Messe de départ des Sœurs Trinitaires d’Embrun
Les sœurs Trinitaires qui quittent Embrun
Les sœurs Trinitaires quittent Embrun

Homélie 21 juin 2020 – EMBRUN

Départ des soeurs Trinitaires

« Quant à vous, même les cheveux de votre tête sont tous comptés. Soyez donc sans crainte : vous valez bien plus qu’une multitude de moineaux. »

I. Cette Messe d’action de grâce est d’abord pour vous chères soeurs trinitaires d’Embrun, votre propre action de grâce.

Vous rendez grâce car un jour vous avez entendu une telle parole de Dieu, une parole d’amour qui vous a dit combien vous comptiez pour lui. Et alors vous êtes devenues amoureuses de Jésus. Vous avez accueilli ce don de Dieu et en retour lui avez donné votre vie. Faites mémoire en ce jour de votre appel, de votre réponse, de votre cheminement depuis.

Dans son homélie du 1er février dernier, veille de la Fête de la Vie consacrée, la présentation de Jésus au Temple, le pape François invitait à faire cette relecture de vie. Et alors de se rendre compte que les trois voeux de religions, difficilement compréhensibles par nos contemporains sont des perles de grand prix. Je le cite : « la pauvreté n’est pas un effort titanesque, mais une liberté supérieure, qui nous donne Dieu et les autres comme les vraies richesses. La chasteté n’est pas une stérilité austère, mais le chemin pour aimer sans posséder. L’obéissance n’est pas une discipline, mais la victoire sur notre anarchie, dans le style de Jésus. »

Il a ajouté : « Savoir voir la grâce est le point de départ. Regarder en arrière ; relire son histoire et y voir le don fidèle de Dieu : non seulement dans les grands moments de la vie, mais aussi dans les fragilités, dans les faiblesses, dans les misères. » Et il citait Saint Jérôme à qui Seigneur demandait davantage : « Mais, Seigneur, je t’ai tout donné, tout, que manque-t-il ? » – « Tes péchés, tes misères, donne-moi tes misères ».

Chère sœur Lucienne, vous êtes ici depuis bientôt 17 ans, et sœur Marie-Aline et sœur Marie-Jacques depuis 11 ans ; alors c’est aussi dans votre coeur une action de grâce pour tout ce que vous avez reçu de Dieu ici, et de la part des personnes à qui vous étiez envoyées.

II. Cette action de grâce si elle est d’abord pour vous, elle est aussi pour nous.

Certes, nous avons d’abord été triste l’été dernier de recevoir une lettre de la supérieure générale des sœurs Trinitaires, sœur Myriam RAZAFINDRASOA : “Nos sœurs d’Embrun sont heureuses, mais leur santé se fragilise et elles ont du mal à monter l’escalier de la maison… Aujourd’hui nous n’avons plus les moyens de renouveler la communauté et suite à un discernement avec elles, je me suis permise lors de ma visite canonique en juillet, d’avertir le curé de la cathédrale de notre retrait que nous envisageons au mois de juin 2020. » Certes, pour moi ce n’était pas une surprise, car la soeur provinciale sœur Bénédicte Marie, peu de temps après mon arrivée en 2017, venue me faire une visite à Gap, m’avait dit que lorsque ses sœurs auront du mal à monter l’escalier de la maison, elle serait obligée de les retirer. Je signale tout de même que les opérations de soeur Lucienne ont bien fonctionnées !

Mais très rapidement, la tristesse surmontée, nous avons décidé de rendre grâce. Ainsi, nous nous rappelons vos devancières, qui furent en mission à Embrun de 1813 à 1971, sans interruption, s’adaptant même aux lois antireligieuses de la troisième République. Les « soeurs Hospitalières de la Ste Trinité » arrivèrent d’abord à  l’hôpital, à la demande expresse du préfet – autre époque ! Puis elles fondèrent une école catholique des filles, et puis à la demande du maire – vraiment une autre époque ! – : une école publique des filles, jusqu’en 1905. Mais ensuite elles ont continué leurs missions à l’hôpital et à la paroisse, avant un premier départ en 1971. C’est le père Félix Caillet qui, m’a-t-on glissé dans l’oreille, a eu l’intuition, ou plutôt l’inspiration de l’Esprit Saint d’aller vous rechercher, en 1998, pour les missions que vous avez remplies jusque cette année, auprès des malades et des enfants. Tous vous sont reconnaissants. Tous sont en action de grâce devant le don de votre vie, devant ce qu’ils ont reçus de vous.

III. Qui se lèvera après vous ?

Dimanche dernier, lors de son ordination, notre nouveau diacre en vue du sacerdoce, Thibaud Varis, qui va être en mission ici à Embrun et logera dans votre appartement au presbytère, citait St Luc au chapitre 19, la préparation de l’entrée de Jésus à Jérusalem, aux Rameaux : « Alors qu’ils détachaient le petit âne, ses maîtres leur demandèrent : « Pourquoi détachez-vous l’âne ? » Ils répondirent : « Parce que le Seigneur en a besoin. » Oui, frères et soeurs, parce que le Seigneur en a besoin, parce que nous en avons besoin, parce que notre monde a besoin de ce témoignage d’une vie donnée entièrement à Dieu, des jeunes de nos vallées vont se lever. Je ne sais pas quand, mais j’en ai la certitude intérieure. Alors nous intensifions notre prière pour les vocations sacerdotales et consacrées. Le pèlerinage sur les chemins de st Jacques pour les vocations, entamé l’an passé de Briançon à St Crépin, se déroulera cette année les vendredi 25, samedi 26 et dimanche 27 septembre et passera par Embrun. Venez marcher avec nous une journée, ou deux, ou trois. Ce sera aussi une intention de prière que nous porterons pendant l’année mariale diocésaine qui va commencer le 6 septembre prochain, pour s’achever le 12 septembre 2021 par le renouvellement de la consécration de notre Diocèse à la Vierge Marie. La fête Dieu 2021, mémoire de l’apparition de la Vierge Marie à Benoîte Rencurel, ici à la cathédrale d’Embrun, sera solennisée.

Oui, le Seigneur en a besoin, mais nous aussi, de vos vies données. De vos vies de témoignage. « Quiconque se déclarera pour moi devant les hommes, moi aussi je me déclarerai pour lui devant mon Père qui est aux cieux. » dit Jésus aussi dans l’évangile du Jour. Votre bel habit religieux bleu ciel est une déclaration pour Dieu. Vous avez déclaré votre amour à Dieu en le revêtant. L’habit religieux est ce signe indispensable dans notre société déchristianisé. Il pose question. Alors certes parfois il attire la persécution, et Jérémie a été l’un des prophètes les plus persécutés, c’est notre première lecture :  « j’entends les calomnies de la foule : Mais le Seigneur est avec moi, tel un guerrier redoutable … mes persécuteurs trébucheront, ils ne réussiront pas… car c’est à toi que j’ai remis ma cause ».

IV. Votre mission chères soeurs va se poursuivre différemment. 

D’abord vos nouvelles missions à chacune : à la maison de retraite de la congrégation à Forcalquier pour les deux aînées, et pour la plus jeune, d’abord en établissement scolaire à Marseille, avant de retourner au pays, en mission dans le sud de l’Ile de Madagascar.

Mais aussi votre mission ici va aussi se poursuivre différemment. A la fin de ma visite pastorale en septembre dernier, ici-même, en annonçant votre départ, je vous disais chers paroissiens du secteur d’Embrun et Savines, notre tristesse et notre espérance : « vous tenez un rôle important, non seulement par les missions pastorales que vous accomplissez avec compétence, mais aussi par votre fraternité, gentillesse, attention, et tout simplement par le témoignage de votre vie religieuse. » J’ajoutais : « bientôt, nous n’aurons donc plus de présence de la vie religieuse dans le diocèse, au-delà du sanctuaire Notre-Dame du Laus. C’est une vraie pauvreté pour ces 2/3 nord du département ; que ND du Laus intercède pour le diocèse de Gap dans sa recherche d’autres communautés religieuses ou d’une autre présence d’Eglise. La paroisse va maintenant devoir discerner comment poursuivre différemment la mission. Cette annonce officielle va, nous l’espérons avec le père Curé, faire se lever des bonnes volontés. Les sœurs ne feront plus … qui fera ? » Puisse aussi cette messe d’action de grâce vous faire prendre conscience que la Paroisse a besoin de chacun de vous, pour être cette fontaine au milieu du village, dont parlait Saint Jean XXIII.

Je termine avec le psalmiste : 

« Et nous, nous te prions, Seigneur : c’est l’heure de ta grâce ; dans ton grand amour, Dieu, réponds-nous, par ta vérité sauve-nous. Réponds-nous, Seigneur, car il est bon, ton amour ; dans ta grande tendresse, regarde-nous. »
Envoi nous les vocations consacrées dont nous avons besoin. Amen !

20200621 EMBRUN départ Soeurs Trinitaires