur niveau de responsabilité, provoque une immense souffrance pour les personnes victimes. Résolus car la crise provoque une détermination dans la lutte contre les abus en tout genre. Cette détermination est sa raison d’être : l’Eglise existe pour faire refluer le mal. Notre Eglise est cabossée, mais elle est belle et vivante dans sa mission ; et porteuse d’espérance pour le monde et pour notre département. Le pasteur protestant Dietrich Bonhoefferr dans un texte sur la vie communautaire, écrit  : « la fraternité chrétienne n’est pas un idéal humain, mais une réalité donnée par Dieu.(…) Pour que Dieu puisse nous faire connaître la communauté chrétienne authentique, il faut que nous soyons déçus, déçus par les autres, déçus par les chrétiens en général, ou tout au moins déçus par nous-mêmes. » C’est aussi pourquoi je pense que la crise que nous traversons nous fait grandir dans notre amour de l’Eglise, non une église idéalisée, mais une église réelle et en chemin ; c’est cela ce que veut dire le synode, une église pour les autres. Et c’est la conversion missionnaire à laquelle le pape nous invite.

En effet, la vision pastorale et les orientations missionnaires répondent à l’invitation pressante du Pape François à devenir des disciples missionnaires,

et à ce que chacune de nos structures vivent une véritable conversion missionnaire. Notre Église doit passer d’une « pastorale de la conservation » (qui s’efforce de maintenir des « pratiques » et rend des « services » à la demande : baptêmes, etc., et c’est important de bien le faire) à une « pastorale missionnaire » (qui accompagne la croissance spirituelle du baptisé tout au long de sa vie). Le modèle pour un renouveau des communautés chrétiennes se trouve dans les premières communautés chrétiennes, où nous découvrons qu’il y a 5 essentiels ou 5 pierres de fondation de la vie chrétienne : Prière / Fraternité / Formation / Service / Évangélisation

Il s’agit de retrouver ces 5 essentiels à chaque niveau de notre vie chrétienne, dans chaque activité paroissiale et dans nos orientations diocésaines missionnaires.

Il s’agit aussi d’en faire un cheminement : quelqu’un est touché par un temps de prière, comment l’inviter à un temps fraternel, puis comment lui proposer un service qui fait toujours grandir, puis comment lui proposer une formation, jusqu’à en faire un disciple missionnaire qui à son tour ira évangéliser ?

Ancrée dans son territoire montagneux, notre vision pastorale est façonnée par cette montagne qui nous fascine. Elle commence par un émerveillement : « Les yeux levés vers la splendeur de tes sommets ». Chers amis, levons les yeux, et invitons tous les haut-alpins à lever les yeux vers le Ciel.

Je conclus la lettre pastorale en écrivant ceci : « Que cette vision pastorale nous fasse rêver ! Rêvons que les habitants des Hautes-Alpes soient comblés des bénédictions divines et que beaucoup se réjouissent de la lumière du Dieu de bonté. Que cette vision pastorale nous donne du courage, car notre mission est grande et belle, et le Seigneur est présent dans son Église ! »

Oui, « montagnes, portez au peuple la paix ! » Amen !

Liturgie de la Parole : Isaïe 2, 1-5

01 Parole d’Isaïe, fils d’Amots, – ce qu’il a vu au sujet de Juda et de Jérusalem.

02 Il arrivera dans les derniers jours que la montagne de la Maison du Seigneur se tiendra plus haut que les monts, * s’élèvera au-dessus des collines. Vers elle afflueront toutes les nations

03 et viendront des peuples nombreux. Ils diront : « Venez ! montons à la montagne du Seigneur, * à la Maison du Dieu de Jacob ! Qu’il nous enseigne ses chemins, et nous irons par ses sentiers. » Oui, la loi sortira de Sion, et de Jérusalem, la parole du Seigneur.

04 Il sera juge entre les nations et l’arbitre de peuples nombreux. De leurs épées, ils forgeront des socs, et de leurs lances, des faucilles. Jamais nation contre nation ne lèvera l’épée ; ils n’apprendront plus la guerre.

05 Venez, maison de Jacob ! Marchons à la lumière du Seigneur.

« Montagnes, portez au peuple la paix ». Ces paroles du psalmiste pourraient résumer l’oracle extrait du livre d’Isaïe que nous venons de proclamer.

Cela résonne alors que la fureur de la guerre résonne dans notre Europe, comme dans presque tous les autres continents.

S’agissant d’un des « psaumes royaux », l’invitation vise d’abord le roi, qui était la préfiguration du Messie, le Seigneur Jésus-Christ.  « La montagne qui est le Christ » était d’ailleurs la devise épiscopale de Mgr Camille Pic,évêque de Gap de 1928 à 1932, qui avait cette devise : « Ad montem qui Christus est ». Donc dire « Montagne, portez au peuple la paix » est en quelque sorte une prière au Christ. Dans le texte d’Isaïe, la montagne représente aussi le peuple de Dieu, la maison du Seigneur, nous dirions l’Eglise : « la Maison du Seigneur ».

Enfin, il y a une troisème lecture possible de ce verset de psaume : dans nos paysages montagnards, nous pouvons lire ce court verset dans un sens plus littéral. Il devient alors une invitation adressée à chaque chrétien montagnard, un envoi en mission ! « Chrétien haut-alpin, porte au peuple des Hautes-Alpes la paix véritable qui te vient de ton Seigneur. C’est ta mission prioritaire ! »

Je reviens à Isaïe : cette lecture, la première lecture de demain, premier dimanche de l’Avent, nous introduit dans une double espérance : 

–  L’espérance du peuple de la Bible est de voir toutes les nations converger et se rassembler sur la « montagne » de la maison du Seigneur : « Il arrivera dans les derniers jours que la montagne de la Maison du Seigneur se tiendra plus haut que les monts, s’élèvera au-dessus des collines. Vers elle afflueront toutes les nations. » Frères et soeurs, voilà la promesse de fécondité de notre conversion missionnaire, à laquelle le pape François nous appelle.

– L’espérance de la paix pour toutes les nations : « De leurs épées, ils forgeront des socs, et de leurs lances, des faucilles. Jamais nation contre nation ne lèvera l’épée ; ils n’apprendront plus la guerre. » Une paix profonde car appuyé sur la justice et sur la foi en Dieu.

« Montagnes, portez au peuple la paix » : les orientations missionnaires que je vous propose aujourd’hui pour les années à venir dans notre diocèse porte cette même invitation pour toutes les communautés paroissiales de notre diocèse alpin. Elle rejoint l’espérance du pape François pour la préparation du synode sur la synodalité et le prochain jubilé universel 2025 qui aura pour thème « Témoins de l’Espérance ». « Venez, maison de Jacob ! Marchons à la lumière du Seigneur. » C’est pourquoi je vais remettre symboliquement à chaque secteur paroissial un bâton de marche.