Qui perdra sa vie pour moi la sauvera – Jeudi 23 février

Qui perdra sa vie pour moi la sauvera
(Lc 9, 24)

En conjuguant ces deux paroles de Jésus, sur lui et sur nous, l’évangéliste fait entrer dans une dynamique féconde. Il invite d’abord à contempler Jésus, qui  « souffre beaucoup », cette douleur se prolongeant dans la souffrance intérieure du rejet et le mal irréversible de la mort. Nous avons tant été accusés d’être victimaires que nous regimbons à nous agenouiller, comme saint Dominique peint par Fra Angelico, au pied du Crucifié. Pourtant, qu’elle est nécessaire cette science de la croix !

Alors seulement, l’autre parole, peut-être encore plus difficile, devient audible : renoncer à soi, c’est-à-dire non pas à son « je », mais à ses plis vicieux si habituels qu’on en est à peine conscient, voire dont on désespère de se débarrasser. Et renoncer « chaque jour », car le Carême est un entraînement. Une expression est essentielle : « pour moi ». Jésus a beaucoup souffert pour moi (cf. Ga 2, 20). Le Christ, répète Benoît XVI, est l’« être pour ». Aujourd’hui, à quelle zone de ce faux-moi jalousement protégée renoncerai-je ? À Jésus, qui m’aime jusqu’à l’extrême (cf. Jn 13, 1) de la croix, que répondrai-je par amour ?

Mgr Pascal Ide

______________________

Méditation extraite du hors-série n° 27, Le compagnon de Carême, publié pour le Carême 2012 par la revue Magnificat.

Avec l’aimable autorisation de la revue Magnificat

  • Pour acquérir Le compagnon de Carême, cliquer ici : Le compagnon de Carême
    Vous y trouverez la Parole de Dieu du jour, des commentaires d’auteurs, des articles sur la liturgie, la liturgie des heures du dimanche.
  • Pour s’abonner à la revue Magnificat, cliquer ici : Magnificat
    Tous les jours, la revue mensuelle Magnificat propose les textes officiels de la messe, deux temps de prière (le matin et le soir) puisés dans le trésor de la liturgie des Heures, des textes de méditation extraits des Pères de l’Église, des écrits spirituels contemporains qui prolongent la prière et invitent à vivre la foi, des extraits du martyrologe romain (multiples visages de sainteté qui reflètent l’unique lumière qui nous éclaire), et chaque mois une œuvre d’art sacré commentée par un spécialiste.


Fermer le menu