Quant aux aveugles, leurs yeux verront – Vendredi 2 décembre

Quant aux aveugles, leurs yeux verront – Vendredi 2 décembre

Isaïe 29, 17-18
Encore un peu de temps, très peu de temps, et le Liban se changera en verger, et le verger sera pareil à une grande forêt. En ce jour-là, les sourds entendront les paroles du livre. Quant aux aveugles, sortant de l’obscurité et des ténèbres, leurs yeux verront.

A  bien y regarder, il semble que les hommes ne possèdent pas la même horloge que Dieu. Voilà des milliers d’années que Dieu nous dit d’attendre encore un peu de temps, et même très peu de temps. Mais, faute de voir le résultat escompté, il arrive que certains se lassent, perdent le courage d’attendre, voire celui d’espérer. N’y aurait-il pas là une légère incompréhension de la marche de l’horloge divine ?
En Dieu, le temps n’a ni passé ni avenir, il est présent continuel. Dieu est le même hier, aujourd’hui et demain. Sa parole rejoint celui qui l’écoute hier, aujourd’hui et demain de manière unique. C’est nous qui ne sommes pas réglés sur le temps divin. Mais, lorsque nous nous mettons à écouter le Verbe de Dieu, nos oreilles s’ouvrent et nous entendons sa parole, qui change nos cœurs en un verger florissant. Nos yeux s’ouvrent et, sortant des ténèbres du péché, nous voyons la lumière du Christ. Croyez-vous que je peux faire cela ? dit Jésus (Mt 9, 28). Nous avons l’Avent pour répondre et faire advenir le Royaume en nos vies.

Bénédicte Ducatel

Extrait du hors-série n° 26, Le compagnon de l’Avent, publié pour l’Avent 2011 par la revue Magnificat.

Avec l’aimable autorisation de la revue Magnificat

Webmaster

Cet article a été rédigé par le service communication du diocèse de Gap.
Fermer le menu